Notre radio

Notre radio

11 février 2010

On a parlé de la Shoah à Tunis : 1/2, conférence de Serge Klarsfeld

Article dans le journal tunisien
"Attarik Aljadid" parlant du "Projet Aladin"
(cliquer sur le journal pour agrandir)

J’ai évoqué dès son lancement le « Projet Aladin », par un article du blog (voir en lien). Rappelons que, face à la propagation effarante du négationnisme dans le monde musulman, la Fondation pour la Mémoire de la Shoah, avec le plein appui des Autorités françaises, de Jacques Chirac et de deux cent personnalités musulmanes, a lancé un projet éducatif afin de fournir - essentiellement par un site Internet - des documents en langue arabe, turque et farsi.

Allant au-delà de cette information, le Projet Aladin et le Ministère des Affaires Etrangères viennent d’organiser entre fin janvier et début février, une série de conférences à Tunis, Rabat, Casablanca, Istanbul, au Caire, à Bagdad, Amman, Erbil, Nazareth et Jérusalem. Ces conférences, portant sur le nazisme et la Shoah, comprenaient une lecture d’un extrait du livre de Primo Levi « Si c’était un homme » - une évocation poignante de sa déportation à Auschwitz. Parmi les personnalités présentant ces conférences, Serge Klarsfeld ... qui sera très bientôt mon invité pour en parler !

Il est donc allé notamment à Tunis le 1er février. Mon ami Souhail Ftouh me communique le court article publié dans la presse tunisienne et évoquant cet évènement, article dont on trouvera la copie originale en illustration.
---------------------------------------------------------------------------------
Le journal tunisien "Attariq Aljadid" du samedi 06 février 2010 a aussi rapporté dans sa version arabe le débat sur l’holocauste qui a eu lieu le 02 Février 2010 à Tunis en présence de M’hamed Fantar le premier responsable du dialogue entre les civilisations en Tunise et de Mr Serge Klarsfeld qui a à coeur de combattre le négationnisme dans les pays arabo-musulmans.

"Le projet Aladin mené sous la férule de l’UNESCO, de Jacques Chirac et de Simone Veil se présente comme un projet éducatif et culturel indépendant. Il est soutenu dans le monde arabo-musulman par des personnalités politiques telles que le prince Hassan Ben Tallal de Jordanie, Ely Ould Mohamed Vall de Mauritanie, Abdurrahman Wahid d’Indonésie, ainsi que des intellectuels et historiens dont Hélé Béji, M’hamed Hassine Fantar (Tunisie), Mohamed Arkoun, Ghaleb Bencheikh, Ali Ben Makhlouf, Lafif LaKhdar, Abdelwaheb Meddeb, Mustafa Ceric, Malek Chebel, Adel Darwish, Kenan Gursoy, Tarek Heggy, Driss Khrouz, Tareq Oubrou, Boualem Sansal et Emile Shoufani.
La FMS (1) a adopté une stratégie dynamique progressive. Elle entend lutter contre le négationnisme, qui nourrit l’antisionisme et l’antisémitisme, en obtenant le soutien des dirigeants musulmans de manière à présenter ses livres dans les Salons du livre du monde islamique et introduire l’histoire de la Shoah dans les manuels scolaires musulmans."

Fouh Souhail ,
Tunis
(1) "Fondation pour la Mémoire de la Shoah"
---------------------------------------------------------------------------------
Notes de Jean Corcos :
- Les deux conférences ont eu lieu au Centre Culturel Français, et dans toute cette tournée, le M.A.E a apporté tout l’appui logistique nécessaire.
- Intervenant lors de la conférence de Serge Klarsfeld le Professeur Fantar, titulaire de la "Chaire Ben Ali pour le dialogue des civilisations et des religions", qui avait eu la gentillesse de m’inviter à un colloque à Tunis en 2007 (cliquer sur "Chaire Ben Ali" en libellé).