Notre radio

Notre radio

21 février 2009

Mgr Williamson, ou « un négationnisme peut en cacher un autre »

Mgr Richard Williamson

Depuis la décision du Pape Benoît XVI de lever l’excommunication contre quatre Évêques ordonnés en 1988 par Mgr Lefebvre dont le tristement célèbre Richard Williamson, négationniste anglais aussi virulent que têtu, un tsunami de réactions s’est abattu sur les relations entre les Juifs et le Vatican. Depuis, il y a eu une série de réactions à rebours : déclarations d’amitié du Pape avec annonce officielle de son prochain voyage en Israël ; protestation ferme de l’épiscopat français ; prise de distance même de la « Fraternité Saint-Pie X » vis-à-vis du négationnisme de son trop voyant comparse - à noter cependant qu’il ne faudrait guère se faire d’illusions sur cette mouvance en matière d’antisémitisme : lire à ce sujet l’excellent article publié sur le blog "philosémitisme"

Mon article arrivant avec un certain « retard de phase » par rapport à l’évènement, j’aimerais juste exposer quelques réflexions, l’une directement liée à mon émission, et les autres relevant d’une réflexion plus large.

- Tout d’abord, le hasard du calendrier a voulu que soit diffusée le dimanche 25 janvier mon interview de Vincent Aucante, directeur culturel du Collège des Bernardins et auteur du livre « Benoît XVI et l’islam » (lire ici la présentation de l'émission) : mon entretien fut préenregistré le jeudi 22, soit la veille de la fameuse décision papale qui allait mettre le feu aux poudres ! Bien entendu, le sujet ne fut donc pas évoqué, aléas du différé qui permet de travailler plus confortablement, quitte à être dépassé par l’actualité ... Ceci dit, le sujet concernait les Musulmans et non pas les Juifs, et je dois avouer que ce j’ai lu de l’approche pragmatique et sans illusions du Pape sur le sujet m’avait plutôt séduit - on peut d’ailleurs entendre l’émission sur ma page http://jean.corcos.free.fr/.

- Ensuite, cette « affaire Williamson » devait rappeler au monde juif l’existence d’autres antisémites que ceux qui manifestaient avec violence, appelaient au meurtre et agressaient même physiquement dans la vague de fureur qui succéda à l’opération militaire à Gaza - pour dire rapidement : dans leur immense majorité, des Musulmans, et parmi eux beaucoup d’islamistes mais pas uniquement. Rappel salutaire, alors que - cela va devenir un « marronnier » à force de le redire sur ce blog -, la grande majorité de la blogosphère juive francophone ne veut voir d’antisémites que venant de l’islam, quitte, comble de bêtise irresponsable, à faire la promotion d’une certaine extrême droite !

- Mais - et c’est là que tout devient passionnant -, tout se passe comme si les grands médias établissaient un rideau étanche entre « un négationnisme qui ne passe pas » et un « négationnisme dont on ne parle pas ». Le premier, clairement condamné, est celui d’un Européen, catholique, antisémite et niant la Shoah. Le second ... recouvre en fait plusieurs facettes du négationnisme ! Il y a par exemple celui concernant le 11 septembre, et dont on sait qu’il fait des ravages sur le Web, à en juger par les réactions incroyables de soutien suscitées par les propos de Jean-Marie Bigard (lire sur le blog). Or j’ai appris, grâce à un site remarquable et spécialisé dans les « théories du complot » (« Conspiracywatch ») que parmi les supporters du délirant « les Twins ont été détruites par la CIA » figure ... l’horrible Mgr Williamson : lire d'urgence l'article, avec une vidéo de l'Evêque négationniste en pleine forme ! Mais il y a aussi le négationnisme de la Shoah largement répandu dans tout le monde arabe, et dont - curieuse cécité - nos journalistes nationaux ne parlent pratiquement jamais. Ceci sans parler de cet autre pays dans lequel la négation de la Shoah fait office de vérité historique, la République Islamique d’Iran, qu'une formidable campagne de lobbying nous pousse à accepter comme nation fréquentable (voir en particulier les immondes caricatures sur la Shoah présentées lors d’un concours international de dessins à Téhéran, et publiées sur le site « iran-resist » en lien permanent).

- Convergence de tous les antisémites obsessionnels, les négations de la Shoah ET du 11 septembre sont vraiment le marquage ADN des extrémistes de notre époque : seulement, le premier négationnisme semble plus « politiquement incorrect - sans soutes parce qu’il salit la mémoire de Juifs assassinés il y a plus de soixante ans, donc qu’il n’est pas trop difficile de défendre ; tandis que le second semble moins scandaleux, les « coupables » désignés par cette autre théorie du complot étant, depuis longtemps, présentés comme les « vilains » de notre époque (Israël, États-Unis).

- Au final - et même si je dois avouer diverger souvent quant à ses vues toujours très sombres de l’avenir du Judaïsme français -, je dois avouer complètement partager le point de vue de Shmuel Trigano, qui trouve bien suspecte cette empathie soudaine des médias pour les Juifs ... petit extrait de son dernier article :
« Nous avons pu assister, en ce début février 2009, à un phénomène idéologique étonnant. Les médias sont passés sans transition d’une violente hostilité envers Israël à un concours de vertu pour condamner la réhabilitation par le pape d’un évêque intégriste osant nier la réalité de la Shoah. Comme s’il n’y avait aucune contradiction entre la peinture judéophobique d’un Israël stigmatisé pour sa cruauté supposée envers les enfants et les civils et l’indignation que l’on puisse prétendre que les Juifs n’ont pas été victimes des nazis. L’accusation du meurtre rituel commis sur des enfants est un classique de l’antisémitisme. Ces manifestations paradoxales ne sont pas contradictoires. Elles sont au contraire l’illustration même de la nouvelle judéo phobie ou, si l’on veut, du « nouvel antisémitisme ». Elles fonctionnent en effet de concert, l’une soutenant et compensant l’autre. L’exaltation de la mémoire de la Shoah vient authentifier la moralité et la pureté de l’accusation disproportionnée d’Israël que j’ai analysée dans mon précédent blog. C’est ce qui explique pourquoi il est impérieux pour cette idéologie que cette mémoire soit sacralisée et défendue scrupuleusement contre ses négateurs. Elle exalte un peuple mort pour mieux accabler un peuple vivant (...) »

Lire la suite sur le blog de Shmuel Trigano

J.C