Notre radio

Notre radio

10 septembre 2008

Ce matin, sur Judaiques FM, André Nahum a dénoncé les propos négationnistes de Bigard






Trois des victimes du vol AA77 American Airlines :
de gauche à droite Paul Wesley Ambrose (32 ans), Bernard Brown (11 ans) et 
Mari-Rae Sopper (35 ans)

Introduction :
J’ai hésité un peu avant d’évoquer sur le blog, en cette veille de 11 septembre, la détestable tirade négationniste de Jean-Marie Bigard, vendredi dernier lors d’une émission de Ruquier. Mais j’ai ensuite jugé nécessaire de publier la chronique radio de mon ami André Nahum, effrayé par l’absence de réactions sur le plateau face à de telles énormités - et j’ajouterais pour ma part : par les milliers de messages de soutien publiés sur les sites des grands journaux, ce qui démontre le succès inquiétant des soi disant « théories » complotistes. Il est vrai que ce grossier personnage - que ne m’a jamais vraiment fait rire - a « demandé pardon », jurant qu’il ne parlerait plus du sujet (voir l'article sur "Liberation"). Sur le même lien, on pourra découvrir ou réentendre ses propos absolument délirants, en particulier à propos des deux avions (NDLR : celui qui s’est écrasé dans une forêt de Pennsylvanie et celui lancé sur le Pentagone) « qui volent encore ».
Comme je n’avais pas envie de lui faire de la publicité en mettant une de ses photographies, j’ai décidé d’illustrer cet article par des photos de tués de ce 11 septembre, passagers malheureux du vol American Airlines AA 77 qui a fini écrasé sur Washington : Bigard aurait du parler devant les membres de leurs familles endeuillées, histoire de ramasser quelques crachats bien mérités en pleine figure ...
Pour en savoir plus sur le vol AA 77 : lire sur wikipedia
Pour avoir la liste des victimes de l’attaque sur le Pentagone : lire sur ce site
J.C
Bonjour,
 
Le 11 septembre est pour tous les hommes libres, synonyme de deuil, de colère, d’indignation et de résolution pour mettre hors d’état de nuire les criminels fanatiques qui avaient mis au point ces terribles attentats qui bouleversèrent l’Amérique il a sept ans.
Qui aurait cru qu’un jour, des anti-américains pathologiques se seraient permis de mettre en doute ou de nier ce qui s’est passé ce jour là ? C’est ce qu’a fait pourtant il y a quelques années un monsieur dénommé Thierry Meyssan avec la publication d’une pseudo enquête sous le titre "L’effroyable imposture". Les islamistes avaient voulu faire porter au Mossad la responsabilité des attentats, Meyssan accuse lui carrément les Américains de s’être frappés eux-mêmes. Cet ouvrage qui bénéficia en son temps d’une large couverture médiatique ne pouvait que complaire à tous ceux, nombreux dans notre pays, qui vomissent les États-Unis, et influencer des esprits faibles ou peu avertis.
Dans quelle catégorie faut-il ranger l’humoriste Jean-Marie Bigard quand il se permet vendredi dernier sur Europe I (émission de Laurent Ruquier), de s’en prévaloir, pour tenir des propos négationnistes qui ont choqué plus d’un auditeur ? Peut-on ne pas réagir quand on entend que le 11 septembre n’est qu’un mensonge absolument énorme, que l’État américain a créé lui-même l'histoire de ces attentats. Que pour les tours du World Trade Center, c'est une démolition contrôlée, programmée, qu’ils (les Américains) ont programmés eux-mêmes, que les deux avions, dont l'un s'est écrasé sur le Pentagone, n'ont jamais existé, et que c'est un missile américain qui a frappé le Pentagone ...
Ces propos n’ayant apparemment pas provoqué de réaction immédiate sur le plateau, il faut croire que l’humoriste n’est pas le seul à penser ainsi et qu’un certain nombre de nos compatriotes plus sensibles à la propagande anti-américaine et particulièrement anti-Bush, qu’à la réalité de faits indiscutables, sont tentés de lui faire crédit.
 
Lorsqu’un comédien sort de son rôle et se transforme en polémiste politique pour proférer de pareilles inepties, il prend une lourde responsabilité. Dans une démocratie, les humoristes sont là pour se moquer, dénoncer, imiter les gens de pouvoir et les partis quels qu'ils soient. Les Pierre Desproges, Le Luron, Coluche furent parmi les grands qui ont marqué leur époque en grossissant de leur loupe géniale ses travers et ses folies. Mais toujours sans haine. C'est ça le vrai talent. Est-ce la place laissée vacante par leur disparition qui permet à certains d'oser se frotter au difficile exercice de la parole politique pour sombrer dans le négationnisme ?
 
Dans la Rome antique, un peintre avait l’habitude d’exposer son tableau dans la rue quand il l’avait achevé et de se cacher derrière la toile pour entendre les commentaires des passants.Un cordonnier passa par là et remarqua tout haut qu’il manquait un lacet dans la chaussure du personnage central. Rentré chez lui le peintre corrigea immédiatement et se remit le lendemain en posture. Le même cordonnier flatté de voir que sa remarque avait été suivie d’effet se permit de critiquer un autre aspect de l’œuvre. L’artiste surgit alors et lui répliqua : "Que le cordonnier ne regarde pas plus haut que la chaussure".
Chez nous on aurait dit : "A chacun son métier et les vaches seront bien gardées".

André Nahum
Judaiques FM, 10 septembre 2008