Notre radio

Notre radio

02 octobre 2008

McCartney chante "Hello Goodbye" à Tel Aviv

Introduction :
Et si on débutait l'année 5769 dans la joie ? En oubliant un peu les lourds nuages qui plombent le Moyen-Orient, et menacent Israël plus que jamais ? Je vous avais proposé de commencer l'année civile avec Sarit Haddad (cliquer sur son nom en libellé), cette fois c'est l'ex Beatle Paul McCartney qui est à l'honneur dans cet extrait vidéo, filmé à Tel Aviv jeudi dernier 25 septembre ... L'image n'est pas terrible, mais je suis sûr que vous aurez tous envie de chanter l'inoubliable tube "Hello Goodbeye" ! Ensuite, je vous invite à lire l'article écrit par mon ami de Tunis, Souhail Ftouh, qui rappelle combien ce chanteur a été courageux en venant en Israël, bravant les consignes de boycott et les menaces terroristes.
J.C 


McCartney : Un grand monsieur qui a honoré les Israéliens

C'était la première fois que Paul McCartney était venu chanter en Israël. Il vient en effet de donner son premier concert ce 25 septembre au Park Hayarkon.
Cet ex-Beatle, véritable légende musicale qui vient d’achever à Tel-Aviv sa tournée mondiale, a attiré sur lui les foudres des islamistes, pour la simple décision de jouer en Israël ! Les fans qui l’attendaient impatiemment ont enfin pu le voir jouer, malgré la haine des extrémistes qui ont menacé le chanteur de mort s’il se rendait en Israël. Le 14 septembre 2008 selon l’hebdomadaire britannique Sunday Express, Omar Bakri, un leader islamiste qui réside au Liban (1), a proféré ses menaces sur un site Internet : « Si Mc Cartney tient à la vie, il vaut mieux qu’il ne se rende pas en Israël, où il ne sera pas en sécurité. Les forces présentes dans la région (les terroristes ndlr) l’attendent déjà ». D’autres ont été également nombreux à s’exprimer sur des sites musulmans, contre ce concert qui était donné à l’occasion des 60 ans de l’état hébreu, et ont appelé à boycotter ses disques. L’ex chanteur des Beatles a démonté cependant un courage exemplaire en refusant d’annuler son concert historique.
Voila ou mène l’extrémisme, la censure, l’intolérance même sur des domaines à priori non politiques. Ces gens là ne connaissent pas la démocratie et la liberté. Pour eux seuls le sang et la violence comptent. Pour ces gens là, chaque prétexte est bon pour commettre une barbarie. Le monde libre traverse, probablement, une période extrêmement dangereuse dans laquelle l’islamisme apparaît comme le nouveau totalitarisme mortel.
Mais McCartney avait persisté en dépit des menaces de plus en plus nombreuses et variées puisqu’elles émanent tout à la fois des cercles islamistes radicaux mais aussi des ultra gauchistes pro palestiniens (2).
Le fondateur des Beatles s’est produit donc comme prévu à Tel Aviv, devant 50.000 spectateurs enthousiastes, pour montrer au Monde qu’ Israël, Terre éternelle, est aussi un pays de tradition musicale. C’est dans ce sens peut être qu’en Israël il y a un lien indéfectible avec la musique, qui exprime si bien la fierté nationale du peuple juif et qui servait aujourd’hui à retrouver les chemins de la paix (3)
La venue de McCartney en Israël et le concert qu’il a donné, ce fin septembre, à Tel Aviv, est une nouvelle manifestation de reconnaissance pour l’état d’Israël qui célèbre les soixante ans de sa souveraineté nationale rétablit après 2 000 ans d’exil. Une reconnaissance à la seule démocratie du Proche Orient qui a reconstruit une nation dynamique et qui a créé une vie économique, politique, culturelle et intellectuelle florissante. La venue de McCartney en Israël est aussi une reconnaissance pour les citoyens israéliens pour leurs réussites spectaculaires à travers la construction d'un nouvel État pluraliste et d'une société démocratique, malgré le terrorisme, la haine, les boycotts et les conflits . L’héritage splendide des Beatles, légende vivante du paysage musical, vient de rendre hommage à l'un des pays les plus libres et les mieux instruits au Monde.
Paul McCartney est un grand Monsieur qui a honoré les Israéliens par sa présence !

Ftouh Souhail ,
Tunis

(1) Omar Bakri, un leader fondamentaliste d’origine syrienne, longtemps exilé en Grande-Bretagne, d’où il a été expulsé, est résidant aujourd’hui au Liban. Il est interdit de séjour en Grande-Bretagne
(2) McCartney a été aussi l'objet de pressions de la part de différents groupes politiques depuis des semaines de l’annonce de sa venue de son arrivé en Israël, cette nouvelle a suscité aussi de violentes réactions de la part de l’extrême gauche européenne à l’exemple de la conduite d’Eileen Fleming, une journaliste irlandaise connue pour ses positions «anti-israéliennes ».
(3) Nota de Jean Corcos : Paul McCartney n’a cessé, au cours de son séjour en Israël, de dire son soutien à la Paix, sur la base de deux États pour deux peuples. Et il a salué son public israélien, en disant à la fois « Shana Tova » (bonne année) et « Ramadan Karim » (bon Ramadan).