Notre radio

Notre radio

24 octobre 2008

Francophonie : Le Liban abuse de son véto !

Encore une fois l’État d’Israël est le grand absent du XII ème Sommet de la Francophonie, tenu cette année au Québec du 17 au 19 octobre (1)
Le dossier de l’adhésion d’Israël à la Francophonie, une organisation regroupant une soixantaine de pays et d’États ayant en partage la langue et la culture françaises, semble traîner. Malgré le fait qu’en 2008 un peu plus de 700.000 citoyens y parlaient le français, et quelque 26.500 collégiens et 6.500 lycéens y apprenaient le français, l’Organisation Internationale de la Francophonie est toujours incapable d’intégrer l’État d’Israël.
On y compte pourtant dans ce petit pays cinq centres et instituts culturels français et six lycées offrant le baccalauréat français. De plus, 11 entreprises de presse israéliennes sont francophones. Pourtant, Israël se voit refuser l'accès à l'Organisation Internationale de la Francophonie. Depuis 1994, le Quai d’Orsay a organisé des États Généraux de la Francophonie en Israël. Le bilan de ces États Généraux a été tout à fait satisfaisant : cinq départements de Langue et de Littérature françaises dans les cinq grandes universités israéliennes ; enseignement du français dans les lycées de l’Alliance Israélite Universelle et dans d’autres écoles israéliennes ; plus d’un demi million d’Israéliens francophones.
De notre humble avis, il est et demeure triste qu'Israël soit absent du présent Sommet. Le Président Nicolas Sarkozy, qui est considéré comme un grand ami d’Israël, ne pourrait t-il pas faciliter l’adhésion d’Israël à la Francophonie ? C’est une époque propice à une telle évolution, notamment du côté des personnalités éminentes telles que Simone Veil, Edith Cresson, Nicole Guedj, David de Rothschild, Roger Fauroux, David Khayat, Ady Steg ... qui peuvent solliciter le soutien du Quai d’Orsay à cette cause.
Il est clair qu’au moment où l’Organisation internationale de la Francophonie devait voter l’adhésion d’Israël à l’unanimité, le Liban s’oppose farouchement à l’entrée d’Israël dans cette organisation internationale. L’ancien Premier ministre libanais de l’époque, Rafiq Hariri, avait expliqué à son ami Jacques Chirac que le Liban ne pouvait pas voter en faveur d’un pays qui « occupait » son territoire. Mais que dire aujourd’hui après l’application de la Résolution 425 sur le retrait des forces militaires israéliennes du Sud Liban, en mai 2000 ? Le nœud du problème est que les Libanais demeurent sous l’influence du Hezbollah, qui considère que les fermes de Chebaa, toujours en dispute et en discussion, sont libanaises et qu’Israël est toujours « occupant » de leur pays d’une manière ou d’une autre. Une fois de plus, la politique interfère dans la décision de mettre Israël « au ban » de la Francophonie. En effet, la charte de l’Organisation prévoit que l’adhésion d’un nouveau membre doit être acceptée à l’unanimité. Il suffit donc qu’un seul pays s’oppose pour qu’Israël reste à la porte de l’Organisation.
Cette mise à l’écart d’Israël est d’autant plus douloureusement ressentie que l’Égypte, et l’Albanie, où l’utilisation du français au quotidien est parfaitement anecdotique, sont des membres de plein droit de la Francophonie ! Le Sénateur André Ferrand, qui se déclare un fervent avocat de l’intégration d’Israël à la Francophonie, avait accompli jusqu’ici des efforts remarquables dans ce sens. (2). Mais le veto Libanais n’empêchera pas les Israéliens francophones de continuer à parcourir les œuvres de Lamartine, Molière, Hugo ... Israël aussi n’a jamais été loin du monde culturel francophone.
La francophonie israélienne est très dynamique à travers les accords, les échanges et les colloques universitaires et scientifiques assurés par des éminents professeurs parmi lesquels Raphaël Draï, enseignant à l’Université d’Aix-en-Provence, Albert Bensoussan, de l’Université de Rennes, Michel Abitbol de l’Université Hébraïque de Jérusalem, Eliezer Ben- Rafaël du Département de Sociologie de l’Université de Tel-Aviv, Jean-Charles Chebat du Québec (3) ou David Mendelson (4). La langue de Molière est aussi bien représentée par des écrivains aussi illustres comme Jean-Pierre Allali, Claude Sitbon, Albert Cohen ... je citerais aussi Henriette Walter qui est une linguiste de renommée internationale résidente à Montréal (5). Israël connaît aussi une vivacité francophone qui se traduit par une multitude d’institutions à l’instar du Département de français de l’Université de Tel-Aviv qui vient d'être reçu au sein de l'Agence universitaire de la francophonie, le Collège académique de Netanya, l'Institut Emmanuel Levinas de Jérusalem qui est un centre francophone de renommée internationale (fondée par le philosophe franco-israélien Benny Lévy) ou le nouvel Institut français de Tel Aviv ... TV5 la chaîne de la francophonie est bien implantée en Israël. Les "Journées mondiales du Judaïsme francophone", qui se tiennent chaque témoignent aussi qu’Israël est une véritable terre d’accueil de la francophonie, où se mélangent les cultures et les origines d’Afrique centrale, Afrique du Nord et du Maghreb.
Les Valeurs chères à l’Hexagone sont aussi défendus par les Israéliens : promotion et défense de la démocratie, de l’état de droit, le respect des droits de l’homme, le rayonnement international de la langue française et la diversité culturelle.
Le XII ème Sommet de la Francophonie qui a lieu au Québec, et qui a coïncidé cette année avec le 400 ème anniversaire de la fondation de la ville par Samuel de Champlain (1608) aurait pu être l’occasion de l’admission du 56e membre, en l’occurrence Israël, qui a tant attendu à cause d’un mode de vote qui exige l’unanimité des Chefs d’États ou de gouvernements faisant partie du club.
Un souhait : que les Autorités françaises reconnaissent la candidature et l'apport exceptionnel d'Israël dans le milieu de la Francophonie (sphères de la Connaissance humaine, Sciences ...). D’ici au prochain Sommet, nous souhaitons qu’il y aura une vraie occasion pour faire cesser cet état de fait injuste et aberrant.

Ftouh Souhail,
Tunis

(1) La ville de Québec a abrité le 12 ème Sommet de la Francophonie dont les premières activités au Théâtre du Capitole, ont débuté en présence du Secrétaire général de l’Organisation internationale de la Francophonie (O.I.F), Abdou Diouf.
(2) Le Sénateur André Ferrand, est l’auteur d’un rapport sur l’enseignement du français dans le monde :
http://www.andre-ferrand.com/index.html

(3) Jean-Charles Chebat, Ph.D., FRSC, FAPA, FSMA, FAMS, DHC .Chevalier de l'Ordre National du Québec. Professeur titulaire/Chair Professor. Chaire de recherche ECSC Montréal HEC.
(4) David Mendelson est professeur retraité de l'Université de Tel-Aviv. Commandeur de l'Ordre des Palmes académiques, il a reçu la Médaille de Vermeil du Prix de l'Académie française pour le rayonnement de la langue et de la culture française.
(5) Henriette Walter est née à Sfax, en Tunisie, dans une famille juive séfarade du nom de Saada.