Notre radio

Notre radio

24 septembre 2008

Aumentation de l'antisémitisme et de l'hostilité aux Musulmans en Europe : un sondage et quelques commentaires

Figure 1 : augmentation de l'hostilité aux Musulmans en Europe
(source : sondage du PEW Global Attitudes Project, 17 septembre 2008)

Figure 2 : augmentation de l'antisémitisme en Europe
(source : sondage PEW Global Attitudes Project, 17 septembre 2008)

C’est un sondage bien inquiétant dont la presse s’est faite l’écho, la semaine dernière : les sentiments d’hostilité envers les Juifs et les Musulmans seraient en hausse dans toute l’Europe, à la curieuse exception du Royaume Uni. Les radios communautaires juives ont repris, sans trop creuser à ma connaissance, l’analyse des chiffres données dans la dépêche Reuters en langue française, elle-même publiée par le journal « La Croix » et rédigée à partir de la synthèse publiée par l’organisme enquêteur, un institut qui réalise périodiquement ce genre d’enquêtes internationales et qui est basé aux États-Unis, le « PEW Research Center » (les sondages portent le label « PEW Global Attitudes Project »). Or il se trouve que l’enquête apporte aussi d’autres informations intéressantes, non rapportées et que je voudrais vous livrer. Autre correctif : j’ai volontairement choisi de traduire l’anglais « negative views of Muslims » par « hostilité aux Musulmans » et non par « islamophobie », pour deux raisons : tout d’abord, il s’agit bien d’un rejet vis-à-vis de populations données, comme l’antisémitisme est d’abord une hostilité dirigée contre les Juifs, et non pas un rejet de leur religion (ce qui ne voudrait plus dire grand-chose, dans une Europe largement déchristianisée) ; ensuite, l’islam en tant que religion peut être critiqué dans ses dérives intégristes, mais justement les intégristes musulmans et leurs « compagnons de route » usent et abusent du terme « islamophobie » pour dénigrer toute critique, l’assimilant au vrai racisme dont il est question dans de telles enquêtes - d'où mon refus de reprendre ce terme.

Mais revenons à ce sondage. D’abord, il faut partir de la source, en fait il y en a deux dont je vous donne les liens pour pouvoir les examiner plus en profondeur :
- le rapport de synthèse, que vous pourrez lire en cliquant ici ;
- le rapport intégral, que vous pourrez lire en format pdf en cliquant là.

Maintenant mes commentaires :

Pour ce qui concerne les Juifs (courbes en figure 2 ci-dessus), l’évolution est inquiétante et elle confirme bien ce phénomène d’un antisémitisme sans complexe, qui s’étend et qui semble prendre de l’assurance avec les années. Sa progression, assez nette depuis 2004, a correspondu paradoxalement à une période d’accalmie dans le conflit israélo-palestinien, et de succès islamistes (guerre du Liban, prise de pouvoir par le Hamas à Gaza, montée en puissance de l’Iran), autant d’évènements qui aurait du rendre moins antipathique Israël et, par ricochet, les Diasporas qui lui sont solidaires : c’est l’inverse qui s’est produit, comme dans les années 30, et je me demande si les antisémites de partout ne se sentent pas pousser des ailes justement pour cela.
Si on considère maintenant pays par pays, la progression en France est inquiétante (un doublement en 4 ans), mais je me demande quelle fiabilité attribuer aux chiffres ... J’avais toujours entendu parler d’une plage entre 15 et 20 %, celle qui correspond d’ailleurs au maximum de voix obtenues dans le passé par le Front National. Peut-être donc faut-il penser que la parole antisémite s’étant libérée dans notre pays, les réponses ont été plus franches que dans le passé ? Un autre chiffre vient, par contre, rassurer, et il faut lire le rapport intégral pour le découvrir à la page 13 : la France est le pays où le pourcentage d’opinions favorables aux Juifs est le plus élevé du Monde (79 %, pour 77 % aux USA).
Autre élément rassurant, le pourcentage de sympathisants en Europe est toujours plus élevé que celui des antisémites, même en Europe orientale où les antécédents sont peu glorieux (Russie, Pologne ...) sauf en Espagne, et vous pourrez découvrir les chiffres consternants sur le graphique ci-dessus. Comment l’expliquer ? La communauté juive y est très réduite, et la mémoire historique (Inquisition, expulsion de 1492) aurait du y inciter à plus de modération - mais c’est ainsi ; et cela ne donne pas envie d’aller se bronzer sur la Costa Del Sol ! Dans le même ordre d’idée, les 25 % d’Allemands antisémites inspirent le dégoût en raison du passé.
Comme je vous le disais, le résumé que vous avez lu ou entendu ne disait pas tout. Ainsi, autre motif d’inquiétude, l’antisémitisme a fait des bonds de géant en Turquie, où il concernerait les trois quarts de la population ! Cela, pour ne pas parler des pays arabes où il n’y a plus de Juifs et où plus de 95 % des sondés ont une vue négative des Juifs dans certains États (Égypte, Jordanie, Liban) !

Pour ce qui concerne les Musulmans (courbes en figure 1 ci-dessus) : comme le montre le graphique ci-dessus, les sentiments d’hostilité sont en hausse (sauf en Russie, et il serait intéressant de comprendre pourquoi : fin de la guerre en Tchétchénie ? Rapprochement avec l'Iran ?), mais les opinions favorables restent majoritaires en Europe, à l’exception de l’Espagne (encore !) et de l’Allemagne (voir sur le rapport complet, page 18). On découvre ainsi une corrélation entre les deux sentiments de rejet, corrélation qu’a souligné par ailleurs le sondage de façon transverse, pour tous les pays occidentaux : ceux qui rejettent les Juifs rejettent en général aussi les Musulmans. D’une manière générale, ils se recrutent parmi les plus de 50 ans et ceux qui sont les moins cultivés. Et plus volontiers parmi ceux qui votent à droite que ceux qui votent à gauche.

D’où une question, que je me pose à nouveau en pensant aux trop nombreux sites et blogs communautaires juifs qui ne s’inquiètent pas du tout de la montée des extrême droites en Europe, appréciant leurs discours anti-musulmans mais fermant les yeux devant leur antisémitisme : êtes vous vraiment sûrs que « les ennemis de nos ennemis sont nos amis » ?

Dernière remarque, à propos d’un chiffre étonnant : alors qu’il y a eu le 11 septembre et que leur pays est en guerre en Irak et en Afghanistan, les Américains n’ont pas du tout plongé dans l’hostilité anti-musulmane, puisqu’ils sont moins nombreux (23 %) à leur être hostiles que les Français (38 %), par exemple ! 

J.C