Notre radio

Notre radio

05 avril 2006

Enfants musulmans réfugiés, frères et soeurs en Humanité

Emile Moatti à la tribune, Palais de la Mutualité,
Paris le 11 mars 2006 (photo SGF)

Réfugiés pakistanais après le tremblement de terre,
photo UNHCR

Réfugiés indonésiens après le tsunami, photo UNHCR

La SOKA GAKKAI FRANCE (SGF) est la branche française d'une organisation bouddhiste internationale, fondée il y a une cinquantaine d'années au Japon pour développer la pratique du bouddhisme du "Nichiren Daishonin". Au delà de son message spirituel, elle a l'ambition de défendre un message de Paix, d'entraide et de défense de l'environnement - message bien sympathique, à l'heure du "choc des civilisations" ! Elle organise régulièrement des colloques interreligieux, et j'ai déjà évoqué ici le dernier qui fut présidé par mon ami Émile Moatti, cofondateur de l'émission "Rencontre" et délégué général de "la Fraternité d'Abraham" (voir article sur le blog). Pour visiter le site de la SGF, cliquer ici.

Le 11 mars dernier, la SGF a organisé une grande manifestation de solidarité avec le Haut Commissariat des Nations Unies pour les Réfugiés (UNHCR), en faveur des "réfugiés oubliés" du tremblement de terre de l'automne dernier au Pakistan, qui n'ont pas du tout suscité la même vague de sympathie que les victimes du Tsunami en décembre 2004. Et mon ami Émile (voir photo) a pris la parole dans la grande salle du palais de la Mutualité à Paris, délivrant donc un message à la fois juif et universel devant un public ... bouddhiste ... et faisant des donations généreuses pour des victimes ... musulmanes ! Un témoignage personnel sur ce public : en majorité des jeunes, surtout d'origine européenne mais aussi asiatique ou africaine, ils m'ont surpris par leur sérénité, leur gentillesse et leur enthousiasme, alors que - et l'émission comme ce blog s'en sont fait souvent l'écho - la gangrène de la "barbarie" se répand, depuis certaines banlieues jusqu'au cœur de nos villes.

C'est donc un grand plaisir pour moi de me faire l'écho ici de cette manifestation ; et de publier ces photos de jeunes réfugiés, petites filles indonésiennes ou garçons pakistanais, tous musulmans mais d'abord frères et sœurs en Humanité, qui ont pu recevoir un abri fragile grâce au UNHCR que je vous invite à soutenir.
Visitez le site de cette institution des Nations Unies (cliquer sur le lien).

J.C