Notre radio

Notre radio

26 juin 2018

Populismes, la fracture qui vient


Celles et ceux qui me font la gentillesse de me suivre, au moins de temps en temps, à la fois sur ce blog et sur Facebook l’ont sûrement remarqué : je traite presque toujours l’actualité avec plus de recul ici, réservant au réseau social mes sentiments « à chaud » ; et encore, j’y suis moins réactif et passionnel que beaucoup !

La semaine dernière a été marquée par la question des migrants, avec : l’odyssée de « l’Aquarius » ; les premières décisions du nouveau gouvernement italien contre l’immigration ; et – cela a choqué à juste titre énormément de gens – la mesure féroce des autorités américaines, emprisonnant des immigrés mexicains clandestins ayant des enfants, ces derniers étant séparés de force de leur famille. Sur ce sujet, lire ceci .

Or, les réactions – ou non réactions – à cette actualité enfoncent un coin entre les opinions en Israël et dans la Diaspora, élargissant un fossé déjà trop large entre les deux piliers du peuple juif. Cette situation m’inquiète, et je voulais partager ici des réflexions déjà exposées sur ma page Facebook.

-        Quelques mots d'explication d’abord sur la divergence entre Israël et la Diaspora, qui risque de se développer de plus en plus. En résumé : pour de nombreuses raisons, des gouvernements populistes et élus, en particulier, pour contrer l'immigration, sont au pouvoir en Europe comme aux Etats-Unis ; ils se montrent très favorables à Israël, en tout cas à un moment où le gouvernement israélien le plus à Droite de son histoire est plutôt mal vu par beaucoup de ses alliés occidentaux, en tout cas certainement au niveau de leurs opinions publiques. L'opinion israélienne s'en réjouit, mais en même temps ces mêmes gouvernements étrangers prennent des décisions qui horrifient les opinions dans le monde entier ; et, en particulier, les responsables des communautés juives qui restent attachées à certaines valeurs.

-        Aux USA et face à la décision révoltante des Autorités, les communautés juives américaines se mobilisent. Et la condamnation de l'administration Trump est presque unanime, y compris dans les rangs des Républicains. Lire sur ce lien .

-        Autre pays, autre gouvernement populiste. Autant on peut comprendre la crainte de nos amis italiens d'être submergés par la vague migratoire - le pays a accueilli sans aide européenne près de 600.000 migrants - autant certaines mesures sont abjectes, comme le "recensement" des Roms, boucs-émissaires permanents, et qui rappelle de bien mauvais souvenirs à la communauté juive. Mais le ministre de l'Intérieur Matteo Salvini, responsable de cette politique-là, s'est manifesté par des déclarations très favorables à Israël dans ses premières semaines de fonction ! Voir cet article .

-        Sur toute cette actualité, pas de critique à attendre de notre blogosphère juive française binaire et ossifiée : pour elle, seul compte le soutien à ce gouvernement israélien, quoi qu’il fasse et quels que soient les gouvernements qui le manifestent ; et vous pouvez compter sur leurs sites pour ne pas en parler. En face, et quelles que soient les menaces qui pèsent sur Israël - écrasement à coups de missiles par la République Islamique d'Iran, terrorisme du Hamas et d'autres - vous pouvez compter, pour ignorer ces autres sujets, sur la plupart des médias français, présentant le Moyen-Orient comme une sorte de Disneyland qui serait gâché par les deux seuls « vilains » répertoriés par tous les experts, Trump et Netanyahou.

En résumé, les personnes de ma sensibilité sont bien malheureuses : lisez la presse française, et vous aurez la peinture de Donald Trump en monstre absolu, tout ce qu’il décide étant détestable par définition, y compris des choses qui nous paraissent raisonnables (en particulier, sa politique de fermeté vis-à-vis de l’Iran) ; mais lisez la plupart des médias communautaires, et vous ne verrez jamais la moindre dénonciation de ce qu’il fait, y compris le pire !

Plus grave encore, dans la mesure où l’opinion israélienne est plutôt largement pro Likoud et pro Trump, et où notre opinion publique communautaire se situe en majorité sur cette ligne-là, une fracture profonde risque de séparer d’un côté les Français juifs et les Israéliens, et de l’autre le reste de la Diaspora, à commencer par la puissante communauté américaine.

J.C