Notre radio

Notre radio

27 novembre 2011

Les Arméniens au Moyen-Orient : Alexis Govciyan et Jean-Pierre Allali seront mes invités le 4 décembre

L'église arménienne catholique Saint Elie à Beyrouth
 (cliquer sur l'image pour agrandir)


Nous allons laisser de côté dimanche prochain l'actualité brûlante, en parlant d'un peuple que je n'ai pas encore eu le plaisir d'évoquer à ce micro alors même que ma série existe, comme vous le savez, depuis de longues années. Ce peuple, c'est le peuple arménien, une des plus anciennes civilisations du monde dont les traits caractéristiques rappellent beaucoup ceux du peuple juif. Originaire du Moyen-Orient comme lui - mais plus précisément d'Asie centrale -, les Arméniens définissent eux-aussi leur identité par rapport à un pays d'origine redevenu indépendant récemment, comme Israël, puisque la petite république d'Arménie est redevenue libre depuis la fin de l'empire soviétique. Comme les Juifs, les Arméniens ont eu le triste privilège de connaitre un des grands génocides de l'Histoire. Comme pour les Juifs, du fait de ce Génocide mais aussi d'autres persécutions, il existe une Diaspora importante. Comme les Juifs, les Arméniens ont une langue et un alphabet originaux. Si le Judaïsme est en plus une des trois grandes religions monothéistes, l'identité arménienne, qui est chrétienne, se définit aussi par une église particulière. Enfin, comme les Juifs, ce peuple oriental a connu pendant des millénaires une coexistence plus ou moins heureuse avec les Musulmans et ce sera le thème de cette émission : comment, aussi bien la République d'Arménie que les Diasporas en terre d'islam, vivent-elles cette proximité dans le Moyen-Orient d'aujourd'hui ? Pour en parler, j'aurai le plaisir de recevoir deux personnalités particulièrement compétentes, tout d'abord Alexis Govciyan. C'est un français, d'origine arménienne, et le président du "Conseil de coordination des organisations arméniennes de France", qui est peu le pendant du CRIF pour les organisations arméniennes. Je recevrai également mon ami  Jean-Pierre Allali, que les auditeurs de la communauté connaissent bien, puisqu'il est journaliste, écrivain, et actif militant communautaire - il fait partie du Bureau Exécutif du CRIF ; il connait bien Alexis Govciyan car il assure les contacts judéo-arméniens dans notre communauté, et il a fait partie d'une délégation invitée en Arménie il y a quelques mois.

Parmi les questions que je poserai à mes invités :

- Est-ce que Juifs et Arméniens se connaissent suffisamment et quelles ont été les actions concrètes menées, en France en tout cas, pour rapprocher les deux communautés ?
- A propos de l'Arménie, il semble que ce pays ait conservé des liens très forts avec la Russie qui y a conservé une base militaire, le gouvernement arménien a d'ailleurs eu une prudente neutralité pendant la guerre de Géorgie il y a trois ans. Mais il y a aussi le conflit du Haut-Karabagh avec l'Azerbaïdjan ; or ce dernier pays est plutôt proche des Occidentaux et ami d'Israël, à qui il fournit du pétrole : or, si ajoute à cela, le fait que l'Arménie reçoit par contre son pétrole de l'Iran, où vivent un demi-million d'Arméniens, est-ce que la géopolitique place ce pays et l'état juif dans deux camps opposés ?
- A propos du Génocide arménien : on sait que tous les gouvernements turcs, qu'il soit laïcs comme ceux d'Atatürk et de ses successeurs, islamistes comme celui d'Erdogan aujourd'hui, refusent de reconnaitre cet évènement historique :  où en sommes-nous  ? On a l'impression que malgré les espoirs de normalisation, rien n'ait bougé, ni sur cette question ni sur d'autres sujets de contentieux ? On lit maintenant, depuis que les relations se sont vraiment détériorées entre Jérusalem et Ankara, que, en représailles, Israël devrait maintenant déclarer cette reconnaissance : mais n'est-ce pas un comportement totalement cynique ? 
- A propos des Arméniens du Liban : on comprend que, traumatisés par le génocide, ils soient restés neutres pendant la guerre civile bien que chrétiens ; mais ce qui choque, c'est de voir un parti libanais largement représenté dans la Diaspora, le Tashnag, soutenir un gouvernement pro-Hezbollah, donc hostile à toute paix dans la région : qu'en pensez-vous ?

Un sujet vraiment original, qui j'espère éveillera votre curiosité : soyez nombreux à l'écoute dimanche prochain !

J.C