Notre radio

Notre radio

01 janvier 2010

Bonne année 2010 !


***************************************************************

Il est des rendez-vous obligés où le commentaire de l’actualité ordonne un petit détour à la case archives ... Quoi de plus naturel que de jeter un coup d’oeil aux voeux rédigés pour le 1er janvier précédent, et de passer au crible les analyses et prédictions faites un an auparavant ?

1) Le 1er janvier 2009, tout le monde s’en souvient, Israël avait lancé - en désespoir de cause - une vaste opération militaire destinée à mettre un terme aux bombardements quotidiens du Hamas. Premier constat, et alors que j’évoquais (sans être le seul) « les guerres d'usure sans fin ; et les risques d'enlisement dans un conflit où, par définition, l’ennemi ne lèvera jamais le drapeau blanc », cette guerre s’est terminée par un succès réel : pertes minimisées côté israélien ; destruction d’une grande partie de l’arsenal de missiles du Hamas ; pas d’enlisement grâce à une évacuation rapide du terrain ; et surtout, réduction à 90 % des bombardements palestiniens. Si on y ajoute le revirement de l’Egypte (déjà noté au moment de l’opération « plomb durci »), qui vient de commencer l’édification d’un mur d’acier souterrain pour - enfin - mettre un terme aux approvisionnements d’armes par les fameux tunnels, on peut dire qu’il s’agit de la dernière récolte de l’opération. Un succès total, donc, et qui - de mon point de vue - valait mille fois les condamnations de mauvaise foi, et le rapport désastreux de la fameuse commission Goldstone ...
Ron Ben Yichai, le talentueux commentateur du journal « Yediot Aharonot », a écrit à ce sujet une mise au point claire que l’on aimerait que tous les Cassandres prennent le temps de lire : jamais Israël n’aura vécu une année aussi tranquille depuis bien longtemps !
2) Ce journaliste attribue ce calme à la « restauration de la force de dissuasion de Tsahal », après cette opération et la guerre du Liban en 2006. Dans un autre article, il envisage aussi avec optimisme la situation face à l’Iran, en raison - à son avis - de la prise de conscience internationale du danger, et de la capacité d’Israël de survivre si cet ennemi mortel acquiert l’arme atomique : et là, à mon (modeste) avis, je crains qu’il ne se trompe. Mais revenons à mes analyses d’il y a un an : je parlais de « l’échec total des tentatives de freiner la course de l’Iran vers l’arme nucléaire, illustré en particulier par l’absence de toute nouvelle décision internationale en matière de sanctions, ce qui ne donne comme dernier choix que l’option militaire, mais une option devenue tout à fait obsolète en raison à la fois de l’élection de Barack Obama et de la grave crise économique ». Qu’est ce qui, en ce 1er janvier 2010, permet de changer la donne ? Le nouveau Président américain aura, hélas, fait preuve d’indécision, sur ce sujet là comme sur toutes les autres échéances stratégiques (Afghanistan, lutte contre Al-Qaïda, Irak) ; une indécision qui tient plus, sans doutes, à un manque d’expérience et de compétence qu’à la soit disant filiation musulmane de « Barack Hussein » Obama - comme on peut le lire « ad nauséam » sur d’innombrables blogs et sites juifs francophones ...
3) J’évoquais il y a un an le probable retour aux affaires du Likoud, il a eu lieu au grand bonheur de beaucoup - mais pas du mien : piégé par le poids de ses « faucons », Bibi Netanyahou vient de tenter l’intégration de Kadima pour disposer d’une coalition plus forte face aux pressions : mon évaluation est que, avec ou sans élargissement, aucun gouvernement de Jérusalem n’arrivera à court terme à conclure la paix rêvée dans les chancelleries, en raison de la force des oppositions à la fois côté israélien et palestinien ; mais aussi que les deux peuples arrivent à « vivre » plutôt bien cette situation insoutenable : vous lirez bientôt ici une série d’articles apportant des éclairages un peu iconoclastes sur la situation !
4) Dernier sujet évoqué il y a un an, la « grave crise financière puis économique, dont beaucoup d’experts nous prédisent qu’elle risque de finir soit par une révolution, soit par une guerre mondiale ». Et j’écrivais : « dans les deux cas, les perspectives pour les Juifs et Israël sont sinistres : une révolution serait menée, y compris sur nos terres européennes, par une coalition « islamo gauchiste » qui n’est pas du domaine du fantasme ; et une grande guerre serait l’occasion, pour les ennemis fanatiques et surarmés d’Israël, d’y massacrer le maximum de civils » Quel bonheur pour moi de m'être trompé là-dessus, du moins pour 2009 ! Il y a certes eu une flambée d’actes antisémites, mais au début de l’année et due uniquement à l’opération de Gaza. Pas de graves troubles sociaux, malgré l’ampleur des mécontentements. Et l’antisémitisme version « années 30 » - avec le Juif bouc émissaire et symbole de Wall Street - ne fait plus recette, au moins chez nous.

Mais ne gâchons pas ces voeux par trop d’analyses, ou de rétro analyses ...
Une vingtaine d’émissions de radio, et quelques centaines d’articles sur le blog seront autant d’occasion de revenir sur l’actualité : et comme dit et redit ici, le désespoir ne sera jamais au menu.
Alors prenez une des coupes de champagne de cette illustration ... et ... tchin tchin amis lecteurs, fidèles et de passage !

Santé, bonheur, tout ce que vous désirez pour 2010 ...
bonne et heureuse année !