Notre radio

Notre radio

05 juin 2009

Polygames saoudiens contre femmes pilotes !

La championne tunisienne de motocyclisme
Hamida Saklaoui

Une fois de plus les polygames de l’islam imposent leurs lois par la force des pétrodollars.

Les « motardes » tunisiennes ne seront pas autorisées à participer aux premiers championnats arabes, a fait savoir la Fédération arabe de motocyclisme ce lundi 25 Mai. Cette décision a suscité de fortes réactions de la part des sportifs tunisiens. La pilote internationale d’origine tunisienne Hamida Saklaoui a condamné l'interdiction faite aux femmes pilotes de participer aux prochains championnats arabes. L'équipe nationale tunisienne est la seule équipe arabe à comporter des femmes pilotes. Et elles ne sont pas ravies de cette décision. Cette décision a été prise sous pression de l’Arabie Saoudite, où les femmes ne sont pas autorisées à conduire. La Tunisie est la seule voix à s'élever contre cette décision, car l'Arabie Saoudite a une grande influence sur la fédération du fait du montant de sa contribution.

Dans la rue, de nombreuses personnes se sont dites surprises par cette décision. « Comment de telles décisions peuvent-elles être acceptables alors que le championnat se court en Égypte ? », demande la pilote tunisienne championne du Maghreb. « Ils peuvent faire appliquer leurs lois et leurs règlements à l'intérieur de leurs frontières. Mais nous imposer ces lois est une chose que personne ne peut accepter ». « Cette décision a été prise pour ne pas embarrasser certains pays du Golfe, où les femmes ne sont pas autorisées à conduire », a déclaré Chakib Brahmi, président de la fédération basée en Tunisie, lors d'une conférence de presse. Il a indiqué que les instances dirigeantes de la fédération arabe avaient annoncé aux concurrentes tunisiennes la décision d’interdire à la pilote tunisienne de participer aux championnats arabes

La fédération arabe de motocyclisme avait pris cette décision rien que pour satisfaire l’Arabie Saoudite. Il faut rappeler que ce pays est le seul au monde ou les femmes ne sont pas autorisées à prendre le volant et à conduire une voiture comme toutes les femmes du monde.
Il y a déjà trois ans l'Arabie Saoudite avait interdit à un pilote des Émirats arabes unis de participer car l'assistant de ce pilote était une femme russe !

Voilà donc où nous sommes en 2009 ; ce sont les polygames saoudiens qui dictent leurs lois maintenant aux autres pays et empêchent les femmes émancipées d’autres pays arabes de participer aux championnats. Cette décision nous rappelle qu’en Arabie saoudite la femme musulmane, qui n'a ni le droit de réfléchir, ni de vivre sa vie, ni de conduire une voiture n'existe que par son ventre chez l'homme saoudien, et encore si elle fait des garçons. Cette décision nous rappelle qu’en Arabie saoudite il y a des femmes brûlées au vitriol, des fillettes violées, lapidée, des enfants entraînés au suicide au nom de l'islam, du Coran, de Allah, de la Charia.. Cette décision nous rappelle qu’en Arabie saoudite, où on se réclame d’Allah et de son Prophète, les femmes sont traitées pires que des objets : on les marie lorsqu'elles ne sont même pas pubères, avec un homme qui pourrait être leur grand-père! Elles sont obligées de porter des vêtements humiliants. Cette décision nous rappelle aussi qu’en Arabie saoudite les femmes sont poursuivies, jugées, condamnées au nom de la religion, au nom des traditions, au nom de lois rétrogrades de la Charia. La sentence la plus abominable est la lapidation. Des femmes accusées d'adultère sont condamnées à mort par jet de pierres. Cette atrocité est encore légale et pratiquée dans ce pays. A l’aube du 21ème siècle les massacres et les exactions perpétrés à l’encontre des femmes par les polygames saoudiens se perpétuent ouvertement ou dans l’ombre en Arabie Saoudite. Dans ce pays les jeunes femmes sont mariées de force, subissent d'atroces mutilations, violence domestique, violence sexuelle, inceste et crimes d’honneur sont largement répandues.

Savez vous aussi que les Saoudiens ne dictent pas seulement leurs lois moyenâgeuses aux Arabes mais aussi aux Européens. Eh oui ! Lors des consultations gynécos des femmes saoudiennes en France les médecins doivent non seulement se protéger contre les agressions (et pas seulement verbales) des maris délirants sur place, exigeant des statuts particuliers pour eux uniquement, mais les dits médecins doivent aussi se masquer !

Savez vous aussi autre chose à propos du mariage en Arabie Saoudite : les polygames arabes ont le choix entre deux méthodes islamiques : l’une prévoit et encourage le mariage à l’essai ; on peut prendre à l’essai une femme, et si l’homme décide qu’elle ne donne pas satisfaction il peut la renvoyer chez ses parents. La deuxième est ce qu’on appelle « l’ouzir » en arabe, c’est un gardien qui oblige si nécessaire la femme au devoir conjugal au besoin en l’attrapant pendant que le mari ... ce sont ces dispositions qui permettent aujourd’hui aux islamistes de mener la belle vie ! Sans oublier les pédophiles refoulés qui peuvent s'en donner "à cœur joie" avec des fillettes de 9 ans et même moins (1).

Savez vous enfin que les pieux Saoudiens et autres habitants des pays du Golf (pas de "e", c’est volontaire) se retrouvent en masse chaque année en Thaïlande pour profiter de l'alcool et des prostituées et une fois de retour chez eux hypocrisie et islamisme reprennent leurs droits ?

Ftouh Souhail,
Tunis

(1) En Arabie saoudite le grand mufti Abdelaziz al Cheikh, la plus haute autorité religieuse du pays, a estimé dans fatwa rendue le 16 janvier 2009 qu'une fillette âgée de 9 ans pouvait être mariée !