Notre radio

Notre radio

07 juin 2009

Elections iraniennes : une photo qui veut dire beaucoup ...


Les dirigeants de la République islamique d'Iran réunis pour célébrer la "révélation de Mahomet". De gauche à droite : Larijani, Rafsandjani, Khamenei, Ahmadinejad et Jannati
(photo tirée du site "iran-resist", 31 juillet 2008

Quelques mots, d'abord, à propos du contexte de cette photo : le régime des mollahs fêtait la révélation de Mahomet, et ce fut l’occasion pour Ali Khamenei, le guide suprême de la révolution islamique de faire un discours de politique générale, où il a comparé l’obstination nucléaire du régime à la pugnacité dont a fait preuve Mahomet pour vaincre ses adversaires. Sur une estrade dominant une salle composée des cadres du régime et de leurs épouses, Khamenei était assis sur une chaise haute entouré des quatre plus hauts responsables du régime assis par terre derrière lui : le président (Ahmadinejad), le chef de l’assemblée des experts (Rafsandjani), le président du Conseil des gardiens de la constitution (Jannati) et le président du Parlement (Larijani).

C’est le vendredi 12 juin qu’auront lieu les prochaines élections présidentielles en République Islamique d’Iran. Une échéance électorale présentée comme cruciale par nombre d’experts orientalistes qui aimeraient voir battu le « conservateur » Mahmoud Ahmadinejad par un « modéré », rendant ainsi possible un compromis historique avec les États-Unis.

Les lecteurs réguliers du site d’opposition « iran-resist » (en lien permanent), sont régulièrement informés des multiples manipulations médiatiques du régime du Mollahs, manipulations souvent réussies : ainsi le grand public pense effectivement que le Chef de l’État est le leader du pays, alors que le vrai pouvoir est entre les mains du « Guide suprême de la Révolution », poste taillé sur mesure par l’ayatollah Khomeiny et qui est actuellement détenu par le « Sayed » (descendant du Prophète) Ali Khamenei : cette photo, tirée du même site, est donc troublante de vérité par sa symbolique : il y a celui qui est assis, et ceux qui sont accroupis à ses pieds !

On se reportera au petit résumé des institutions iraniennes - bien tortueuses - dans cette page de Wikipedia : vous y trouverez la liste des attributions du « Rahbar » (« Guide suprême »), et les rouages du fameux « willayat al faqih » (« gouvernement des sages »), qui donne toutes les clés du pouvoir au clergé chiite ... les « laïcs » comme Ahmadinejad n’étant pas forcément les moins fanatiques !

J.C