Notre radio

Notre radio

15 juin 2009

Dubaï, 2/2 : l’Emirat s’incline suite aux sanctions de la WTA

Les organisateurs du tournoi de Dubaï lâchent et obtempèrent aux sanctions de la WTA (« World Tennis Association »). Ils paieront une amende record de 300.000 dollars US en raison du refus des Émirats arabes unis de délivrer un visa à la joueuse israélienne Shahar Peer. Le directeur du tournoi, Salah Tahlak, en a fait l'annonce dimanche 17 mai, une semaine après le rejet de son appel. Outre le règlement financier, la WTA exige aussi que les représentants israéliens qualifiés pour l'édition 2010 reçoivent leur visa au moins huit semaines avant le début de la compétition. Tahlak a par ailleurs précisé qu'il n'a jamais voulu discriminer les joueurs sur la base de leurs origines ethniques, mais qu'il n'avait aucun contrôle sur des dossiers étatiques. Le 14 février dernier, Peer avait vu sa demande de visa être refusée. En d'autres mots, Shahar ne pouvait pas participer au tournoi parce qu'elle est juive. Rien que ça. L'israélienne Shahar Peer (21 ans, 49e joueuse mondiale) était victime de l’antisémitisme officiel. C’est un antisémitisme que certains pays arabes tolèrent, en se disant qu'il ne les concerne pas.

Le refus du visa d'entrée aux Émirats arabes de l'Israélienne Peer pour disputer le tournoi de Dubaï, était un acte déshonorant pour ce pays et sa vocation soi-disant universelle dans la région. Par cet acte, les Émirats ont tenté de consacrer le droit à l’antisémitisme. Refuser un sportif parce qu'il est juif, cela rappelle des choses du passé. C'est du racisme pur et simple. Qu'on soit juif ou israélien, interdire la pratique d'un sport, ou l'entrée dans n'importe quel pays sous prétexte qu'il (elle) est juif ou israélien, est à notre avis de l'anti-sémitisme pur et dur. Le boycott sportif à l'encontre de sportifs juifs est absolument inadmissible. C'est comme si on vous refusait l'entrée dans un pays sous prétexte que vous êtes catholique ou protestant ou bouddhiste.

Il est fort regrettable que la Fédération Internationale de Tennis mondial, n’ait pas jugée utile de supprimer purement et simplement ce tournoi, compte tenu de refus des Émirats d'accorder un visa pour entrer dans ce pays raciste. L’amende de 300.000 dollars US infligée contre les organisateurs du tournoi de Dubaï nous semble cruellement insuffisante. Compte tenu du comportement inadmissible de la part de ces pays qui se croient tout permis au point de dicter leurs propres lois sur des compétitions sportives internationales, il faudrait créer une « black list » des pays racistes à éviter de fréquenter dans tous les domaines (culturel, sportif, ou autres), comme on l'a déjà fait pour les compagnies aériennes « à risques », par exemple.

La sanction financière qui était prise par la commission mondiale du tennis à l'encontre des Émirats arabes et le blâme qui était formulé contre cet état raciste ne peut dissuader le phénomène d’un antisémitisme « officiel » sans complexe, qui s’étend et qui semble prendre de l’assurance avec les années. Ce pays a beau avoir - grâce aux royalties du pétrole - des immeubles d'architecture futuriste (imaginés selon des plans établis par des architectes occidentaux et bâtis par une main-d’œuvre étrangère férocement exploitée) ainsi que des projets babéliens, il reste un état où le fanatisme et l'obscurantisme islamiques continuent de faire la loi.

Je voudrais enfin que les médias cessent une bonne fois pour toutes de faire passer certaines dictatures islamiques pour des États modérés et ouverts, comme notamment les Émirats Arabes et les États du Golfe Persique. Ces pays sont on ne peut le nier, les plus racistes et extrémistes. Sur les dix-neuf terroristes des attentats des tours jumelles, quinze étaient saoudiens. À méditer !

Ftouh Souhail,
Tunis