Notre radio

Notre radio

05 juillet 2006

Le drapeau vert flotte sur Koweït City

Toutes les caméras du Monde se focalisent sur la frontière entre Israël et la bande de Gaza, dans l’attente d’une réaction aux attaques incessantes du Hamas. Mais je voudrais vous parler d’un autre évènement qui a peu attiré l’attention des commentateurs, mais qui est aussi lourd de menace, à long terme : la victoire des islamistes dans un émirat du Golfe, le Koweït. Ci-dessous un extrait de l’article publié le 1er juillet dernier dans « Le Figaro », sous la signature de Georges Malbrunot ... qui fut otage pendant plusieurs mois en Irak, il y a deux ans.

« L'opposition, conduite par les islamistes, sort renforcée des élections législatives de jeudi, où aucune femme n'a été élue, selon les résultats publiés hier. Le taux de participation féminine n'a atteint que 40%, un score assez faible compte tenu de la publicité faite autour de ce premier scrutin ouvert aux Koweïtiennes. Sur 28 candidates en lice, seules deux d'entre elles ont recueilli plus de mille voix. Elles ont souffert d'un manque de temps pour se préparer. Et dans un réflexe conservateur, nombre de Koweïtiennes ont apparemment voté pour des candidats tribaux ou islamistes. Ce galop d'essai est donc un demi-succès pour les Koweïtiennes.
Avec 21 sièges (sur 50) au prochain Parlement (contre 18 auparavant), la mouvance intégriste constitue le principal bloc de la nouvelle Chambre. Elle pourra s'appuyer sur sept députés libéraux et quatre nationalistes, pour faire avancer ses revendications. »
  1. Cette victoire est inquiétante, car d’abord elle confirme - après la victoire du Hamas en Palestine, la poussée des Frères Musulmans en Égypte et le succès annoncé pour 2007 du « Parti de la Justice et du Développement » au Maroc - le fait que la poussée islamiste est une vague de fond, qui concerne a minima l’ensemble du Monde arabe. On relira à ce sujet l’article de l’historien Pierre Vermeren publié en exclusivité sur le blog le 21 avril dernier (cliquer ici).
  2. Ensuite, elle concerne un Pays très proche des Occidentaux, et qui en vérité leur doit tout : c’est le Royaume-Uni qui avait couvert de son aile protectrice le petit Émirat, jamais reconnu par l’Irak ; ce sont les États-Unis qui l’ont libéré de la brève, mais féroce occupation des troupes de Saddam Hussein en 1991.
  3. La vielle tarte à la crème de « l’humiliation arabe » ne fonctionne pas du tout dans le contexte koweïtien, en raison donc de l’histoire proche rappelée ci-dessus : non seulement l’Émirat n’a pas été « humilié » par une occupation occidentale, mais en plus il a accepté de servir de base arrière ... à l’invasion d’un pays arabe voisin, l’Irak en 2003 !
  4. Même incohérence pour les explications fumeuses du type « attrait de la nouveauté », « islam bricolé pour retrouver une identité », etc. régulièrement offertes pour expliquer l’attrait intégriste pour les jeunes Musulmans occidentalisés : les Koweïtiens savent très bien ce que signifie une société régie par la Charia, car ils sont les voisins directs de deux états islamistes, l’Arabie wahabbite et l’Iran des Mollahs.
  5. Dernière tarte à la crème à renverser, celle de la misère, de l’analphabétisme, des inégalités sociales, bref de « l’islam des pauvres » contre les corrompus occidentalisés ... A Koweït City (comme dans tous les Emirats du Golfe), ceux qui travaillent, les « couches laborieuses » chères aux orientalistes complaisants sont quasiment tous des travailleurs immigrés, privés de tout droit - donc qui ne sont absolument pas responsables de la victoire électorale des islamistes.

    A suivre, donc. Et à garder en réserve pour mes fiches, si d’aventure un prochain invité de ma série me proposait ce genre d’arguments pour expliquer la « vague verte » !

    Jean Corcos