Notre radio

Notre radio

18 février 2007

Une politique bien étrangère, 3/3 : Jack Lang, futur patron du Quai d'Orsay ?

Jack Lang et Manouchehr Mottaki,
photo tirée du site http://www.iran-resist.org/

La candidate socialiste n’a rien révélé sur la composition du futur gouvernement en cas de victoire aux élections présidentielles. Et Jack Lang nous a habitué à d’abord « rouler pour lui », ce qui en politique n’a d’ailleurs rien de particulièrement exceptionnel. On ne sait donc pas si ses voyages, au Moyen Orient de l’année dernière juste après la guerre du Liban (Syrie, Iran), puis en Algérie il y a quelques semaines, étaient de commande pour son parti ou programmés pour se construire un « curriculum vitae » de futur Ministre des Affaires Étrangères. Reste que l’on peut ressentir son accolade au « vrai Ministre » iranien des Affaires Étrangères, Manouchehr Mottaki, comme particulièrement obscène : le même Mottaki devait parader en présidant la conférence négationniste de Téhéran au mois de décembre. Kavéh Mohseni a eu plus que raison de « l’allumer » sur son site après cet étrange voyage, et je reproduis ci-dessous un extrait de son article. Et puis, voilà encore des propos ... bien mal à propos : Jack Lang a quasiment soutenu le gouvernement algérien dans sa demande d’excuses à la France pour « ses crimes » commis pendant la colonisation (voir l’extrait du journal « Le Monde ») ; et cela, sans un mot, sans un geste (même de retour en France) pour les milliers de victimes européennes du FLN ou pour les dizaines de milliers de Harkis assassinés après l’indépendance !

Source : Iran-resist, 4 septembre 2006 :

"Téhéran attire les vieux socialistes battus : il y a eu Oskar Lafontaine en avril, puis Joshka Fisher en août, Felipe Gonzalez la semaine dernière, et finalement the last but not the least, Jack Lang, l’homme qui est fâché avec les cravates au pays des malrasés en col Mao.
Si Felipé a entrepris une médiation entre Téhéran et Washington, à la demande de l’Iran, Jack travaille pour son propre compte et il y était pour se faire mousser. D’ailleurs nos prévisions ont été justes, il n’y pas trop parlé du sort des homos. Les homos, il faut les fréquenter pendant la Gay pride, on ramasse les voix dans la bonne humeur. A Téhéran, Jack, qui se voit déjà comme un ministre des Affaires Etrangères en cas d’une victoire de la gauche, a fait des déclarations qui laissent pensif. Il a tout simplement promis aux mollahs de leur pardonner tout et en plus de leur offrir des contrats mirobolants.
« Les Occidentaux devraient respecter pleinement la dignité de l’Iran et reconnaître son droit souverain à maîtriser la technologie nucléaire civile. Des négociations réussies entre Européens et Iraniens renforceraient la position de l’Europe et de l’Iran sur la scène internationale ... C’est inimaginable que l’on soit dans une telle nasse, dans une telle impasse. Il est de l’intérêt de tous de sortir de cette crise. Il faut négocier. J’ai dit aux Iraniens que si on sortait de cette situation, un boulevard allait s’ouvrir entre l’Iran et la France et l’Europe », a-t-il ajouté. "

Source : « Le Monde », 5 février 2007 :

"Jack Lang a déclenché une polémique en plaidant, dimanche 4 février, pour une "reconnaissance [par la France] des crimes commis par la colonisation" en Algérie. "La meilleure façon de s'excuser est de reconnaître la réalité des crimes qui ont été commis par la colonisation en Algérie de 1830 à 1962", a déclaré le conseiller spécial de la candidate socialiste Ségolène Royal.
"Il faut réformer les manuels scolaires français (...) qui présentent une histoire idyllique du colonialisme" et "décoloniser les mentalités", a dit M. Lang, à l'issue d'une conférence donnée à Alger à l'invitation de l'Institut des études stratégiques globales. "Il y a un devoir de réparation historique" à l'égard de l'Algérie, a ajouté M. Lang, insistant sur la nécessité de "construire des relations exemplaires entre la France et l'Algérie".

J.C