Notre radio

Notre radio

17 juin 2011

Les rebelles, Kadhafi et les Juifs



On l'aura compris, je n'ai guère eu d'hésitation à soutenir l'ensemble des révoltes dans le monde arabe, quelles que soient les orientations du despote au pouvoir - pro-occidental ou anti - et quelles que soient les inquiétudes, légitimes, que l'on pouvait avoir vis à vis d'une possible récupération islamiste. J'espère que celles et ceux qui auront suivi la série d'émissions consacrées à ces révoltes auront aussi constaté que je posais, aussi, des questions non "politiquement correctes", tant il est vrai que le "Printemps arabe" ne fait l'objet que d'éloges dans nos grands médias ; et ce, alors et par contraste, que la "blogosphère juive francophone" nous aura inondé de billets méprisants, sarcastiques et trop souvent racistes vis à vis de ces peuples luttant pour leur liberté ...

Soyons donc très clair : la photo que je publie aujourd'hui (1) ne date pas d'hier : elle a été prise au début de la révolution libyenne, dans les rues de Benghazi ; elle a été royalement ignorée par la presse française, tandis que des sites juifs l'ont publiée et republiée, y voyant la preuve définitive de l'antisémitisme de tous les révolutionnaires du pays - ceci sans parler de l'absurdité totale du message, faisant du dictateur un Juif camouflé ou le jouet d'Israël. Depuis, il y a eu l'intervention de l'aviation de l'OTAN après une résolution du Conseil de Sécurité à l'initiative de la France - une décision de Nicolas Sarkozy qui devait beaucoup, on l'a dit, au "forcing" de Bernard-Henri Lévy qui a rencontré, régulièrement, les représentants du "Conseil National de Transition" (CNT) au pouvoir dans l'Est de la Libye.

Or de ce CNT, de BHL et d'Israël il a été question ces derniers jours, à propos d'une confidence du second qui a fait l'objet d'un sec démenti : les nouvelles autorités libyennes seraient prêtes à reconnaître Israël, et Bernard-Henri Lévy aurait remis un message en ce sens au gouvernement de Jérusalem. Hélas, c'était trop beau ... et dans le fond, bien surprenant : que l'on pense simplement à l'Irak nouveau, bâti sur les ruines du régime de Saddam Hussein, et qui doit tout aux Américains ; aucun geste, aucune ouverture, rien n'a été fait en provenance de Bagdad vis à vis de l’État juif!

En conclusion, et même s'il n'y a pas lieu de regretter Kadhafi, les choses me semblent donc aussi claires que figées à moyen terme : même avec un début de démocratie, la haine des Juifs a été distillée pendant trop longtemps à une population souvent inculte, et cela interdit, hélas, de se faire trop d'illusions ...

J.C


(1) : impossible hélas d'agrandir la photo par un simple clic : on devine simplement que le personnage de la caricature, chien-vampire crachant le sang, porte une étoile de David bleue pour l'identifier comme juif.