Notre radio

Notre radio

11 mai 2007

Adieu à "Chirac d'Arabie" : 1/5, introduction

Jacques Chirac et Saddam Hussein
(photo datant des années 70)

Plus que quelques jours, et le 16 mai "le locataire de l’Élysée" aura laissé la place à son successeur, Nicolas Sarkozy !

On ne sait pas encore comment Jacques Chirac, dont le démon de la politique aura dévoré toute son existence, saura utiliser au mieux l'immense espace de temps libre qui l'attend, lui l'éternel "homme pressé" de l'Histoire contemporaine. Ou comment il trouvera le domaine lui permettant d'exercer une activité valorisante, point tellement crucial pour un homme "qui ne s'aimait pas" pour reprendre le titre d'un livre d'Eric Zemmour.

Mais déjà, voici que des hommages lui sont rendus ... par les Palestiniens, qui vont donner son nom à une rue de Ramallah. Voici que l'on reparle de la famille de l'ex-Premier Ministre assassiné du Liban, Rafik Hariri, à propos de l'appartement luxueux sur les Quais de Seine où logera la famille de l'ancien Président, dès qu'il aura laissé sa place à l’Élysée. "Chirac d'Arabie", telle semble donc sa dernière image, la seule marque présidentielle qui subsiste après deux mandats où la France aura, par ailleurs, reculé dans de trop nombreux domaines.
Or "Chirac d'Arabie", c'est d'abord le titre d'un livre excellent de Christophe Boltanski et Eric Aeschimann, (Editions Grasset), livre déjà évoqué sur le blog. Un livre bilan, le seul à avoir tenté une synthèse historique de la fameuse "politique arabe" du Président. C'est pourquoi il m'a semblé utile et nécessaire de publier, dans la rubrique "citation on line", une série d'extraits expliquant les ressorts de cette vraie passion de Jacques Chirac.
Je vous donne rendez-vous, dans les prochains jours, pour 4 "posts spéciaux. Après, et seulement après que le locataire de l’Élysée aura rendu les clés, je publierai un article relatant des souvenirs plus personnels traitant d'une autre facette de ce phénomène politique bien contrasté : il s'agira, on l'aura deviné, de son engagement courageux aux côtés de la communauté juive de France à propos de la mémoire de la Shoah ; un engagement qui aura été, hélas, en partie effacé chez beaucoup de Juifs par certaines amitiés bien douteuses, comme celle illustrée dans cette photo !

J.C