Notre radio

Notre radio

07 septembre 2014

Steven Sotloff, in memoriam

Steven Sotloff

Impossible, comme journaliste sur la fréquence juive de Paris et dont tout le travail est dédié au monde musulman, de ne pas parler sur ce blog de l'assassinat abject de Steven Sotloff, journaliste, juif, et qui fut le deuxième otage américain décapité par les barbares du "Califat islamique".

Soyons d'abord très clair, comme je l'ai déjà écrit sur ma page FaceBook à son sujet et à celui de James Foley, "exécuté" peu avant : je refuse de me faire le complice de la propagande macabre de ces monstres ; jeune et courageux journaliste de 31 ans, Sotloff avait une vie, une personnalité avant d'apparaitre sur la vidéo de l'EIIL, en tenue orange juste avant d'être égorgé ; pensons donc à cela en voyant cette photo, publiée pour lui rendre hommage ; et ne partageons pas les innombrables images, que l'on trouve par exemple grâce à Google Images (voir ici).  Il y a en particulier une photo, horrible, où l'on voit la tête du malheureux posée sur son corps sans vie, elle est publiée ici. Mais j'y reviendrai plus tard, à propos des "théories du complot" au sujet de ce meurtre.

J'ai tenu à publier cet article dans ma série "In memoriam", car comment ne pas me "reconnaitre" en lui ? Steven Sotloff était juif, on ne l'a appris qu'après sa mort, et bien sûr son destin me touche particulièrement. Passionné comme moi par le monde arabe, il avait décidé d'en faire sa spécialité en réalisant des reportages pour la presse internationale au moment du fameux "Printemps", en Libye, en Egypte ... et hélas aussi en Syrie : c'est là, à Alep qu'il fut enlevé par l'EIIL l'année dernière. Je réalise vraiment, avec cette vie si vite brisée, combien j'ai eu de la chance de rester un "orientaliste de salon" pour évoquer cette actualité : les "vrais journalistes", ceux du terrain, risquent leur vie en allant sur place !

L'excellent "Times of Israël" a consacré plusieurs articles à sa carrière, dont voici les liens. On apprend ainsi que ce journaliste américain avait de profondes racines en Israël, dont il avait pris la nationalité ; on y apprend aussi qu'il avait bien entendu masqué ses origines juives lors de ses reportages dans les pays du Moyen-Orient, tellement gangrénés par l'antisémitisme ; et comment une conjuration du silence par ses amis avait permis qu'on ignore son identité juive pendant toute la période de sa captivité (lire cet article).
Alors que la presse française - focalisée ces derniers jours par l'insondable vulgarité du livre assassin de l'ex-compagne de notre Président - a été peu prolixe sur sa mort, rendons hommage à "L'Express" qui a évoqué sa famille, qui a réagi avec calme et dignité après ce crime barbare. Lire l'extrait suivant :

Barak Barfi, spécialiste du monde arabe au think-thank New America Foundation et ami du journaliste américain exécuté par l'Etat islamique en Irak, s'est adressé directement en arabe aux djihadistes, devant la maison des Sotloff à Miami, en Floride. Il a affirmé que "Steve est mort en martyr au nom d'Allah", avant de s'adresser directement à Abou Bakr al-Baghdadi, le "calife" autoproclamé du groupe. "Vous avez dit que le mois de ramadan était le mois de la miséricorde mais où est votre miséricorde?", lui a-t-il lancé. "Je suis prêt à débattre avec vous [...] Je n'ai pas de sabre à la main", a expliqué Barak Barfi, affirmant que le Coran indique le "mépris" d'Allah pour tout "oppresseur".


Hélas, comme pour James Foley, les salauds "complotistes" se relaient déjà pour nier le crime et tenir les propos les plus absurdes. Ainsi voici ce qu'ose écrire sur son brûlot "Panamza", Hicham Hamza : Sotloff aurait été en fait un agent du Mossad. Mais alors on imagine que les ravisseurs l'auraient tué pour cela ? Et bien non, car on n'est pas sûr de sa mort, la vidéo serait douteuse, etc. Bien entendu, "Hicham la science" fait comme si la photo que j'évoquais plus haut n'existait pas ...

Pour rappel, voici ce qu'un autre salaud anti juif, Alain Soral, osait publier à propos de la mort de James Foley : voici l'article.

Steven, James, que votre souvenir soit béni. Que vos bourreaux soient châtiés, et vite ; et que les négationnistes qui vous ont tués une deuxième fois subissent, reçoivent ici l'expression de notre mépris absolu.

Jean Corcos