Notre radio

Notre radio

01 septembre 2014

Israël, le monde arabe et les Palestiniens après la guerre avec le Hamas : Jacques Benillouche sera mon invité le 7 septembre

Jacques Benillouche

Dimanche prochain, je devrai retrouver mes auditeurs après ces longues vacances sur les ondes. Nous avons vécu un été bien éprouvant, avec cette guerre voulue par le Hamas, qui aura pris Israël par surprise et qui a duré longtemps, huit semaines d'attaques par des missiles sur presque tout le territoire du pays, et en réponse des bombardements continus et une opération terrestre limitée. Tout ceci a fini par un cessez-le-feu négocié par l’Égypte, cessez-le-feu qui pourra être rompu si les négociations sur le fond aboutissent à une impasse ; et il faut craindre que cela sera le cas, vu ce que réclame Khaled Mechaal, le chef du politburo du Hamas, qui refuse toute démilitarisation mais qui réclame toujours une levée totale du blocus, un port et un aéroport sans aucuns contrôles, exigences que ne peut bien sûr accepter Israël.  Il était donc normal que nous parlions de cette actualité dramatique, bien que ma série traite rarement du conflit israélo-palestinien. Pour analyser cette actualité, j'aurai le plaisir de recevoir Jacques Benillouche, journaliste israélien, correspondant en Israël du journal en ligne "Slate.fr" et directeur du journal Internet "Temps et Contretemps", en lien permanent sur mon site Quelques mots de présentation pour ceux qui ne le connaitraient pas encore : d'abord, c'est un blog ami de Judaïques FM, puisque vous pouvez y retrouver les éditoriaux de nos amis Gérard Akoun et André Nahum, et aussi des articles sous ma signature ; ensuite, c'est une publication qui tranche avec ce qu'on peut lire sur d'autres sites israéliens francophones ; Jacques Benillouche privilégie toujours la qualité des analyses aux faux scoops, et il invite ses lecteurs à réfléchir, en publiant des sensibilités politiques différentes. Deux précisions, également : d'abord cette émission n'abordera, comme le fait ma série, que l'étude des acteurs arabes du Moyen-Orient, non pas que la politique intérieure israélienne m'indiffère, mais vous entendez déjà beaucoup de choses là-dessus sur notre fréquence ; ensuite, il y a un autre sujet qui me parait tout à fait primordial, c'est celui du bilan stratégique de cette guerre et de la prospective pour d'autres conflits : nous n'aurons pas le temps de le faire dimanche prochain, mais j'y consacrerai une émission spéciale, et avec un autre invité.

Parmi les questions que je poserai à Jacques Benillouche :

-        Votre site donne régulièrement le "top 10" des articles les plus lus, or en tête des lectures a figuré longtemps un article intitulé "L'alliance de fait de trois pays arabes avec Israël". Quels étaient ces trois pays ? Et comment se sont comportés en pratique ces trois états arabes pendant les 50 jours du conflit ? 

-        A propos de l'Egypte, on avait  eu avant cette guerre le dynamitage de centaines de ces tunnels sur la frontière sud de la bande côtière, il y a eu la fermeture du terminal de Rafah, et cela a puissamment aidé Israël sur le plan militaire. Trois questions : d'abord est-ce que l'Egypte, elle-même menacée à l'Ouest par des attaques de djihadistes basés en Libye - qui vient d'imploser - et dans le Sinaï, peut vraiment assurer la sécurité de la frontière Sud d'Israël sur le long terme ? Que sait-on de l'opinion publique et des médias égyptiens face à ce nouvel épisode sanglant du conflit avec les Palestiniens ? Et est-ce qu'on peut imaginer un certain retour de l'armée égyptienne à Gaza, s'il était voté une résolution du Conseil de Sécurité de l'ONU prévoyant l'envoi d'une force internationale ?

-        A propos du Qatar, on a bien vu que Khaled Mechaal, le chef du politburo de l'organisation terroriste était basé à Doha, dans un hôtel de luxe, c'est de là qu'il a donné ses conférences de presse et qu'il a refusé pendant plusieurs semaines tout cessez-le-feu. le Qatar est devenu non seulement le siège de leur direction, mais leur sponsor, leur financier puisqu'il semble que du matériel militaire très perfectionné ait été fourni grâce à son argent. Plusieurs questions : d'abord comment expliquer l'évolution de ce pays, où il y a eu dans le passé une représentation commerciale israélienne ? Est-ce que c'est pour des raisons idéologiques, parce que le Qatar est le protecteur des Frères Musulmans partout dans le monde ? Est-ce que c'est pour exister régionalement, face à l'Arabie Saoudite qui déteste ce voisin ? 

-     A propos maintenant des Palestiniens. On a vraiment eu une grande confusion pendant ce conflit, parce que tantôt on a eu l'impression que les négociations indirectes se faisaient entre Israël et le Hamas, tantôt entre le gouvernement israélien et l'ensemble des Palestiniens, présents au Caire. Au final, Israël a-t-il ou va t-il négocier avec le Hamas, organisation terroriste ? Et on reste aussi dans une impression de confusion, parce que d'un côté toute la Communauté internationale reconnait que l'Autorité Palestinienne devrait reprendre le contrôle de la bande de Gaza, et d'un autre côté, on n'a absolument pas l'impression que le gouvernement israélien le souhaite, au contraire la spoliation de 400 hectares de terrain dans la région de Bethléem donne l'impression que les ponts sont rompus avec Mahmoud Abbas : qu'en pensez-vous ?

Un sujet brûlant, et qui reviendra plus souvent dans les prochains numéros de ma série : soyez nombreux au rendez-vous !

J.C