Notre radio

Notre radio

07 novembre 2012

Premier dîner de gala du Projet Aladin

Discours de Claude Bartolone, accueillant les participants au dîner
(photo copyrigth Erez Lichtfeld)

Brillante soirée hier à l'Hôtel de Lassay, résidence du Président de l'Assemblée Nationale : Claude Bartolone recevait, pour son premier dîner de Gala, le "Projet Aladin".
Rappelons pour mémoire, l'objet de cette jeune institution qui travaille en partenariat étroit avec la Fondation pour la Mémoire de la Shoah : fondé en 2009, avec le parrainage de l'UNESCO, son objet est de construire, par l'éducation, la connaissance de l'Histoire et le respect des différences, un dialogue interculturel notamment entre Juifs et Musulmans, afin de mener ensemble le combat contre le négationnisme, l'antisémitisme, l'islamophobie et toutes les formes de racisme et de discrimination.

Quelques réalisations, déjà en un peu plus de trois ans : un million d'internautes ont consulté son site internet multilingue, donnant des informations sur la Shoah, le judaïsme, l'islam, et l'histoire des communautés juives en terre d'islam - une histoire presque partout effacée ou niée, avec la disparition des derniers Juifs de ces pays ; 8 millions de téléspectateurs ont regardé pour la première fois en persan et en turc le film "Shoah" de Claude Lanzmann, sur des chaines iraniennes et turques ; 50.000 livres ont été téléchargés gratuitement de la bibliothèque numérique Akadem ; Haut du formulaire15 conférences inédites ont été données dans dix villes, de Bagdad à Rabat en passant par Tunis, Amman et Le Caire ; et un voyage à Auschwitz Birkenau d'une importante délégation internationale a eu lieu en février 2011, avec notamment des dirigeants politiques et religieux du monde arabo-musulman !

Hier donc, ce retrouvaient réunies pour ce dîner d'éminentes personnalités, juives et musulmanes. J'avais l'honneur de représenter le Président du CRIF, Richard Prasquier, empêché par un voyage à l'Etranger. Présents aussi pour le CRIF, Eve Gani, chargée du Développement et des relations internationale, et Arié Bensemhoun, membre du Bureau exécutif. On notait la présence du Grand Rabbin de France, Gilles Bernheim, de Joël Mergui, Président du Consistoire Central et de l'ACIP, ainsi que du Grand Rabbin René-Samuel Sirat, toujours actif pour le dialogue judéo-musulman. Les autorités du culte musulman étaient représentées, notamment, par le Vice-Président du CFCM, par une forte délégation de la Grande Mosquée de Paris et par l'Imam Chalghoumi, accompagné de nombreux membres de la "Conférence des Imams de France" qu'il préside.

On relevait à la table d'honneur l'Ambassadeur d'Israël en France, Monsieur Yossi Gal, mais aussi l'Ambassadrice de Jordanie, Madame Dina Kawar -une chrétienne - qui a pris la parole. Une table d'honneur présidée naturellement par Claude Bartolone, et où on relevait la présence de Madame Yamina Benguigui, ministre déléguée à la francophonie ; de Madame Bariza Khiari, Vice-Présidente du Sénat - et très actif soutien du "Projet Aladin depuis le début  ; d'Anne Hidalgo, première adjointe au Maire de Paris ; et de Madame Edith Cresson, ancien Premier Ministre.

Plusieurs discours, bien sûr, dont ceux de Son Altesse Royale de Jordanie le Prince El Hassan Bin Talal de Jordanie, retransmis par vidéo ; de M. Ely Ould Mohamed Vall, ancien Président de la République islamique de Mauritanie ; et du représentant du Ministre turc des affaires européennes, M. Egemen Bagis.

Aujourd'hui, le "Projet Aladin" veut déployer son activité en France, alors que hélas, les fléaux de l'ignorance, des préjugés et de la haine font des ravages ici aussi, avec des millions de jeunes qui n'ont pas vraiment compris ce qu'était la Shoah et où peuvent conduire le racisme et l'antisémitisme : ne pas céder à l'intolérance, construire des ponts entre les cultures et plus particulièrement entre Juifs et Musulmans, voici le nouveau terrain d'action que nous a présenté hier la dynamique Présidente de cette institution, Anne-Marie Revcolevschi.
Un objectif puissamment soutenu par David de Rothschild, qui a conclu cette très brillante soirée.

Jean Corcos
Cet article a été publié sur le site du CRIF le 6 novembre 2012