Notre radio

Notre radio

04 novembre 2012

Juifs d'Algérie : un colloque pour un cinquantenaire

Affiche du film "Le coup de sirocco", qui sera projeté lors de cette semaine 
au Centre Communautaire de Paris

Du lundi 19 au jeudi 22 novembre aura lieu, au Centre Communautaire de Paris, un important colloque consacré aux Juifs d'Algérie, en cette année du cinquantenaire de l'indépendance de ce pays et de leur exode.

C'est la dynamique association MORIAL qui a organisé cet évènement, pour lequel de nombreuses personnalités sont attendues, parmi lesquels : le Grand Rabbin René Samuel Sirat ; le Rabbin Haïm Korsia ; le cinéaste Alexandre Arcady ; les historiens Michel Abitbol et Denis Cohen-Tannoudji ; le journaliste et écrivain Jean-Pierre Allali ; et, bien sûr, le président de Morial Didier Nebot, auteur d'un livre sur l'histoire des Juifs d'Algérie et que je devrai recevoir au début de l'année prochaine. J'ai par ailleurs mis en gras les noms d'anciens invités de ma série !

Pour connaitre le programme complet de ce colloque, visiter en lien : l'information sur le site du Centre Communautaire ; et celle sur le site de MORIAL, qui vous permettra aussi d'en savoir plus sur cette association.

Je reproduis ci-dessous, la présentation du colloque ... en espérant que vous serez nombreux à lui faire honneur !

"Dans sa très longue histoire, une partie du peuple juif a vécu près de deux mille ans en terre d'Afrique. Ceux qui ont peuplé ces régions étaient venus de Cyrénaïque, de Judée ou d'Espagne.

Ce fut un brassage, un mouvement historique, avec pour finalité de rester fidèle à la loi de Moïse. Ils ont côtoyé les Berbères, ils ont eu des moments de bonheur, de doute ou de détresse. Ils ont souvent courbé l'échine en subissant le statut de "dhimmi". Ils ont supporté avec dignité humiliations et vexations, mais n'ont jamais perdu leur identité, produisant une exceptionnelle création religieuse, artistique et littéraire. Et la France est arrivé, permettant à ceux qui avaient vécu en Algérie de rejoindre la civilisation des libertés naissantes : ils ont intégré, en toute confiance, la patrie des droits de l'homme, début d'une histoire complexe faite d’enthousiasme fervent et d'amères désillusions, aux époques sombres de l'Affaire Dreyfus et du régime de Vichy. Puis ce fut le déchirement. Dans la peine, la souffrance et les larmes, ils ont du abandonner ce sol, où leurs familles étaient nées, avaient appris, avaient construit leur vie. De la dernière génération des Juifs d'Algérie à avoir connu et aimé ce pays, où se trouvent leurs racines. Il ne subsistera bientôt que peu de choses de leur présence, puisque tout est nié, banni là-bas dans un discours officiel, même si ce discours commence çà et là à être contesté par de courageux intellectuels.

Néanmoins, cinquante années plus tard, rien ne s'est effacé dans leur souvenir.

Ce colloque vous invite à la redécouverte de ce judaïsme spécifique, avec sa mosaïque de communautés qui allaient des bords de la Méditerranée jusqu'aux sables du Sahara."

Enfin pour moi, cet article est l'occasion de vous rappeler une autre grande manifestation associée à ce cinquantenaire : la magnifique exposition au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme (M.A.H.J), "Juifs d'Algérie", dont vous trouverez la présentation en lien.

J.C