Notre radio

Notre radio

24 mai 2009

Monde slave et monde musulman, affrontements et convergences : Alexandre Del Valle sera mon invité le 31 mai.

Entre la Mer noire et la Caspienne,
carte tirée du site "iran-resist.org"

Dimanche prochain, nous allons poursuivre l’examen de l’environnement géopolitique en Moyen-Orient en élargissant le cadre géographique, puisque nous allons évoquer le choc, parfois brutal, entre deux univers que la géographie a mis au contact direct l’un de l’autre. Le premier univers est celui du monde slave, ces nations qui sont établies à l’Est de l’Union Européenne, certaines à l’intérieur même de l’Union comme la Bulgarie, d’autres à ses frontières comme plusieurs ex-républiques de l’ex-URSS, elle-même remplacée par la Fédération de Russie et qui joue un peu le rôle de « parrain » pour de nombreux petits états. Le deuxième univers est celui du monde musulman, et là encore l’Histoire a rendu un peu floue la frontière entre les deux mondes : populations musulmanes à l’intérieur de l’ex-Yougoslavie, et qui aspirent à rentrer dans l’U.E ; minorités musulmanes à l’intérieur de la Russie, et qui posent des problèmes au pouvoir central - pensons par exemple à la répression féroce en Tchétchénie. Mais aussi pays musulmans dans l’environnement immédiat de la Russie, et avec lesquels les rapports sont très variables, de la quasi-alliance à des relations ambiguës. Mon invité sera Alexandre Del Valle, géopolitologue, qui a déjà publié de nombreux ouvrages et articles sur le monde musulman, c’est d’ailleurs la quatrième fois que je le reçois dans ma série. Il y a une quinzaine d’années, alors que la majorité de l’opinion et des médias prenaient partie contre les Serbes lors de la guerre en Bosnie puis au Kosovo, il disait que le soutien occidental aux Musulmans était une erreur ; et il a aussi publié un livre marquant : « La Turquie dans l’Europe, un cheval de Troie islamiste ? » (Editions des Syrtes).
Parmi les questions que je poserai à Alexandre De Valle :

- Pense-t-il que cette guerre puisse se rallumer en ex-Yougoslavie ? Et quel bilan tirer de la politique européenne et américaine dans les Balkans ?
- La même Russie qui était il y a dix ans le support des Serbes, ennemis des Musulmans, semble être revenue aux alliances de l’ex-URSS, puisqu’elle arme la Syrie, mais aussi et c’est nouveau l’Iran, qui est le principal danger pour les Occidentaux au Moyen-Orient : pourquoi ? Et pourquoi cette amnésie musulmane, qui semble tout pardonner aux Russes, y compris les massacres de centaines de milliers de leurs « frères », en ex-Yougoslavie ou en Tchétchénie ?
- Pense-t-il, comme Michel Gurfinkiel qui a été mon invité il y a quelques semaines, que l’on est revenu à la « guerre froide » avec une véritable alliance russo-iranienne ? Et que penser des liens renoués par la Russie avec plusieurs ex-républiques musulmanes d’Asie centrale : s’agit-il de prendre les Américains à revers en Afghanistan ?
- Jusqu’où ira la « dérive pro-islamiste » en Turquie, qui s’éloigne des Occidentaux et semble se rapprocher de ses voisins syrien et iranien ?

J.C