Notre radio

Notre radio

27 juillet 2009

Le philosophe égyptien Murad Wahba soutient la normalisation avec Israël et déclare : la laïcité est une nécessité culturelle

Ci-dessous des extraits d´une interview du philosophe égyptien Murad Wahba, diffusé sur la télévision ON le 22 juin 2009.

Interviewer : Croyez-vous encore au dialogue ?

Murad Wahba : Oui, et je vais vous dire pourquoi. D´abord, il n´y a pas de précédent à une guerre sans fin dans l´histoire de l´humanité. C´est pourquoi il faut mettre un terme à la guerre et amorcer la paix. La paix ne peut venir qu´avec des concessions, et les négociations nécessitent des concessions. En d´autres termes, si vous vous embarquez dans des négociations en croyant détenir la vérité absolue, ces négociations sont condamnées à échouer. Les concessions entraînent un changement de mentalité : au lieu de penser en termes d´absolu, vous devez penser en termes relatifs, afin d´arriver à la paix. Tant qu´il y aura des gens qui croiront détenir la vérité absolue - les fondamentalistes dans les camps juif et palestinien -, nous demeurerons en état de guerre. En tant qu´intellectuel, il est de mon devoir de m´efforcer de changer cette mentalité, afin d´entamer le processus de paix. C´est pourquoi je ne renonce pas à la paix. Y renoncer serait aller à contre courant de l´histoire de l´humanité.
(...)

Nous avons signé un accord de paix avec Israël. Dans cet accord de paix se trouve un article qui oblige les deux côtés à normaliser leurs relations dans les domaines économique, politique et culturel. Respecter cet accord de paix consiste à œuvrer pour la normalisation culturelle.
(...)

Les intellectuels qui se leurrent en croyant qu´il est possible de refuser la normalisation culturelle, vont à l´encontre de l´accord de paix. Deuxièmement, aujourd’hui, avec la globalisation, qui signifie la mort de la distance, aussi bien en termes de temps que d´espace, on ne peut demeurer culturellement isolé. En outre, les cultures s´enchevêtrent, que cela nous plaise ou pas. Certains disent que les Juifs s´isolent. Ce n´est pas vrai. La révolution scientifique et technologique - et c´est un point très important - a commencé au début du 20ème siècle. C´est l´époque où ont été publiées les premières études de physique nucléaire. Cela a mené à la bombe atomique, à l´utilisation de l´énergie atomique à des fins aussi bien pacifiques que guerrières. Qu´est-il arrivé à ceux qui ont mené la révolution scientifique et technologique au début du 20ème siècle ? Ils n´étaient que dix à douze, juifs pour la plupart, à mener ces recherches. Au point que la physique nucléaire a été appelée « physique juive ». En 1933, Hitler a expulsé ces gens d´Allemagne, et ils sont partis pour les États-Unis, qui les ont accueillis. C´set ainsi que les États-Unis ont accueilli la révolution scientifique et technologique dans le domaine de la physique nucléaire.
(...)

Empêcher la normalisation culturelle revient à empêcher toute participation à la révolution technologique mondiale initiée par les Juifs et à laquelle ils ont pris part activement. C´est dangereux en ce que cela nous conduit à l´isolement et au retard. La preuve en est que les universités égyptiennes ne sont plus compétitives.
(...)

Si vous instaurez la démocratie dans un contexte rétrograde, c´est la catastrophe. C´est donner du pouvoir à des gens qui détiennent la vérité absolue, comme on l´a vu dans le passé, et je vais m´arrêter là.

Interviewer : Non, je voudrais une explication.

Murad Wahba : Vraiment ?

Interviewer : En quelques mots.

Murad Wahba : Si l´on ne met pas de limites aux élections, les Frères musulmans et les autres groupes musulmans connaîtront une victoire écrasante, sous prétexte de démocratie. Est-ce ce que vous voulez ? Voulez-vous répéter ce qui est arrivé à Gaza ?
(...)

Interviewer : Vous avez dit que le terme "laïque" est tabou chez les Arabes.

Murad Wahba : Quiconque se déclare laïque se fait soit abattre, soit accuser d´apostasie. C´est ce qui est arrivé au cheikh Ali Abdel Razeq en 1925, à Taha Hussein en 1926, à Naguib Mahfouz et à Farag Fouda, qui ont été tués. Néanmoins, il me semble que la laïcité est une nécessité culturelle. J´appelle aujourd’hui à la laïcité. Nous avons donné ici quatre conférences sur le sujet, qui se sont déroulées pacifiquement, mises à part quelques menaces mineures.

Interviewer : Vous avez récemment affirmé que le fondamentalisme a conduit l´Égypte à la stérilité.

Murad Wahba : Ce qui importe le plus dans le fondamentalisme, c´est l´adhésion au texte religieux littéral, plutôt que le recours à l´esprit [pour interpréter] le texte. En d´autres termes, le fondamentalisme paralyse l´esprit. Les fondamentalistes amènent la paralysie de l´esprit, et donc de la créativité et de la pensée, ce qui induit du retard.

 Source : site MEMRI, 12 juillet 2009