Notre radio

Notre radio

11 mai 2014

La crise de l'eau au Moyen-Orient, historique et perspectives : Norbert Lipszyc sera mon invité le 18 mai



Retour à l'actualité du Moyen-Orient pour ma prochaine émission, avec un sujet original. En fait nous allons évoquer à la fois Israël et les Palestiniens, les Etats voisins et même au delà, pour aborder un dossier jamais traité encore dans ma série. Ce sujet, c'est celui de l'eau, une cause possible de conflits aujourd'hui mais aussi, et inévitablement pour la survie de l'Humanité, un enjeu de coopération pour le bien de tous. Pour en parler il fallait que sorte enfin un ouvrage synthétique permettant d'aborder toutes les facettes du sujet, et mon invité sera Norbert Lipszyc. Il a publié à la fin de l'année dernière un livre intitulé "Crise mondiale de l'eau. L'hydro diplomatie", aux éditions de Passy. C'est un livre incroyablement dense, qui nous apporte des dizaines de données chiffrées, de références, de statistiques, il a en particulier fait une compilation exceptionnelle de rapports scientifiques et de traités internationaux, en cherchant ses sources aussi bien dans les Universités qu'à l'ONU, en Israël que du côté arabe. Ingénieur des Mines, diplômé de la Columbia University, il a fait preuve d'une grande curiosité intellectuelle tout au long de sa carrière puisque, tout en ayant été en charge de l'innovation dans une grande société informatique, il se passionne pour l'environnement, étant le correspondant en France de plusieurs ONG. Je dois aussi avouer à nos auditeurs que j'ai d'emblée éprouvé de la sympathie pour sa démarche, étant ingénieur moi-même : la réalité démographique, économique, humaine ne peut se comprendre en effet que si on y associe des chiffres, or son livre remet les choses en place en les quantifiant. Seulement le sujet était trop vaste, on ne pouvait pas tout traiter en moins de 25 minutes, et c'est pourquoi j'ai décidé de consacrer deux émissions à son livre. Le 18 mai, nous planterons le décor sur les problématiques de l'eau au Moyen-Orient, en rappelant des données à la fois humaines, géographiques et politiques. Et le 1er juin, vous entendrez une émission uniquement consacrée au problème de la gestion de l'eau entre Israël et les Palestiniens.

Parmi les questions que je poserai à Norbert Lipszyc :

-        D'où vient l'eau ? Est-ce qu'elle est apportée par la pluie, qui est très rare dans la région ? Est-ce qu'elle vient des cours d'eau qui sont pompés ? Est-ce qu'il y a des sources naturelles ? Et l'eau qui est pompée, où la trouve-t-on et dans quelles limites peut-on l'exploiter, sans assécher les nappes phréatiques et surtout sans les polluer ?
-        Vous donnez pages 68 et 69 des chiffres extrêmement importants, parce qu'ils montrent que autour d'Israël, les ressources naturelles en eau sont tout à fait inégales : en 2008 elles étaient de 949 litres par an et par habitant au Liban, 866 en Syrie, 732 en Egypte, pour seulement 172 en Jordanie, 160 en Israël et 129 dans les Territoires palestiniens : comment expliquer cela ?
-        A propos de la Syrie : est-ce que ce pays, qui est principalement alimenté en eau à partir de deux fleuves qui prennent leur source en dehors, l'Oronte au Liban et l'Euphrate en Turquie, n'est pas finalement dans une situation fragile ? A propos du Golan qu'on présente comme le "Château d'eau d'Israël", puisqu'il alimente le Lac de Tibériade et fournit le tiers de la consommation totale du pays : n'est-ce pas, dans le fond, ce qui peut bloquer un hypothétique traité de paix avec la Syrie ? Vous évoquez la gestion calamiteuse de l'eau dans ce pays, les nappe phréatiques polluées en raison d'une surexploitation, des coupures d'eau : est-ce que cela n'a pas contribué à la révolution ?
-        la situation semble la pire en Egypte, où la population augmente de 1,8 millions d'habitants par an, et où quasiment toute l'eau provient du Nil, avec une quantité annuelle résultant des traités internationaux et qui n'a pas bougé depuis 1959. Les Ethiopiens sont en train de construire un grand barrage en amont, sur le Nil bleu : est-ce que l'Egypte ne sera pas le premier pays à vraiment connaitre une crise de l'eau et comment peut-elle l'éviter ?
-        A propos de la Jordanie : que prévoyait le traité de Paix de 1994 pour la gestion de l'eau et a-t-il été appliqué ? Que prévoit le nouvel accord signé à l'été 2013 ? Et que penser du projet commun de canal entre la Mer Rouge et la Mer Morte, qui permettrait de sauver cette dernière qui est en voie de disparition, projet  qui provoque aussi la critique des écologistes ?
-        Comment expliquer la chute démographique entre l'époque romaine et le début du retour des Juifs dans le pays ? Et comment expliquer que maintenant, par contraste, ce sont 16 millions d'habitants qui vivent entre Israël, les Territoires palestiniens et la Jordanie ?

Des questions vraiment passionnantes ... j'espère donc que vous serez nombreux au rendez-vous !

J.C