Notre radio

Notre radio

18 février 2013

Tags anti-arabes, par Richard Prasquier



Dans le flot des informations qui parviennent quotidiennement faut-il donner une place particulière à ces inscriptions anti arabes taguées sur un cimetière musulman de Jérusalem avec cette formule menaçante du "prix à payer"?

Ne pourrait-on pas tous les jours, écrire un éditorial de protestation contre les attaques violemment antisémites retrouvées dans les médias du monde arabe et portées à notre attention par des organisations telles que Memri ou PMW ?

Ne peut-on pas regretter que ces attaques elles-mêmes ne suscitent qu'une résignation silencieuse ou un désintérêt sans commune mesure avec les critiques massives qui suivent toute construction, aussi anodine soit-elle, planifiée par Israël dans les territoires palestiniens?

Certes.

Mais comment perdre de vue que l'éthique  doit être un moteur fondamental du judaïsme, que le sionisme est précisément un mouvement de libération nationale porté par un profond sentiment de justice et que nous éprouvons une grande fierté du fait que, malgré les conditions géopolitiques exceptionnellement lourdes, l'État d'Israël n'a pas transigé sur des principes incompatibles avec les messages inscrits sur ces tags imbéciles et criminels?
 Les Juifs ne sont pas immunisés contre la haine et le fanatisme. Notre histoire nous impose, sinon elle n'aurait aucun sens, de ne fermer les yeux, ni sur les agissements de ceux qui veulent notre perte, ni sur le racisme qui sommeille en chacun de nous-mêmes comme il sommeille en chaque homme et contre lequel notre combat doit être sans compromis.

Richard Prasquier
Site du CRIF, 15 février 2013

Nota de Jean Corcos :

Sur les détails de cette profanation, se reporter à ce communiqué de l'American Jewish Committee (AJC), section française. Lire ici.
L'A.J.C est la plus ancienne et la plus importante organisation