Notre radio

Notre radio

03 février 2013

Des Comores à la France, un parcours pour le dialogue : Saïd Mohamed Nourdine Mlanao sera mon invité le 10 février

Saïd Mohamed Nourdine Mlanao

Notre émission de dimanche prochain sera originale, et je l'espère vous intéressera, puisque nous aurons d'abord un témoignage sur un évènement largement médiatisé il y a quelques mois : le voyage de l'Imam Chalghoumi à la tête d'une délégation musulmane en Israël et dans les Territoires Palestiniens. Ce témoignage sera celui de l'un des participants, et nous en sommes ravis. Mais, au delà et comme j'ai eu le plaisir de faire sa connaissance depuis, nous allons aussi entendre pour la première fois un originaire des Comores ; ce sera l'occasion de découvrir cet état de l'Océan Indien, membre de l'Organisation de la Conférence Islamique et de la Ligue Arabe, et dont sont originaires beaucoup d'immigrés dans notre pays : mes auditeurs fidèles savent que j'ai reçu des originaires de bien des pays musulmans, du Maroc à l'Irak en passant par la Turquie et l'Egypte, mais là et bien nous aurons un franco-comorien, et ce sera un plaisir de le recevoir ; il s'agit de Saïd Mohamed Nourdine Mlanao. Il va nous raconter son parcours, son engagement aussi bien spirituel que politique, mais disons déjà qu'il est profondément impliqué dans la vie associative : élu du 15ème arrondissement de Paris, il est le Président du C.N.D.R, Conseil National de la Diversité Républicaine, une association qui milite pour favoriser l'émergence en Europe des jeunes d'origine africaine et originaires de l'Océan Indien ; conseiller de l'Imam Chalghoumi, il est profondément engagé dans son travail de rapprochement des communautés religieuses, en particulier entre Juifs et Musulmans ; musulman il l'est, membre de la confrérie Chadhuli - et il va nous préciser à quelle tendance de l'Islam il se rattache ; il travaille aussi pour le dialogue inter-religieux au sein de l'association CIEUX : bref, nous aurons vraiment un copieux menu pour cette interview !

Parmi les questions que je poserai à Saïd Mohamed Nourdine Mlanao :

- A propos de l'Union des Comores et de sa population : sont-ils tous musulmans ? Sont-ils tous arabophones ? Y a-t-il d'autres populations, par exemple des Indiens comme ailleurs dans la région ? Et d'un point de vue géopolitique, car ces îles sont d'une grande importance stratégique, est-ce que c'est aussi un lieu de rivalité entre les grandes puissances - avec peut-être récemment des tentatives de l'Iran de venir troubler le jeu ?

- Dans les années qui ont suivi les accords d'Oslo, l'Union des Comores a fait partie des états membres de la Ligue Arabe qui avaient noué des relations diplomatiques avec Israël, au niveau des chargés d'affaires ; ces liens ont été ensuite rompus avec le Seconde Intifada. Est-ce que votre voyage avec la délégation de l'Imam Chalghoumi en Israël a fait l'objet de critiques au niveau de leur Ambassade ici ou aux  Comores-mêmes ?

- Est-ce que vous pensez vraiment que les jeunes d'origine immigrée ont besoin d'associations comme le C.N.D.R que vous présidez, pour réussir socialement dans notre pays ? Est-ce que nous avons toujours un retard en matière de représentation de la "diversité" en France ? Et comment expliquez-vous le raidissement des Français ces dernières années : est-ce l'effet de la crise économique ? La peur de l'Islam ?

- En ce qui concerne le fameux voyage en Israël et dans les Territoires Palestiniens, est-ce que vous en rêviez depuis longtemps ? Quelles ont été vos impressions à l'arrivée par rapport à ce que vous avez vu - étant donné aussi que vous n'avez pas eu de chance, car partis le dimanche 11 novembre, votre voyage a été rattrapé le mercredi 14 par le nouveau "round" d'affrontements entre Israël et le Hamas, avec même - et vous l'avez vu de près - des missiles qui sont tombés à Tel Aviv alors que votre délégation y était.

- Quelles sont les membres de la société civile israélienne que vous avez rencontrés ? Quels étaient les Musulmans en particulier avec qui vous avez parlé ? Et quel type d'échanges pour l'avenir faut-il pour contribuer à la "paix des cœurs", même si bien sûr ce sont seulement les Israéliens et les Palestiniens qui doivent négocier sur place.

Un invité original, un nouveau pays évoqué dans notre série toujours ouverte sur le monde ... et j'espère que vous serez nombreux au rendez-vous

J.C