Notre radio

Notre radio

01 mars 2012

A contre-courant , pour rappel



Drôle d'illustration, non ?

Rassurez-vous, je ne vais pas reconvertir ce blog en site consacré au cinéma, quoiqu'il me soit arrivé de parler aussi de films, mais toujours en restant dans ma thématique ...
Non, il s'agit juste de rappeler à la petite partie de mon public juif francophone qui me fait l'honneur de me suivre - sur les ondes ou à cette adresse, dans notre pays ou ailleurs - que je me refuse, au nom d'une solidarité naturelle, inébranlable et non négociable avec ma communauté et le peuple israélien, de suivre le courant aujourd'hui largement dominant, justement, dans ce public : un courant, pour le dire vite, encore plus à droite que le gouvernement israélien actuel ; se croyant majoritaire pour toujours, et donc trouvant légitime d'excommunier ceux qui ne partagent pas leur avis sur tout (drôle de conception de la démocratie !) ; ricanant sur le sort des femmes soumises aux intégristes musulmans, mais ne trouvant rien à redire aux ségrégations anti-féminines chez une partie des ultra-orthodoxes en Israël ;  mettant des guillemets au mot "Palestiniens", exactement comme les plus fanatiques de nos ennemis  en mettent au mot "Israéliens" ; ayant décidé une fois de plus que les Arabes - tous les Arabes - sont affreux, sales et méchants (le seul sujet de débat étant l'ordre de ces qualificatifs) ; jouant les grands experts en géostratégie, à propos d'une hypothétique intervention militaire israélienne en solo contre le programme nucléaire iranien, intervention qui serait à la fois inévitable, facile et sans conséquences ; mangeant comme du pain blanc ce que disent les seuls et soit disant "vrais amis" de notre communauté, lesquels se situent - quelle coïncidence ! - également à la droite de la droite française ; ayant aussi définitivement intégré que islam = islamisme = djihadisme, et donc que l'on n'échappera pas au "choc des civilisations" ... mais que faut-il ajouter pour décrire ce courant "mainstream" ?

Je pense bien sûr que ce public ne doit pas suivre mon émission, et qu'il refuse d'entendre ou de lire la moindre information qui n'irait pas conforter ses préjugés. Mais pour toutes celles et tous ceux qui ne s'y reconnaitraient pas, ou qui en auraient la curiosité, je vous invite, simplement, à lire ou relire les plus de quinze articles déjà publiés sous la rubrique ... "à contre courant", en cliquant sur le libellé ci-dessous !

J.C