Notre radio

Notre radio

27 juin 2006

Que devient le Conseil Français du Culte Musulman ? Le Directeur du Bureau des Cultes au Ministère de l'Intérieur sera mon invité le 2 juillet

Cour d'honneur de la Grande Mosquée de Paris

C'est un entretien très intéressant que j'espère avoir dimanche prochain lors du prochain numéro de "Rencontre". En effet, mon invité sera Monsieur Didier Leschi, Directeur du Bureau des Cultes au Ministère de l'Intérieur. Placé sous la hiérarchie directe de Nicolas Sarkozy, Ministre de tutelle de toutes les confessions au sein de la République, il est un observateur privilégié de la difficile mise en place d'un culte musulman, à la fois harmonieux et indépendant des pressions extérieures.

Constituant la deuxième religion de France par le nombre, une population de cinq à six millions de personnes a théoriquement un organe représentatif depuis 2003 : c’est le Conseil Français du Culte Musulman, né au forceps sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, qui était déjà ministre de l’intérieur. "Théoriquement" car il semble que le CFCM soit paralysé par des luttes intestines depuis ces derniers mois, nous ferons donc un point sur les tensions, déchirements et alliances diverses entre les grandes associations musulmanes : la Grande Mosquée de Paris, traditionnellement proche du pouvoir algérien ; l'Union des Organisations Islamiques de France (UOIF), réputée proche de la mouvance des "Frères Musulmans" ; et la Fédération Nationale des Musulmans de France (FNMF), soutenue par la monarchie marocaine. Au-delà de l’organisation du culte musulman, il y a pour le grand public - et singulièrement pour les Juifs qui ont subi des centaines d’agressions antisémites provenant de jeunes issus de l’immigration - une inquiétude réelle sur l’islam politique, ses relais dans les Mosquées, et les messages pas toujours pacifiques que risquent de véhiculer certains imams ; nous pourrons aussi entendre le point de vue du Ministère de l’Intérieur sur ces questions. Enfin, et d’une manière plus large, c’est tout l’avenir de la société française qui se pose dans certaines cités de banlieue, et on dénonce (sans toujours bien définir le terme) un "communautarisme" en expansion. Nous en parlerons aussi, car beaucoup regrettent que la représentation des Musulmans de France soit uniquement religieuse, et Nicolas Sarkozy a été très attaqué sur ce point.

J.C