Notre radio

Notre radio

24 mai 2010

Les sociétés arabes malades de la schizophrénie – un article du Docteur Abd-Al Khaleq Hussein

----------------------------------------------------------------------------
Le Docteur Abd-Al Khaleq Hussein a écrit un article très fort, publié sur des sites réformistes arabes. Il date déjà de quelques années, mais conserve de son actualité, en tout cas pour plusieurs pays du Moyen-Orient ... Le site memri.org en a donné la traduction en anglais, et Albert Soued, qui a été mon invité (voir ici), en a traduit en français un extrait. Merci au traducteur, à nouveau, pour l’autorisation de reproduire ce texte. Et je vous invite à nouveau à consulter son site, nuitdorient en lien permanent sur le blog.
-----------------------------------------------------------------
" La schizophrénie est un désordre mental caractéristique d'une personnalité divisée. Individuelle, elle peut s'étendre à des groupes, des partis, des gouvernements, des sociétés entières. Ce terme est utilisé dans les sciences sociales pour décrire une société affligée par une "dualité" sévère dans sa conduite (la même chose et son contraire) et dans ses normes morales (exemple: tuer et ne pas tuer, au même niveau moral)
Un spécialiste irakien des sciences sociales, Ali al Wardi, est le premier à avoir signalé ce désordre dans le peuple irakien, le désignant par l'expression "personnalité divisée". Selon sa théorie, le peuple irakien souffre du conflit entre les valeurs de ses origines bédouines et les valeurs culturelles nouvellement acquises. A titre d'exemple, un jeune Irakien choisit son épouse selon le mode occidental (flirt, lettres d'amour, ...) et, si sa soeur fait de même, il redevient "bédouin" et devient capable de la tuer ainsi que son amant. Voici quelques exemples illustrant ce désordre mental de la société arabe, notamment dans son groupe islamique.

Folie des grandeurs
Tout schizophrène pense qu'il est unique et exceptionnel, et que tout le monde lui doit le respect. Les Arabes pensent qu'ils sont plus importants que les autres, et ils considèrent les autres nations avec mépris. Ils ne reconnaissent que leur propre religion et ne peuvent accepter de vivre en paix avec une autre religion. La foi musulmane est la seule "vraie" et doit être adoptée par le monde entier, et tout individu qui ne s'y plie pas est un infidèle. En dehors de l'islam toute autre religion est fausse, païenne, hérétique et doit être abandonnée. Sinon, c'est la guerre, les hommes sont alors tués ou convertis de force, les femmes violées et prises en otage, les enfants vendus sur le marché des esclaves, et toute propriété est livrée au pillage ou séquestrée.
Et ceci ne concerne pas seulement les fois non islamiques, mais aussi les "hérésies" de l'islam, la Shiah et le Soufisme, notamment pour les Salafi et les Wahabi.

Paranoïa
Un individu schizophrène pense que tout le monde complote contre lui, même s'il n'y a aucune preuve tangible. Les Arabes sont devenue les spécialistes des "théories du complot". Après chaque désastre naturel ou non, le responsable est "le Croisé", l'"Occidental", le "Sioniste" ou le "Mossad" et des journaux très sérieux colportent ces théories de complot. Aucun effort n'est mené pour présenter des thèses rationnelles ou proches de la réalité.
Un individu schizophrène pense que tout le monde dit du mal de lui et il vit dans une tension constante due au doute et à la suspicion, à l'égard même de gens proches. Il accuse même les médias et notamment les émissions télévisées de le viser très personnellement.
La société arabe rejette les idées et les livres occidentaux. Censure, saisie aux ports et aux aéroports, autodafés, hostilité vis-à-vis des sciences, considérée comme une importation étrangère, intellectuels persécutés, le plus faible taux de traductions ...

Illusions somatiques
L'imagination du schizophrène est délirante, comme celle de la société arabe qui croit être assiégée par des agents étrangers ou par des ennemis de l'intérieur; les prisons sont pleines d'opposants imaginaires ou d'agents "travaillant pour l'ennemi"...

Discours sans logique
Le délire du discours schizophrène est connu, pas de lien entre les phrases, pas de finalité, désordre de la pensée. La société arabe offre de plus en plus ce symptôme, y compris des universitaires, des journalistes et des intellectuels. Leur discours n'a plus aucun sens précis, vous écoutez et vous vous demandez "de quoi s'agit-il ?" et quand vous posez des questions, on vous répond que "vous n'êtes pas capable de comprendre" ...
De même l'utilisation du double langage est souvent inconscient et provient d'une division de la personnalité et de la dualité intérieure.

Perte de sentiment humain
Le terrorisme généralisé, la décapitation et la mort d'innocents au vu et au su de tous n'émeut plus personne, sauf sheikh Youssef al Qaradawi, non pour les raisons que vous croyez, mais parce que cela porte atteinte à la réputation de l'islam sur la scène internationale ...
Les portes de l'"Ijtihad"(effort sur soi-même pour trouver des solutions rationnelles aux préceptes illogiques de l'écriture sainte) ont été fermées il y a déjà plusieurs siècles. La société arabe a été ainsi progressivement ramenée 14 siècles en arrière, et elle ne peut plus jouir des progrès de l'humanité. Ou elle n'en a plus le désir ...

Léthargie et inactivité
Les schizophrènes sombrent aisément dans la torpeur et l'inactivité. La société arabe est fataliste, endormie et enregistre la productivité la plus faible sur le plan mondial. Son goût pour la vie s'amenuise et elle préfère la mort. Et c'est ce qu'on prêche dans les mosquées, la mort, pour jouir du monde à venir ...

Isolement
Le schizophrène vit isolé, détaché du monde qui l'entoure et n'est pas intéressé par la compagnie d'amis ... Dans la société arabe, ceci est dû à une éducation biaisée dès la tendre enfance, où on enseigne dans les écoles religieuses la haine de l'autre, qu'il faut éviter les non-Musulmans, et même éviter de les toucher, car ils sont impurs ... La culture arabe d'aujourd'hui encourage la séparation du "croyant" de l'"infidèle" et la haine de ce dernier. Le sheikh inspirateur de la nouvelle doctrine, IbnTaymiyya, dit "si on est obligé de voir l'infidèle pour des raisons médicales ou d'échange marchand ou d'études particulières, il faut remplir d'abord son coeur d'hostilité à son égard ..."

Paralysie mentale
Le schizophrène n'est pas conscient de son état et se croit parfaitement sain. La société arabe vit dans l'inconscience des risques qu'elle encourt, si elle poursuit son chemin dans la rétrogradation et l'arriération. Elle ne discerne pas le mal qu'elle s'inflige en souhaitant vivre selon les critères désuets des "pères fondateurs".
La société arabe est aujourd'hui incapable de discerner entre le bien et le mal. Il suffit par exemple de recenser tous les massacres perpétrés sans raison logique seulement depuis la fin de la dernière guerre mondiale, en Algérie, en Syrie, au Liban, au Yémen, en Irak ... et on ne parle pas ici de l'islam.

Conclusion
Si les gouvernements arabes ne prennent pas conscience du danger et ne font pas l'effort de commencer à réformer leur société pour diriger le peuple vers la démocratie, l'histoire va les rattraper, d'une façon violente et douloureuse."

Docteur Abd-Al Khaleq Hussein
------------------------------------------------------------------