Notre radio

Notre radio

04 septembre 2005

Israël-Pakistan : une poignée de mains historique

Photo des ministres des affaires étrangères Silvan Shalom (Israël) et Khurshid Kasuri (Pakistan), 
prise à Istanbul le 1er septembre 2005 (A.P)

Voilà une photo qui a fait la une des journaux, israéliens et pakistanais, bien sûr, mais aussi internationaux. Le Pakistan, géant de plus de 160 millions d’habitants (sixième de la Planète par sa population, et deuxième du monde musulman après l’Indonésie) vient par cette rencontre officielle de reconnaître, même de façon non encore officielle, l’existence de l’état juif ! Un évènement considérable, dont on peut résumer ainsi les principaux commentaires : oui, le régime de Pervez Musharraf, montré du doigt après le 11 septembre et les attentats de Londres, cherche à remonter sa côte auprès des Occidentaux (ses universités islamiques ou « madrassas » servent de couveuses au terrorisme international) ; oui, l’alliance stratégique (militaire, technologique et industrielle) entre son grand rival, l’Inde et le petit Israël, a pris de telles proportions qu’il cherche peut-être à la « pourrir » par un tel rapprochement ; oui, les autorités officielles pakistanaises viennent de dire qu’il n’est pas question d’établir des relations diplomatiques avant l’établissement d’un état palestinien ...
Mais pourquoi gâcher son plaisir en ne voyant pas aussi d’autres signaux positifs ? C’est la Turquie, Pays musulman du Moyen Orient le plus proche d’Israël qui a organisé cette rencontre. Malgré ses vociférations menaçantes, l’opposition islamiste n’a réuni au Pakistan que des maigres manifestations de quelques centaines de personnes, comme le révèle Aluf Ben dans l'édition du 2 septembre du journal "Haaretz". Dans le même journal, Yossi Melman rappelle combien des décennies de propagande antisémite ont affecté là bas des millions de personnes, qui croient encore aux « théories du complot » des sinistres « Protocoles des sages de Sion ».

Une fois encore, on découvre après coup le résultat d’intenses négociations souterraines, celles dont les journaux justement ne parlent jamais. Alors, un petit rappel concernant notre émission : « Rencontre » avait reçu le 27 janvier 2002 Gideon Kouts, journaliste israélien de la deuxième chaîne de télévision ; et il avait parlé de son voyage au Pakistan et des « directs » réalisés depuis ce pays à l’époque si hostile, en disant qu’il avait été reçu très courtoisement. Pour les auditeurs qui s’en souviennent, ce numéro semble après coup un scoop !

J.C