Notre radio

Notre radio

13 novembre 2016

Il s'appelle Trump, mais en réalité c'est toujours lui !




Le sourire du mois
- novembre 2016

Impossible d'ignorer ici le "choc" que fut l'élection de Donald Trump, que l'écrasante majorité des médias avait refusé d'envisager.

J'ai choisi de l'évoquer ici, mais brièvement et sur le mode de l'humour : c'est pour le moment le seul qui me semble adéquat, car je ne me reconnais ni bien sûr parmi ceux qui se réjouissent - et cette catégorie comprend une "blogosphère" juive francophone décidément gangrénée par des discours d'extrême droite ; ni dans certaines publications du bord opposé, sonnant le tocsin et faisant du futur locataire de la Maison Blanche un représentant du Klu Klux Klan ou une réincarnation d'Adolf Hitler. Ma certitude - la seule à ce stade, mais l'avenir nous révèlera rapidement le fond ou l'inconsistance du personnage -, est que derrière ce candidat aux propos sulfureux et provocateurs, se cachait d'abord un comédien et un manipulateur hyper doué, qui a su tirer profit du discrédit des politiques traditionnels : Silvio Berlusconi, en son temps, avait vendu un autre discours populiste à un électorat italien, effrayé par le vide politique après l'implosion des partis politiques de Droite et de Gauche, discrédités par des scandales en tous genres (la fameuse "opération mains propres" du début des années 90). Capable de vendre la Lune avec du bagout et un grand sourire, l'homme d'affaire rusé, créateur d'un réseau de chaines de télévision aussi superficielles que vulgaires, était ainsi devenu un personnage incontournable de la vie politique de son pays.

Aujourd'hui, donc, un autre homme d'affaires milliardaire accède aux plus hautes fonctions, cette fois à la tête de la première puissance mondiale ; comme son "maître", c'était d'abord un personnage médiatique, connaissant remarquablement le langage de la télévision (il a ainsi produit une émission de téléréalité, et il a même joué comme acteur) ; et, comme le dit finement ce montage photo créé en Italie, "Il s'appelle Trump, mais en réalité c'est toujours lui".

J.C