Notre radio

Notre radio

04 août 2014

Retour, toujours la guerre avec le Hamas, et premiers bilans



Un retour avec quelques jours de retard, et hélas pas encore la photo de "fin" à poser à l'issue de ce nouvelle guerre avec l'organisation terroriste, débutée il y a maintenant presque 4 semaines. Rentré moi-même de petites vacances bien reposantes - et heureusement sans micro -, je serai encore pris les prochains jours et je ne pourrai donc faute de temps vous proposer une nouvelle synthèse originale.


Cependant, et comme le retrait terrestre de la bande de Gaza a commencé samedi soir, les éditorialistes de la presse israélienne proposent déjà quelques bilans. J'ai sélectionné pour les fidèles lecteurs du blog trois liens, assez représentatifs de la diversité de sensibilités et d'analyses que l'on peut lire sur ces médias, en vérité plus nuancés et riches que ce que l'on peut retrouver sur les médias communautaires en France.


- Optimiste, Yossi Melman titre son dernier article sur le site de nos excellents confrères d'I-24 News, "Le repli victorieux de Gaza" : pour lui, et "même s’il n’y a eu “que” 800 civils qui ont été tués, dont des enfants, en dépit des efforts de Tsahal pour éviter de toucher les populations civiles, Israël n’a a pas de quoi être fier" ; le Hamas a perdu la majorité de son stock de missiles, il n'a rien obtenu de concret ; et, comme ce fut le cas pour la deuxième guerre du Liban, "ce qui a semblé au début être un échec tactique et une victoire du Hezbollah s’est révélé être une énorme réussite stratégique d’Israël qui a apporté jusqu’à présent huit ans de calme au nord d’Israël." ; il espère donc que ce conflit en sera la réplique : lire sur ce lien
 

- Beaucoup plus réservé, David Horovitz du journal en ligne "The Times of Israël" établi un bilan très objectif, avec l'actif et le passif de cette guerre : comme points positifs, la résilience du public israélien malgré des semaines d'attaques de missiles ; l'efficacité extraordinaire du système "Dôme d'acier" qui a évité de terribles destructions ; les succès de Tsahal sur le terrain, malgré des conditions de combat très difficiles dans la bande de Gaza ; mais au passif, il relève que le Hamas est toujours en place, et continue d'envoyer des roquettes ; la fragilité du pays a été mise en évidence par la suspension, même temporaire, des liaisons aériennes assurées par les compagnies étrangères ; et surtout, l'image noire d'Israël relayée par toutes les télévisions du monde, la souffrance terrible des populations civiles palestiniennes alimentent en plus une montée en flèche de l'antisémitisme, qui inquiète les Juifs de la Diaspora : lire ici.


- Prenant de la hauteur par rapport à la guerre proprement dite, mon ami Jacques Benillouche du blog "Temps et Contretemps", de mon ami Jacques Benillouche,  démontre dans cet article extrêmement documenté combien cette guerre a révélé quelque chose d'extraordinaire, l'alliance de fait entre Israël et trois pays arabes, Egypte, Arabie Saoudite et Jordanie. L'Egypte a peur du Hamas, allié des djihadistes dans le Sinaï ; la Jordanie a peur des autres islamistes de l'EIIL, ceux du "Califat" établi entre l'Irak et la Syrie ; et l'Arabie Saoudite, a peur de l'Iran - allié du Hamas - et elle en veut au Qatar qui soutient l'organisation terroriste :
lire cet article



J.C