Notre radio

Notre radio

04 septembre 2012

Israël se rend compte : seuls les États-Unis peuvent empêcher l'Iran de devenir une puissance nucléaire, par Ron Ben-Yishai


Introduction :
C'est une nouvelle rubrique que je vous propose, amis lecteurs : "La traduction originale" (1), qui vous permettra d'accéder à une sélection d'articles de la presse israélienne et internationale, à partir de sources en anglais.
Premier papier, passionnant, d'un des meilleurs experts, sur un sujet toujours brûlant ... bonne lecture.
J.C
(1) Correction d'octobre 2014 : trop optimiste, j'avais prévu de faire une rubrique mensuelle, intitulée "La traduction du mois". Je corrige donc le "chapeau" pour la série d'articles déjà publiés. 
(2) J'ai également mis sous ce libellé quelques articles traduits par mes soins, mais avant septembre 2012

La traduction originale

- septembre 2012

C'est un secret bien connu : l'armée israélienne et les services sécurité ont eu comme axe de travail, ces dernières années, la création d'une option militaire viable pour une frappe en Iran. 
  
Israël a investi des milliards dans cette entreprise. Le but était d'obtenir des capacités opérationnelles qui pourraient servir de base à une frappe, qui, si elle était lancée, ramènerait le programme nucléaire iranien plusieurs années en arrière. Avec un peu de chance, on pourrait même arrêter le programme nucléaire tout à fait.

Un plan créatif à cette fin a été conçu pendant le mandat de Gabi Ashkenazi comme chef d'état major de Tsahal, mais à l'époque le Premier Ministre Benjamin Netanyahu et le Ministre de la Défense, Ehud Barak, ont été confronté à deux obstacles : l'administration Obama a été, et demeure, farouchement opposés à une frappe, de peur de une flambée des prix du pétrole, ce qui pourrait entraver la reprise économique et malmener les chances du Président pour sa réélection. En Israël, des officiers supérieurs de Tsahal et la communauté du renseignement ont exhorté Barak et Netanyahu de retarder les plans d'une attaque. Ashkenazi, l'ancien chef du Mossad Meir Dagan, puis la tête du Shin Bet, Yuval Diskin, ne sont pas contre attaquer l'Iran par principe. Ils étaient convaincus, avec d'autres responsables du renseignement de haut niveau et des officiers de l'état-major, que l'Iran doit être empêché d'atteindre des capacités nucléaires à n'importe quel prix. Ils sont toujours convaincus de cela. Mais, à leur avis, une frappe en Iran, en particulier si elle est menée par Israël, doit être un dernier recours, lorsque, comme Ashkenazi l'a déclaré à l'époque, «l'épée sera  sur le cou d'Israël."

La position de l'échelon de la sécurité était d'avis que si l'Iran atteint le point où seule une opération militaire pourrait mettre un frein ou d'arrêter son programme nucléaire, il serait préférable que les États-Unis mènent à bien une telle opération, surtout parce qu'ils possèdent les capacités, les ressources et les bases militaires pour opérer dans tout l'Iran, et soutenir une campagne militaire sur une longue période de temps - voire des mois. Une telle opération serait capable d'empêcher l'Iran de remettre en route son programme nucléaire.

À l'époque, l'establishment de la sécurité et le Mossad étaient encore sous l'impression que les sanctions économiques, la diplomatie et la guerre secrète technologique conduite par Washington pourraient retarder le programme nucléaire iranien, plus que tout frappe israélienne le pourrait. Il faut noter que, à ce moment-là,  l'agitation sociale en Iran a menacé de renverser le régime conservateur dirigé par le chef suprême Ali Khamenei.

En regardant en arrière, à la lumière des développements récents, on peut supposer sûrement que, si les sanctions américaines et européennes avaient été imposées il y a deux ou trois ans, l'Iran aurait été prêt à faire des compromis
maintenant. Mais dans la situation actuelle, l'Iran ne fait que commencer à ressentir les effets économiques des sanctions occidentales, tandis que son programme nucléaire est à un stade avancé et a même été accéléré. Mais l'administration Obama et l'Europe ont perdu un temps précieux lorsque le Conseil sécurité de l'ONU a tenté de mener un dialogue avec l'Iran. Pendant ce temps, Téhéran a construit le complexe fortifié dans Fordo, installé des centrifugeuses de pointe dans ce centre, et il produit suffisamment d'uranium faiblement enrichi pour trois ou quatre ogives nucléaires. Aujourd'hui, les centrifugeuses en Fordo sont déjà capables d'enrichir de l'uranium à une concentration de 20% de matière fissile. A partir de là, il ne faudrait pas à l'Iran beaucoup de temps pour produire des matières fissiles. Ils ont déjà assez d'uranium enrichi pour construire un certain nombre de bombes.

Par conséquent, à partir d'un point de vue militaire et peut-être même stratégique, Netanyahu et Barak ont ​​eu raison dans leurs hypothèses. À l'époque, Israël aurait pu frapper les installations nucléaires iraniennes avec une relative facilité et retarder le programme nucléaire de plus d'un ou deux ans. Mais depuis lors, l'Iran a développé des "zones d'immunité" qui protègent son programme nucléaire et de missiles. À l'époque, ils ont été assez exposés.

Mais les chefs de l'establishment de la sécurité ont également eu raison de s'opposer à une attaque unilatérale israélienne contre les installations nucléaires de l'Iran et les caches de missiles. Une telle frappe, si elle n'est pas effectuée par les États-Unis, doit au moins être lancé en pleine coordination avec Washington - en raison de son champ d'application et des complications possibles. Ce ne serait pas une attaque ponctuelle comme celle qui a détruit le réacteur irakien en 1981 ou celle qui a visé le réacteur syrien en 2007 (selon des rapports étrangers, l'attaque en Syrie a été menée par Israël). Une attaque contre l'Iran nécessiterait de survoler ou d'envoyer la flotte à travers le territoire ennemi, ce qui augmente naturellement les chances d'être détecté dès le début de l'opération. Pour pallier au moins à certaines des complications qui pourraient survenir dans le cas où les forces israéliennes seraient détectés avant d'atteindre leurs objectifs, nous aurions besoin des États-Unis. C'est du moins ce que les officiels de la Défense israéliens prétendent, lors de leurs entrevues avec le "New York Times" et le "Washington Post".

Les Iraniens utilisent les négociations avec l'Ouest pour gagner du temps, un temps qui leur sert pour augmenter le rythme d'enrichissement d'uranium et de développement d'armes. Toutefois, pour le moment, Khamenei ne peut pas se prononcer sur l'avancement vers la «percée nucléaire", lui donnant la capacité pour construire une véritable bombe atomique ; mais il sera en mesure de prendre une telle décision dans le début de l'année prochaine.

Pendant ce temps, Israël poursuit ses préparations, qui sont dirigés par le Chef d’État Major des Forces de Défense d'Israël , Benny Gantz. Les membres de la commission des Affaires étrangères et de la Défense de la Knesset prétendent que les anciens responsables de sécurité qui sont contre une frappe israélienne ne sont pas familiers avec le plan actuel et les capacités existantes. A en juger par ses comparutions devant le comité, Gantz semble être à peu près certain que, s'il avait l'ordre d'attaquer, l'armée israélienne serait capable de surprendre les Iraniens et de créer un choc dans le monde. Il y a, cependant, ceux qui prétendent que Gantz est également opposé à une frappe, comme le sont les actuels chefs de l'Armée de l'Air, les services de renseignement de l'armée, le Mossad et le Shin Bet. Mais cette affirmation est fausse. Des Ministres ont entendu Gantz dire qu'il n'y aura apparemment pas d'autre choix que de frapper l'Iran. Il semble que, tout comme Netanyahou et Barak, il est convaincu que les sanctions et les pressions diplomatiques ne suffiront pas à freiner les ambitions nucléaires de la République islamique.

Les responsables israéliens pensent que l'Iran aura la capacité d'atteindre "la percée nucléaire" bien avant que les sanctions puissent menacer le régime de Téhéran.

D'après les information déjà été divulguées dans la presse, il est assez évident que Gantz préfère qu'une telle opération militaire soit dirigée par les Américains - pour un certain nombre de raisons : l'armée américaine a le pouvoir de rester pour mener une campagne militaire qui serait capable arrêter le programme nucléaire de l'Iran complètement, alors qu'Israël a seulement la capacité de ramener ce programme nucléaire quelques années en arrière. En outre, si les Américains décident de frapper l'Iran, ils pourraient aussi aider Israël à repousser une contre-attaque par l'axe du mal, qui comprendra le Hezbollah, le Hamas, le Jihad islamique et peut-être aussi bien la Syrie. Une autre raison possible est qu'une frappe unilatérale israélienne lancée sans le soutien de Washington isolerait Israël diplomatiquement.

Il semble que Gantz - comme Ashkenazi, Diskin et Dagan - pensent que l'Iran doit être empêché d'atteindre des capacités nucléaires à n'importe quel prix - de préférence avec l'aide des États-Unis.

Dans tous les cas, Israël n'a pas encore atteint le moment où elle doit décider si oui ou non il doit attaquer l'Iran. À la lumière de la situation économique en Iran et au stade actuel de son programme nucléaire, Israël a jusqu'à la mi-octobre à décider. Après cela, la météo peut empêcher toute attaque israélienne. Mais Israël peut même différer la frappe jusqu'au printemps. Il ne semble pas que la situation sur le terrain va changer radicalement au cours de cette période.

Ceux qui prendront la décision en Israël, dirigés par Netanyahou et Barak, sont de plus en plus convaincus de l'intention des États-Unis à empêcher un Iran nucléaire - indépendamment de savoir si Obama sera réélu ou si Mitt Romney prendra ses fonctions. La foi de Jérusalem dans la détermination de Washington a été grandement renforcée par la connaissance d'un plan du Pentagone pour une grande opération aéronavale, au cas où l'Iran déciderait d'opérer une décision pour  la "percée nucléaire".  "Nous ne permettrons pas l'Iran de développer une arme nucléaire, point à la ligne", a déclaré cette semaine, lors de sa visite en Israël, Léon Panetta Secrétaire à la Défense américain. De plus en plus familiarisés avec le plan du Pentagone, les dirigeants israéliens ont abouti à la conclusion que les États-Unis sont apparemment prêts, et ils en ont les capacités, pour pulvériser le programme nucléaire militaire de l'Iran. La poursuite du déploiement de forces américaines, britanniques et françaises (à la fois aériennes et navales) dans le Golfe Persique et la Méditerranée, est considérée par Jérusalem comme la preuve que les intentions de l'Occident sont sérieuses.

 Il est clair que Netanyahu et Barak devront déterminer si Israël peut faire confiance à la promesse du États-Unis à contrecarrer les ambitions nucléaires de l'Iran par la force militaire dans les cas où les négociations et les sanctions s'avèrent insuffisantes - ou s'il faut lancer une attaque unilatérale bleu et blanc sur la République islamique.
 
Ron Ben-Yishai,
Ynet, 3 août 2012

Traduction Jean Corcos