Notre radio

Notre radio

01 mai 2012

Marche à La Bastille pour l’islam de France, contre le terrorisme


 
Hier était organisée Place de la Bastille à Paris une marche contre le terrorisme à l’appel d’un collectif d’associations musulmanes, à l’initiative de l’imam de la mosquée de Drancy, Hassen Chalgoumi. Un précédent appel en faveur d’une marche silencieuse avait été lancé pour le dimanche 15 avril, marche finalement reportée officiellement en raison du trop grand nombre de meetings politiques dans la capitale.
Enfin réunis, tous entendaient hier défendre un Islam de France, condamner le terrorisme mais aussi protester contre ce qu’ils qualifient d’acharnement des médias contre leur communauté doublé d’un acharnement des politiques; mais aussi contre la récupération politique faite par certains musulmans dont Abderhamane Dahmane, à l’initiative du soi-disant appel des 700 mosquées.

« Stop au fanatisme ! Ce ne sont pas eux qui nous représentent. Je lance un appel aux candidats, pour le respect de notre religion, mais aussi pour la fin de l’ingérence étrangère dans notre religion, pour la formation des imams, pour un islam de France » lance Hassen Chalgoumi. Pour lui, il doit y avoir un échange avec la République : « Nous, on condamne le terrorisme, mais en retour, on aimerait que le racisme soit dénoncé dans notre société. Les mosquées qui brûlent, les tags d’injure à Aulnay sous Bois, les « vous êtes tous des Mohammed Merah », non ça n’est pas possible non plus. »
Dans la petite centaine de personnes, des chrétiens coptes, mais aussi un représentant du monde juif, Sami Gozlan, du Conseil de la communauté juive de Seine Saint Denis : « Je suis très heureux d’être là aujourd’hui alors qu’à quelques mètres de notre synagogue se tenait il y a quelques semaines le Congrès de l’UOIF. La plupart des musulmans de France est très modérée mais ces populations ont peur de s’engager, elles sont souvent immigrées, mais à partir d’aujourd’hui les choses vont changer. » Effectivement, hormis les leaders associatifs, difficile d’engager la discussion avec les simples membres, comme ces jeunes femmes pakistanaises habillées de noir, membres de l’association Mivah Ul Quran : « Nous sommes venues dire que l’islam est une religion de paix. On est là que pour la religion. »
« Ce type de manifestation est de nature à nous rapprocher. Certaines organisations politiques se servent de clichées qui font du soutien à la Palestine un axe politique, comme à Toulouse, ou au Blanc Mesnil. Mais ici tout ça est mis de côté. » continue Sami Gozlan. Plane évidemment sur cette marche le souvenir des actes de Mohammed Merah. Et si Sami Gozlan est là aujourd’hui, c’est bien parce qu’il approuve l’action de l’imam de Drancy : « Il est très clair dans sa condamnation de l’islam radical. »

Le vote musulman en question

Même si tous se défendent d’interpeller les candidats pendant le second tour de la présidentielle, la politique n’est pas très loin, notamment lorsqu’on les interroge sur la question d’un éventuel vote musulman.
« Il n’y a pas de vote musulman » voilà ce que dit  Fatima Belarabi, présidente de l’association des femmes marocaines à l’étranger, tout en ajoutant : « Les français qui vivent au Maroc ont voté à 36% pour Sarkozy ! » Plus loin, Majid Touhami, vice-président du Conseil des musulmans de Montreuil, me confie : « On va faire la différence nous ! » Et quand on lui demande à l’avantage de qui il entend faire la différence, il répond, dans un sourire : « Contre le Pen. » Et puis il ajoute : « Plus de 60% des musulmans ont voté pour Mélenchon chez nous » Un score établi  selon un chiffrage dans certains bureaux de vote du XVIIIe, du XIXe, de Montreuil et de Bagnolet.
Alors quand on les interroge sur l’action de M. Dahmane, tous vocifèrent contre lui : « Il n’est jamais venu nous voir, on l’a interpellé à plusieurs reprises, mais c’est une blague cet homme ! Il connaît pas nos problèmes, maintenant qu’il a été viré, il revient vers nous… » nous confie Majid Touhami. « Mais qu’il l’avance, qu’il l’avance sa liste ! Son action est indigne, la religion, c’est intime, il faut avancer, pas régresser ! L’appel au vote oui c’est un devoir, mais sans donner de consigne. » continue Fatima Belarabi. Même l’imam de Drancy est sceptique : « Qui a le pouvoir de mobiliser 700 mosquées ? Quand il a voulu lancer l’étoile verte pour les musulmans, ils étaient quatre !. » – en référence à l’appel lancé par M. Dahmane l’an dernier aux musulmans à porter une étoile verte, pour dénoncer la stigmatisation dont ils étaient victimes.

Une citoyenneté de quartier

« On est loin des institutions représentatives, CFCM, Mosquée de Paris mais ils vivent dans une bulle…c’est une coquille vide. » nous confie Majid Touhami. « Nous, on défend une citoyenneté de quartier » explique Alexandre Vigne, catholique, fondateur de l’association CIEUX, Comité interreligieux pour une Ethique universelle et contre la xénophobie. « Les lieux de culte au niveau local y contribuent. Quand il n’y a pas de dialogue entre toutes les religions, c’est là qu’il y a un problème. » ajoute-t-il. Et Sami Gozlan d’ajouter : « Je suis invité dans les mosquées, je prends la parole devant les fidèles. On se voit fréquemment avec tous les imams de la Confédération des imams de France, c’est tout à fait chaleureux, et sincère. On se soutient. »
« On se soutient » : cette marche, elle est celle d’associations de Seine Saint Denis, habitués à travailler ensemble dans des quartiers difficiles, habituées à s’ouvrir. Le résultat d’expériences locales qui pourraient peut-être à terme porter ses fruits au niveau national. Tous entendent en tout cas incarner un nouveau visage de l’Islam, soucieux de s’inscrire dans le strict cadre de la laïcité, et capable de se mobiliser.

Blog "Crise de foi"
Le blog de Virginie Riva
30 avril 2012