Notre radio

Notre radio

30 mai 2012

Une visite judéo-musulmane au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme !

Pendant la visite au M.A.H.J, mardi 22 mai 2012
(photo Erez Lichtfeld) 

Je vous avais parlé, au début de l'année, de la première rencontre officielle entre le CRIF et la Grande Mosquée de Paris, c'était le 17 janvier. Il avait alors été convenu que notre institution et la G.M.P développeraient des activités communes, destinées naturellement à rapprocher nos deux communautés.
La semaine dernière a eu lieu la première de ces manifestations, avec une visite judéo-musulmane au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme (M.A.H.J). En effet, des membres de la Commission pour les Relations avec les Musulmans du CRIF, que j'ai l'honneur de présider, recevaient au Musée 16 étudiants imams et aumôniers/aumônières de l'Institut de théologie Al-Ghazali de la Grande Mosquée de Paris. Spectacle donc étonnant et réconfortant, que de voir dans ce haut lieu de la culture et de la mémoire juive, des jeunes musulmans, et en particulier les étudiantes, portant toutes les hijab ! Nous attendait une conférencière, qui nous a accompagné dans une passionnante visite guidée de l'exposition "Les Juifs dans l'Orientalisme". Mon amie Eve Gani rend compte de cette visite sur le site du CRIF. Juste quelques mots, en complément, pour vous faire part d'impressions fortes ...

D'abord, et c'était le premier but de cette visite commune : rappeler à des jeunes originaires d'Afrique du Nord, qu'il y a eu aussi, pendant deux millénaires, des Juifs qui ont vécu dans leurs pays, et qu'ils y avaient un mode de vie très proche de celui des Musulmans ; cela, les tenues vestimentaires, les toiles colorées évoquant des mariées au Maroc ou des mendiants dans les ruelles des Mellahs, l'évoquaient amplement !
Mais la visite de l'exposition a eu des moments très forts aussi, parce que le vécu commun des Juifs et des Musulmans a connu, aussi, des moments tragiques : sans que cela soit une cause de dispute, la conférencière a aussi commenté un tableau de Dehodencq, "L'exécution de la juive", retraçant la décapitation, à Fez au 19ème siècle, de la jeune Sol Hatchuel pour "apostasie" - ayant prononcé la "Chahada" pour devenir musulmane, elle voulut redevenir juive.

Autre moment émouvant, une toile d'Horace Vernet, cette fois sur un thème biblique et rassemblant Abraham, l'ancêtre mythique commun des Juifs et des Arabes, Agar, la servante égyptienne, et Ismaël ... ces deux étant chassés, dans un épisode célèbre mais "traumatique" pour les deux mémoires : la tradition musulmane faisant d'Ismaël le "vrai descendant", les Juifs se réclamant bien entendu d'Isaac, etc. Et bien ce tableau fut commenté, là encore avec tact et alors qu'il était si lourd de sens !

Alors, cet exposition orientaliste comprend aussi des toiles fabuleuses sur la Terre Sainte, et qu'ont pu voir nos invités musulmans : sur Jérusalem, par exemple, dont l'importance pour la mémoire chrétienne est évident - tous les artistes de l'expo l'étaient, quasiment - mais dont la centralité juive a été soulignée. Une toile sublime de Roberts montrait le Mont du Temple, au 19ème siècle, dans son environnement de l'époque, désertique, sans constructions sur les collines alentour  ...

Je ne sais pas où iront prêcher ces futures imams, dans quels hôpitaux ou prisons iront ces aumônières voilées. Mais je suis heureux que l'on ait pu partager ce moment d'émotion artistique avec elles et eux. Et j'espère d'autres partages à l'avenir !

J.C