Notre radio

Notre radio

25 novembre 2018

Que devient la Fraternité d’Abraham ? Edmond Lisle sera mon invité le 2 décembre

Conférence de la Fraternité d'Abraham, 15 novembre 2018 (*)

Comme vous le savez, et au-delà de la thématique principale de cette émission consacrée à la connaissance du monde musulman, je n'oublie jamais ni la ligne éditoriale de notre station, radio ouverte et laïque, ni mon engagement personnel de vous faire connaitre les associations de terrain qui travaillent pour le dialogue entre communautés et religions. Nous avons reçu quasiment toutes celles travaillant pour le rapprochement entre Juifs et Musulmans. J’avais eu ainsi le plaisir de recevoir il y a déjà six ans le président de la Fraternité d’Abraham, association qui œuvre pour le dialogue entre les trois grandes familles du monothéisme ; mais depuis 2012 elle a accompli beaucoup de réalisations, et c’est pourquoi j'aurai le plaisir d’avoir à nouveau comme invité son président, Edmond Lisle. Un rappel aussi : mes amis auditeurs ou lecteurs du blog savent que je travaille aussi en dehors de la radio justement pour ce dialogue inter religieux, et c’est ainsi que j’ai eu l’honneur d’être accepté au bureau de cette association où je suis actuellement un des trois vice-présidents, chaque vice-présidence représentant une des trois religions monothéistes. Je m’efforcerai, bien sûr, de ne pas mélanger les genres et je resterai dans mon rôle de journaliste, même si j’ai vécu de l’intérieur l’énorme travail bénévole réalisé par mes amis de la Fraternité.

Parmi les questions que je poserai à Edmond Lisle :

-          Beaucoup de nos auditeurs ne connaissent pas encore cette association, quand a-t-elle été fondée ? Quels en ont été les promoteurs ? Quels sont ces buts ? Et est-elle parrainée par les instances officielles des grandes religions chrétiennes, juive et musulmane ?
-          J’ai eu le plaisir de recevoir à la radio il y a quelques semaines Tania Heidsieck, à propos de son beau livre « Au nom du Père et des Fils ». Deux extraits dans l’introduction très dense que vous aviez écrite : « Les trois monothéismes se réclament chacun de la même révélation, celle de la Bible hébraïque (…). « Comment se fait-il alors que cette commune révélation, annoncée puis reconfirmée à des périodes différentes, dans des langues et à des populations distinctes, soient devenues sources de conflit ? ». Pouvez-vous nous éclairer là-dessus ?
-          Un conflit, qui prend de plus en plus une connotation religieuse, c’est l’interminable affrontement entre Israéliens et Palestiniens. Vous en parlez souvent dans vos éditoriaux, la revue a consacré dernièrement un numéro spécial à Jérusalem : comment arriver à positionner la Fraternité d’Abraham sans heurter les uns ou les autres ?
-          Une des réalisations les plus remarquables de la Fraternité d’Abraham depuis six ans a été la création de la « Fondation Ethique et Economie ». Elle a été cofondée avec l’Académie des Sciences Morales et Politiques, et c’est ainsi qu’ont été proposées au public des conférences des très haut niveau dans l’enceinte prestigieuse de l’Institut, qui abrite l’Académie Française. Quel est le lien entre cette fondation et le message général de la Fraternité d’Abraham ?
-          La Fraternité propose maintenant d’autres conférences, cette fois plus directement en rapport avec ses fondamentaux puisqu’il s’agit d’un cycle intitulé « La Méditerranée, berceau et devenir de l’Europe à la lumière du rôle et de l’évolution des religions abrahamiques ». Ce cycle est organisé par la Fraternité d’Abraham en collaboration avec l’Institut Élie Wiesel, le Collège des Bernardins et l’Institut Al Ghazali. Pourriez-vous nous présenter l’ensemble du programme ?
-           Depuis notre dernière interview il y a six ans, la France a subi beaucoup de chocs, et les gens se raidissent sur des opinions antagonistes. La question de l’islam divise beaucoup, il y a presque à part égale des compatriotes pensant que ce n’est pas une religion qui peut s’intégrer à la France, les autres disant au contraire que ce n’est pas un problème. Comment faire entendre une voix nuancée dans ces conditions ?

Des sujets brûlants comme on le voit, et une tenace éducation à la Paix que mène depuis plus de 50 ans la Fraternité d’Abraham : soyez nombreux à l’écoute !

J.C

(*) : Soirée "Moïse vu par les trois monothéismes", Institut Elie Wiesel, Paris le 15 novembre, organisée par la Fraternité d’Abraham. J'étais le modérateur de cette rencontre, où les trois conférenciers étaient - de gauche à droite sur la photo -, Karim Ifrak, islamologue, le Père Michel Gueguen, professeur au Collège des Bernardins et le Professeur Franklin Rausky, Doyen de l'Institut.