Notre radio

Notre radio

28 novembre 2017

La République résiste enfin aux "indigestes" !

Houria Bouteldja expose son programme
 
La semaine passée a vu les « Indigènes de la République » sous les feux de la rampe, d’abord sur les réseaux sociaux puis au niveau de la presse – la télévision restant, à ma connaissance, assez discrète sur le sujet.

Pour rappel, je m’étais intéressé depuis longtemps à ce groupuscule haineux contre notre pays, raciste, antisémite, en lui consacrant même un article sur ce blog en 2006. J’y analysais son idéologie, à partir de leur « Appel » servant de plate-forme au mouvement, l’année précédente. Depuis, il s’est même constitué en parti politique, « Le Parti des Indigènes de la République », ou « PIR ». Une abréviation boomerang, comme le patronyme détourné « d’Indigestes » que j’ai repris en titre.

L’encyclopédie en ligne Wikipedia   - voir sur ce lien – permet d’avoir une vue plus exhaustive sur leurs positions et sur les polémiques qu'ils ont suscitées au fil des années. A noter, à nouveau, que ceci était plutôt « passé sous les écrans radar » de l’opinion publique. 
Les « Indigènes » ont bénéficié trop longtemps de la complaisance de certains médias, syndicats ou responsables universitaires. Le combat n'est pas fini, mais beaucoup s'engagent maintenant, dans les associations laïques en particulier, pour combattre les "rouges-verts" : et la résistance marque enfin des points !
Il faut dire aussi que les provocations verbales de leur porte-parole Houria Bouteldja, invitée régulière de l’émission « Ce soir ou jamais » de Frédéric Taddeï sur France 3 , ont fini par attirer l’attention. Mais revenons à la chronologie des dernières semaines. D’abord, les propos maladroits de la députée « France Insoumise » Danièle Obono la qualifiant « de camarade » ont déplacé les projecteurs vers Jean-Luc Mélenchon ; ce dernier écrivant une lettre ouverte au nouveau président de la LICRA pour dire qu’il se démarquait totalement du P.I.R : lire ici .

Le « Canard enchainé » a publié un article rassemblant des citations choisies de la porte-parole des Indigènes de la République, et on pourra le lire dans le texte ci-dessous.


Mais tout cela n’avait pas empêché l’Université de Limoges de l’inviter à un « séminaire d’études décoloniales » … Le gratuit « 20 minutes » s’est fait l’écho des réactions provoquées par cette réunion, en titrant (sans trop se mouiller), que cette invitation faisait polémique . Au final, et vu l’intense campagne menée contre cette étrange conférencière, à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de l’Université, son président Alain Célerier a publié un drôle de communiqué pour l’annuler.
Lire le communiqué ci-dessous.


Je vous laisse apprécier le ton ambiguë de ce teste, où était défendu – en creux – les qualités de l’invitée : en rappelant que le livre que devait présenter Houria Bouteldja avait été publié par le prestigieux MIT américain, il en faisait même un peu la promotion ! A noter aussi que, au nom de la liberté de penser et du débat ouvert à tous, la même Université pourrait inviter la prochaine fois Robert Faurisson à débattre sur l’existence « controversée » des chambres à gaz et de la Shoah.

Autre scandale – mais là, la manifestation n’a pas encore eu lieu – le syndicat Sud Education de Seine-Saint-Denis organise en décembre prochain une journée de formation sur « l’antiracisme » avec le CCIF et les compagnons de route des Indigènes de la République. Au programme « Racisme d’État », et des ateliers « en non-mixité ». On ne rêve pas … des salles de classes séparées par « race », l’idéologie « racisée » des Indigènes faisant ainsi son entrée dans les locaux de l’Éducation Nationale ! La LICRA a vivement réagi. Et son président a cosigné un communiqué de protestation avec le Comité Laïcité République, le Printemps Républicain et le Grand Orient de France. De son côté, le Ministre de l’Éducation Nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté plainte en diffamation contre le Syndicat Sud 93, à propos du soi-disant « Racisme d’État ». Et les propos du Ministre ont été vigoureusement applaudis sur les bancs de l’Assemblée Nationale, voir la vidéo sur ce lien .

La République - ou plus précisément ceux qui se reconnaissent dans ses valeurs - semble donc enfin résister au travail de sape idéologique mené depuis une dizaine d’années. Et il est permis de ne pas désespérer.

J.C