Notre radio

Notre radio

29 septembre 2010

Si la France est en danger, Israël le sera aussi, par Arnold Lagemi


Le discours de, certains parmi nous, quand bien même, ils sont peu nombreux, concernant l’avancée de l’islamisme radical en France, est inacceptable à plusieurs égards. D’abord parce qu’il cache mal un sentiment proche du désir de voir d’autres vivre une inquiétude éprouvée au quotidien. Ce comportement n’est pas une attitude juive, quand bien même une politique pro-arabe initiée en 67 occasionne un préjudice que l’approche du Président Sarkozy est venue nuancer.
 
Et d’autre part, estimer, comme on l’entend fréquemment, que l’Europe et la France connaissent une lente mais sûre régression, relève d’un délire malsain, à dimension pathogène, dont l’évolution risque d’entraîner les protagonistes dans une vision où l’objectivité aura très vite abandonné le terrain aux divagations haineuses.
 
Il est évident que certains courants étrangers vérifient jusqu’où ils peuvent aller sans heurter la conscience nationale, dont certains se demandent si sa vigueur n’est pas anesthésiée. Ridicule ! Ressaisissez-vous, la France est un grand pays aux immenses ressources d’intelligence et d’imagination. Si elle a vomi Laval, elle a suscité Jean Moulin. Le 17 Juin, la France ignorait l’existence de l’homme du 18… Par ailleurs, la Communauté juive est la deuxième du monde Occidental, après les USA. Peut-on vouloir que cette communauté soit confrontée au danger pour le seul motif de désirer que nos angoisses soient mieux comprises et partagées ?
 
Est-on si naïf au point de croire, qu’avoir entendu des propos antisémites proférés par des excités ou avoir été témoins d’attitudes anti-républicaines compromettraient une histoire riche en rebondissements aussi soudains que flamboyants. Regardez, étudiez, analysez cette histoire ; ce n’est pas rien !  La France est coutumière des grandes épreuves.
Comparez alors avec les dangers supposés. Non vraiment, c’est dérisoire ! Pour tenter de saisir toute la complexité de cette histoire, rappelez vous que, c’est la même génération qui a « raccourci » Louis XVI, entre autres, parce qu’il détenait tous les pouvoirs,  qui a remis la couronne impériale à Napoléon 1er, avec plus de prérogatives que n’auraient pu imaginer les rois, même à l’époque de l’absolutisme !
 
Qui aurait imaginé que, grâce au génie impérial, la Grande Armée imposerait  l’idéal révolutionnaire à l’Europe médusée ; rappelez vous le défaitisme transformé en victoire avec Joffre et les taxis de la Marne. Qui imaginait en 58, quand la France était dépendante des USA, que quelques années après, elle deviendrait une puissance atomique ? Etc…
 
Dans l’histoire des hommes, il y a ce que ces derniers font et puis il y a tout ce qui leur échappe. Je pense à Jacques Attali qui prévoit un risque majeur de disparition des juifs devant les impératifs démographiques. Nous en avons connu de ces prophètes de malheur et on a vu les résultats.
 
Elevez le débat, dépassez l’anecdote pour atteindre l’essentiel. Vous verrez, là, plus rien n’est évident, parce que la grandeur de la France s’accommode mal des définitions réductrices. La politique pro arabe de la France fait mal aux Juifs, certes. Elle fait d’autant plus mal que les Juifs restant très attachés à ce pays, contrairement à d’autres, vivent toute déception avec tristesse et amertume.
 
«Douce France, cher pays de mon enfance,» n’est pas qu’une chanson, c’est un cri de reconnaissance, c’est un cri d’amour. Qui oserait dire que ce n’est pas vrai ?
 
Et, enfin, je voudrais rappeler à ceux qui semblent indifférents devant certains désordres, qu’ils ont la mémoire courte. La France a été d’un grand secours pour Israël. Rappelez-vous ! Qu’était l’aviation de chasse israélienne en 67, sans la France ? Avec quels avions Israël a mené la guerre des six jours ? Quel est le pays qui permit à Israël d’avoir une défense atomique ?
 
Le président Peres est un témoin précieux de ces temps d’alliance. Alors, face aux dangers qui menaceraient la France, au nom de ce qui s’est construit et qui a aidé Israël aux heures d’épreuve, restons proches de nos amis  compatriotes de métropole,  assurons les de notre soutien si nécessaire, de notre affection assurément. Disons leur les mots que nous avons aimés qu’ils nous disent au temps de l’épreuve, au nom des Justes des Nations qui grandirent leur pays, notre pays, et nous le firent aimer. Même si le danger n’est que supposé.
 
Disons leur que nous avons confiance dans les forces vives qui font la grandeur de ce pays.  Mais, même par dépit si non par conviction, ne laissons pas croire que l’épreuve est salutaire. Laissons ces comportements primitifs aux exaltés de Gaza et ne les importons pas chez nous.
 
Disons leur enfin que, tout comme une hirondelle ne fait pas le printemps, les radicaux et les fondamentalistes, Juifs, Chrétiens ou Musulmans n’écriront pas la prochaine page de l’histoire de France par l’affaiblissement de la République. Que nous serons là, dans leurs rangs, comme nous le sommes depuis 1791.
 
 Ainsi que le disait récemment le Président Sarkozy aux Juifs de France «Vous n’avez pas à vous excuser de votre attachement envers Israël. Les Juifs de France ont gardé au cœur l’amour de la République. Je suis toujours étonné qu’on demande aux Juifs de choisir entre l’attachement pour la France et l’amour pour Israël, comme si ça pouvait remettre en cause le sentiment patriotique qu’on pourrait avoir pour la France.  On ne demande pas aux gens de choisir leur région d’origine. Il n’y aurait donc qu’aux Juifs qu’on le demanderait, l’attachement de l’un serait forcément trahison de l’autre… »
 
Enfin, ne perdons pas de vue que, par le jeu des alliances, si de complications internationales mettaient la France en danger, Israël, partagerait les risques et n'échapperait pas au danger.
 
Am Israël Haï, D. protège la France !


Arnold Lagemi,
http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/
____________________________________________________________________________ 
Nota de Jean Corcos
Thérèse Zrihen-Dvir est une nouvelle venue dans la blogsphère juive francophone. Si je ne suis pas forcément d'accord avec tous les articles qu'elle publie, je la félicite d'avoir publié ce texte d'Arnold Lagemi ... une autre contribution à ma série "à contre-courant" et qui dénonce à juste titre un autre discours devenu à la mode : "la France et l'Europe sont foutues et le continent sera islamisé" ! L'auteur fait d'utiles rappels historiques, mais n'insiste pas assez à mon avis sur deux éléments : la fragilité des extrapolations politiques sur le long terme ; l'interdépendance des démocraties occidentales, Israël en premier lieu ... j'y reviendrai donc dans deux articles personnels !