Notre radio

Notre radio

16 novembre 2006

L’émission « Rencontre », (1) : des origines à aujourd’hui

Introduction :
Le 10 septembre dernier, j’ai donc, seul et en direct, fêté le deux centième numéro de « Rencontre » (voir article sur le blog, et le Quiz sur les invités) ! Il m’a semblé nécessaire de rappeler un peu l’historique de cette production, car en recueillant des propos, ici ou là, j’ai malheureusement l’impression que trop d’auditeurs n’ont pas suivi son évolution. Ci-dessous un extrait du texte lu, en guise d’explication ...
J.C

« (...) Alors « Rencontre » est née en 1997, à l’initiative de mon ami Emile Moatti et de moi-même, qui étions alors membres du bureau du Mouvement SIONA et cette création s’inscrivait dans une initiative, à ce moment là fortement soutenue par SIONA, qui était de promouvoir le dialogue avec les Musulmans. Rappelons que, à l’époque, j’allais dire « au siècle dernier » parce que vraiment on a l’impression que cela se passait il y a un siècle, les accords d’Oslo étaient le cadre de coexistence signés entre les dirigeants israéliens et palestiniens ; on se disait que la Paix prendrait du temps, mais enfin peu de monde imaginait la violence de la deuxième Intifada ; quasiment personne n’avait entendu parler de Ben Laden ni d’Al-Qaïda ; et surtout, et si on considère le contexte français, la communauté juive n’avait pas encore connu les agressions antisémites de la part d’une partie de la jeunesse musulmane, qui ont marqué le début des années 2000. Alors cette émission avait comme vocation naturelle le dialogue, la connaissance réciproque, le rapprochement entre Juifs et Musulmans, d’où son nom, « Rencontre ». Et je dois rendre hommage à Emile Moatti, qui a œuvré pour le rapprochement interreligieux depuis trente ans, qui est énormément connu et apprécié au sommet de toutes les Églises de France, j’allais dire jusqu’au sommet de l’État puisque j’ai assisté il y a deux ans à sa remise de légion d’honneur par Nicolas Sarkozy.

Pour en donner un rapide bilan, je dirai que 39 émissions ont été consacrées à toutes ces formes de dialogue, on a essayé de soutenir de notre mieux toutes les associations qui en faisaient la promotion : l’ADAJUM qui a été une tentative avortée avec l’appui au départ de SIONA ; puis la nouvelle association crée par le Rabbin Michel Serfaty et qui est soutenue, il faut le souligner par le Consistoire Israélite de Paris et par le CRIF ; on a parlé de dialogue interreligieux, de dialogue entre associations, médecins, scouts, jeunes, etc. Je ne crois pas - et je le dis à l’adresse d’une grande partie de la communauté qui a été écœurée par le climat délétère que nous connaissons ces dernières années - je ne crois pas que l’on ait à rougir d’avoir tendu la main, même si on peut nous accuser, après coup, de naïveté.

Et puis, est arrivé le « tournant du siècle » comme je le disais, le 21ème siècle qui a commencé si dangereusement avec le début de la deuxième Intifada en octobre 2000, et puis ensuite le 11 septembre 2001. Et là, l’islam, le monde musulman, ont cessé d’être des thèmes exotiques pour occuper le devant de la scène. Clairement, sur chaque sujet - qu’il s’agisse de l’avenir de la France après la révolte des banlieues en novembre 2005, de l’avenir de la communauté juive de France avec les agressions antisémites venant d’une partie de la jeunesse d’origine immigrée, de l’avenir d’Israël avec l’arrivée en force du Hamas ou de l’avenir à la fois du Monde et d’Israël, avec les menaces terroristes et la course nucléaire de l’Iran, sur chaque sujet d’actualité, on retrouve l’islam. Aujourd’hui, la presque totalité des conflits sur la planète engage des musulmans. Aujourd’hui, et même si les Français sont ignorants, ou conformistes, ou d’un pacifisme bêlant et manipulé, nos compatriotes seront obligés de se sentir concernés par ce choc Islam - Occident, avec la présence de troupes françaises au Liban ...
Alors autant vous dire, qu’une émission consacrée à la connaissance du monde musulman est plus que nécessaire, et je dois dire que seulement 25 minutes tous les quinze jours, ce n’est pas beaucoup !

Amis auditeurs, ceux qui suivent régulièrement cette série vous l’avez bien senti, le ton de l’émission et les sujets ont donc bien évolué depuis le début. La musique d’intro, le « jingle » qui était une chanson arabe joyeuse reprise par Zahava Ben, a été remplacée par l’air envoûtant du film « Lawrence d’Arabie ». Après Émile Moatti qui m’avait aidé au début et qui revient, parfois, comme invité, après mon ami Serge Zerah qui m’a bien soutenu pendant un moment et qui hélas, n’a plus la disponibilité pour venir, je suis donc seul à la barre, et avec un programme très copieux. (...) »

Jean Corcos