Notre radio

Notre radio

18 mars 2018

Complotisme, délires et manipulations : Rudy Reichstadt sera mon invité le 25 mars

Illustration complotiste sur le 11 septembre, du dessinateur antisémite Zeon

J’aurai le plaisir de recevoir dimanche prochain Rudy Reichstadt, responsable du site Conspiracy Watch, l’Observatoire du conspirationnisme et des théories du complot. Je l’avais déjà reçu en 2014 pour parler de ces sujets, mais il faut dire qu’en l’espace de quatre ans le paysage a beaucoup évolué. On a vécu, avec les attentats en France depuis janvier 2015, un peu à notre échelle ce que les Etats-Unis ont connu pour le 11 septembre 2001. Et comme pour le 11 septembre, on a vu tout de suite se répandre des théories du complot, remettant en question ce qui était appelé « la vérité officielle », et attribuant aux services secrets les tueries pourtant revendiquées par l’Etat Islamique. L’ex-ministre de l’Education Nationale avait dit, après les attentats de Charlie Hebdo et de l’Hypercasher, qu’un jeune sur quatre croyait en ces théories. Depuis, il y a eu une prise de conscience, au niveau de l’Education Nationale, dans les grands médias, et de nombreux universitaires, sociologues, journalistes et historiens se sont mobilisés contre ce fléau. On peut entendre beaucoup d’entre eux dans un documentaire, intitulé « Complotisme, les alibis de la terreur », diffusé sur France 3 le 23 janvier dernier. Ce film réalisé par Georges Benayoun et dont mon invité est le co-auteur, démonte en l’espace d’une heure la logique perverse des discours complotistes.

Parmi les questions que je poserai à Rudy Reichstadt :

-          La première chose soulignée dans le film, c’est qu’en fait on a deux discours complotistes. Il y a celui ne niant pas les crimes terroristes, mais disant qu’en fait il ne s’agit que d’une juste réaction des Musulmans, victimes d’un complot judéo-chrétien. Et puis, il y a le discours disant que tous les attentats ne sont que des mensonges, fabriqués par les services secrets, pour justifier des guerres et stigmatiser les musulmans : comment peut-on croire aux deux discours en même temps ?  
-          On voit dans le film plusieurs personnalités comme Tarik Ramadan, Edwy Plenel ou Hassan Iquioussen, développer l’argument complotiste des faux attentats.  Que cette posture victimaire ait du succès chez une partie du public musulman, cela se comprend ; mais quand on fait de la veille Internet, par exemple sur des pages Facebook, on voit que des profils très divers et de tous âges soutiennent aussi ces délires : comment l’expliquez-vous ?
-          Les pseudo médias qui soutiennent de tels discours n’émettent jamais la moindre critique de pays divers comme la Russie, l’Iran, la Corée du Nord et le Venezuela, présentés toujours comme sympathiques parce qu’ils s’opposent aux Etats-Unis. Est-ce que cela ne révèle pas dans le fond une idéologie plus « rouge-brune », ou même néo-nazie, qu’islamiste ?
-          Le pire, pour les parents des victimes, c’est la négation pure et simple des crimes terroristes On voit dans le film Monsieur Sandler, père et grand-père de trois victimes de Mohamed Merah, dire qu’il a lu qu’il n’y avait aucune preuve qu’il y avait leurs corps dans les cercueils ; on voit aussi Michel Catalano, otage quelques heures des frères Kouachi, à qui on a demandé si ça s’était vraiment passé. Pourquoi ne déposent-ils pas plainte contre ceux qui diffusent de telles horreurs ?
-          Dans votre film, Serge Hefez qui est psychiatre, dit : « le monde réel est très complexe, les jeunes ont besoin de se raccrocher à une vérité simple avec le bien et le mal, le juste et l’injuste ». Mais le démultiplicateur principal des théories du complot, n’est-ce pas d’abord les réseaux sociaux, où tout se vaut, où la modération est quasi inexistante, et où n’importe qui peut publier n’importe quoi ?
-          Le gouvernement aurait l’intention de légiférer contre ceux qui diffusent des « fake news » au moment des élections, et on pense bien sûr à la campagne de Donald Trump, ou au dénigrement d’Emmanuel Macron par les médias russes RT et Sputnik News. Mais n’est-ce pas réducteur de se limiter aux périodes électorales ?  

Dans le fond, le complotisme peut détruire tous les repères, petit à petit, et il agit comme un poison lent dans nos sociétés. C’est donc un sujet capital : soyez nombreux à l’écoute !

J.C