Notre radio

Notre radio

19 novembre 2014

Horreur terroriste, rappels historiques

Après l'attentat du 18 novembre 2014 à Jérusalem

Tout d'abord, une précision : l'effroyable attaque terroriste, à l'arme blanche, de fidèles en prières dans une synagogue de Jérusalem Ouest - une zone "non occupée" pour nos médias nationaux - n'arrive pas par surprise. La situation sécuritaire dérape dans la Capitale israélienne, surtout ces dernières semaines et c'est maintenant une dizaine de civils innocents qui ont déjà été assassinés dans des attentats. "Loups solitaires" excités par le contexte sanglant des pays voisins avec l'irruption de "l'Etat islamique" et sa litanie de massacres ? Plan concerté par le Hamas et/ou le Fatah pour provoquer une troisième Intifada ? Il est trop tôt pour conclure et je ne m'y hasarderai pas. 

Deuxième précision :  bien entendu que j'ai mon opinion sur le contexte politique - politique interne ou internationale - qui est en arrière plan de ce drame ; bien entendu que j'ai mon opinion sur la gestion du conflit par le gouvernement israélien actuel, et sur son Premier Ministre en particulier. Mais devant une telle abjection - l'assassinat à l'arme blanche de fidèles en train de prier dans une synagogue - en parler serait relativiser, faire diversion, oublier l'essentiel. J'y reviendrai donc, mais plus tard, et "à froid", si c'est possible.

Restons en donc, pour le moment, à quelques rappels historiques, rappels peut-être nécessaires, parce que je suis toujours désolé de constater combien l'actualité brûlante fait oublier un passé pourtant encore proche :

- Ce n'est pas la première fois qu'une synagogue est attaquée à Jérusalem Ouest  : il y avait eu un attentat pire encore au "Merkaz Harav", en mars 2008. J'en avais parlé avec une illustration par un dessin personnel, sur mon blog à l'époque : voir ici 

- Je lis un peu partout sur les réseaux sociaux et sur les pages de mes amis juifs, une association entre ces meurtres au couteau et à la hache, et les horreurs du Daesh, qui effectivement terrorise les musulmans qui ne lui plaisent pas et toutes les minorités, en égorgeant, décapitant, etc. Bien sûr qu'il y a du vrai dans l'horrible climat actuel au Moyen-Orient. Mais  l'attentat a été revendiqué par le FPLP, organisation terroriste "laïque", fondée à la fin des années 60 et qui se définissait à l'époque comme ... marxiste - léniniste ! Ci-après, un petit rappel sur ce mouvement terroriste, qui eut "son heure de gloire" il y a plusieurs décennies,  lire cela.

- Dans le même souci de rappels historiques, tout le monde semble surpris de ces attaques à l'arme blanche, et on en parle comme si c'était quelque chose d'inédit : mais vers la fin de la première Intifada, vers l'année 1992, il y avait eu une série d'attaques au couteau, au cœur d'Israël, dans des rues, dans des bus, et cela aussi, tout le monde semble l'avoir oublié.

- Enfin, dernier point et que je ne peux que survoler tant le sujet est vaste, il y a presque toujours eu, dans les conflits où des peuples musulmans ont affronté des non musulmans, une dimension religieuse, même si elle n'était pas au premier plan. Et pourtant, elle existait ! Le FLN algérien appelait "shahids" (martyrs) les combattants morts au combat, et le terme "moudjahid" est de la même racine que "djihad" ; l'Empire Ottoman, en lutte partout contre les puissances européennes, était aussi le siège du Califat ; et cela, bien que par endroits des "laïcs" dirigeaient les luttes pour l'indépendance (exemple de la Tunisie).

Ces rappels, donc, pour ne pas être surpris, et surtout pour ne pas baisser les bras devant la fatalité d'une "guerre de religions". Ce genre de guerres où demain n'importe qui pourra attaquer un "différent" à coups de couteaux, pour se venger d'un meurtre de l'autre côté, dans un cycle de haine sans fin. Israël a déjà assez à faire pour résister face à ce retour du terrorisme, nous avons déjà assez de risques sécuritaires avec "nos" djihadistes pour envisager, en plus, une telle horreur !

Jean Corcos