Notre radio

Notre radio

20 mars 2005

Juifs et musulmans doivent se parler !

Introduction :
Moïse Cohen, Président du Consistoire israélite de Paris, avait courageusement appelé au renouveau du dialogue entre juifs et musulmans alors que le contexte diplomatique au Proche Orient ne connaissait pas l'embellie d'aujourd'hui. Cet article a été publié dans le journal "Le Monde" en juin dernier, et est reproduit sur le site du Consistoire. Nous donnons copie du début ci-dessous. On peut le lire intégralement en allant sur le lien (cliquer ici). 
Le congrès évoqué a finalement eu lieu en janvier 2005, voir notre émission du 13 mars.
J.C
 
"Juifs et musulmans doivent se parler.
C'est aujourd'hui qu'il faut rechercher des chemins du "vivre ensemble".
Un congrès exceptionnel réunissant des religieux représentant toutes les tendances de l'islam et du judaïsme devait se dérouler il y a quelques jours à l'université Al-Akhawayn d'Ifrane, sous le haut patronage du roi du Maroc Mohammed VI, à l'initiative de la Fondation Hommes de parole. Ce "congrès mondial des imams et des rabbins pour la paix" avait immédiatement suscité un immense intérêt et les plus hauts dignitaires de ces deux religions avaient accepté d'y participer avec enthousiasme. Cette rencontre inédite a été annulée, in extremis, pour des motifs d'ordre politique. Est-ce la réunion de la Ligue arabe à Tunis qui a été à l'origine du refus de se réunir ? Est-ce la tiédeur des délégations israéliennes ou palestiniennes ? Peu importent les raisons officielles ou officieuses, car l'essentiel est autre : la rencontre n'aura pas lieu. On évoque une période peu propice au rassemblement interconfessionnel et on annonce que le congrès sera reporté au mois d'octobre prochain, lorsque le climat de tension actuelle qui règne au Proche-Orient se sera apaisé.
Quelle grave erreur ! " (...)


Moïse Cohen

Darfour : un drame oublié, traité par "Rencontre" le 13 février

Réfugiés au Darfour, site www.afrik.com


"Pas de temps pour l'Afrique", écrivait Evelyn Gordon dans le "Jerusalem Post" du 19/07/04, en remarquant la proportion de 1 à 10 entre les articles de la presse internationale consacrés respectivement au Soudan et au conflit israélo-palestinien. Et pourtant, il s'agit d'un drame d'une toute autre ampleur : 70.000 tués, environ un million et demi de personnes déplacées, et ces chiffres de l'ONU datent déjà du début de l'année ... Au Darfour, tous - troupes gouvernementales, rebelles autonomistes, milices "janjawids" terrorisant les populations et victimes civiles - sont musulmans. 

Pour en parler sont venus à notre émission le 13 février dernier deux témoins, experts du sujet : Madame Marie-José Tubiana, ethnologue, spécialiste de l'Afrique au CNRS et à l'INALCO ; et son fils Jérôme, universitaire, de retour d'une mission au Darfour pour l'ONG "Action contre la faim".

J.C

08 mars 2005

Une illustration pour notre émission du 27 mars ...


Préparation d'une lapidation en République Islamique d'Iran

Pour signer la pétition contre cette pratique barbare, cliquer ici

J.C

07 mars 2005

Le 27 mars, un ancien ministre iranien racontera la chute du Shah et la révolution islamiste



Houchang Nahavandi vient de publier un témoignage historique qui se lit comme un roman : "Carnets secrets, chute et mort du Shah" (Editions Osmondes, 398 p, prix : 22 E). 

Ancien recteur des universités de Shiraz et de Téhéran, deux fois ministre, connaissant de très près la famille impériale et son entourage, il a suivi dans les coulisses l'incroyable année 1978 ; cette année où allait basculer si facilement un régime certes autoritaire, critiquable sur beaucoup d'aspects, mais ayant aussi à son actif un indéniable progrès économique et des avancées exceptionnelles en terre d'Islam, pour la condition féminine en particulier. Près de trente ans après, la République islamiste a fait de cet ex-allié de l'Occident un ennemi des Etats-Unis, elle a brisé cette marche vers le progrès en faisant fuir une grande partie des élites, et elle a trahi les laïcs qui avaient cru en la révolution. 

 Houchang Nahavandi ne parle pas la langue de bois pour dénoncer les responsables de ce bouleversement historique, je n'ai pas été forcément d'accord sur tout, mais cela rendra le débat vraiment riche et intéressant.

J.C

02 mars 2005

Emile Moatti parlera le 13 mars prochain du premier congrès mondial des Imams et Rabbins pour la Paix


Photo tirée du site de l'association "Hommes de Parole"


107 Imams et Rabbins entourés de 71 personnalités du Monde entier se sont réunis à Bruxelles du 3 au 6 janvier dernier, à l'appel de l'association "Hommes de Parole", et sous le haut patronage des Rois Albert II de Belgique et Mohamed VI du Maroc. Ils se sont quittés sur l'engagement d'oeuvrer "pour mettre fin aux effusions de sang et aux attaques à l'encontre d'êtres humains innocents". 

Notre ami Emile Moatti, délégué général de "La Fraternité d'Abraham" et co-fondateur de l'émission était parmi eux. Nous entendrons son témoignage sur cet évènement exceptionnel.

J.C

01 mars 2005

Antoine Sfeir reçu dans le studio de Judaïques F.M

Antoine Sfeir dans le studio de Judaïques FM avec Jean Corcos et Serge Zerah

Le célèbre orientaliste Antoine Sfeir a déjà été quatre fois l'invité de "Rencontre". Cette photo a été prise lors de l'enregistrement de l'émission du 2 mai 2004, sur le thème "Les Chrétiens d'Orient"

J.C

Un jeune et brillant orientaliste reçu par "Rencontre"


Pierre Vermeren est un historien, arabisant et ayant vécu une dizaine année au Maghreb, contrée qui l'a toujours fasciné depuis qu'il a quitté les bancs de l’École Normale Supérieure. J'ai été conquis par son livre "Maghreb, la démocratie impossible ?" (Éditions Fayard, 2004), ouvrage qui n'a pas eu le retentissement mérité. Nous l'avons reçu deux fois à notre émission, le 17 octobre dernier sur le thème "Maghreb, une histoire revisitée" et le 31 octobre sur le thème "Maghreb, la démocratie est-elle possible ?". C'était une marque assez exceptionnelle d'intérêt pour un ouvrage, car nous n'avions eu avant lui que deux écrivains reçus deux fois consécutives : l'historien israélien Michel Abitbol, et le brillant universitaire franco-tunisien Abdelwahab Meddeb. J'ai eu aussi la joie de publier une critique de son livre sur le journal en ligne "proche-orient.info", le 29 juillet dernier.

L'auteur  : Pierre Vermeren
Né en 1966 à Verdun. Normalien et agrégé d'histoire, arabisant, il a vécu huit années au Maroc, en Egypte et en Tunisie. Spécialiste du Maghreb, il a consacré sa thèse de doctorat à « la formation des élites par l'enseignement supérieur au Maroc et en Tunisie », et il a enseigné six ans au lycée Descartes de Rabat. Aujourd'hui enseignant d'histoire dans un lycée de Bordeaux, il est chercheur associé au Centre d'études d'Afrique noire (CEAN). 

Le livre : Maghreb, la démocratie impossible ? Auteur : Pierre Vermeren, Éditeur : Fayard 420 pages Prix : 22 euros

Par Jean Corcos

Dans cet essai, Pierre Vermeren frappe d'emblée : « Le Maghreb post-colonial est en passe de devenir la terra incognita de la recherche historique française ». Et l'auteur d'évoquer (ce qui ne lui fera pas que des amis), la disparition des experts chevronnés, et la quarantaine de journalistes et conseillers, « souvent marqués par une approche proche-orientale », qui travaillent parfois comme relais d'opinion des régimes autoritaires en place. Les toutes dernières lignes de l'ouvrage reviennent sur l'évocation, fréquente au fil du livre, de la fin des minorités non musulmanes, au tournant plus ou moins violent des indépendances. Ce sont maintenant les élites nationales qui risquent de partir, un risque de terrible régression pour le Maghreb « s'il perdait pour la troisième fois en un demi-siècle ses franges les plus dynamiques et les plus ouvertes sur le monde (après les pieds-noirs et les juifs maghrébins) » (...) 

J.C