Notre radio

Notre radio

08 juin 2015

Histoire des Frères Musulmans, de Moubarak au Maréchal El Sissi : Chérif Amir sera mon invité le 14 juin

Chérif Amir

Suite dimanche prochain de mon émission précédente, où nous avions parlé d'un livre très riche et que l'on ne pouvait, réellement, traiter en une seule fois. Cet ouvrage s'intitule "Histoire secrète des Frères Musulmans", il est publié aux éditions Ellipses, et préfacé par Alain Chouet ancien directeur de la sécurité de la DGSE et Eric Denécé directeur du centre français pour le renseignement. Nous poursuivrons donc notre entretien avec son auteur, Chérif Amir. Chérif Amir, pour rappel, est égyptien ; c'est un jeune docteur en géopolitique de l'Université Paris VIII, passionné par les religions et leur impact sur les conflits du Moyen-Orient. Surtout c'est vraiment un plaisir particulier de recevoir pour parler d'un pays des invités qui en sont originaires, ou qui y vivent et qui donc sont directement concernés. Bien entendu, il parle l'arabe, ce qu'il a écrit résulte de la compilation approfondie de publications originales des Frères Musulmans, et de ses propres enquêtes de chercheur universitaire, des données qui sont pour beaucoup inédites en France. Lors de la dernière émission, nous avons retracé ensemble l'histoire des Frères Musulmans des origines à l'assassinat d'Anouar El-Sadate, et nous allons voir le 14 juin ce qui s'est passé depuis Moubarak jusqu'à l’Égypte d'aujourd'hui, qui s'est débarrassée de l'emprise des Frères Musulmans.

Parmi les questions que je poserai à Chérif Amir :

-        L'attitude de Hosni Moubarak envers les islamistes militants a été ambiguë : d'un côté, il a mis fin au laxisme de Sadate en faisant briser par sa police les groupes armés, d'un autre côté, vous racontez comment il a fait libérer des responsables de l'assassinat de son prédécesseur, comme le Docteur Ayman el Zawahiri qui devait succéder à Ben Laden ; il a favorisé le départ en Afghanistan de nombreux djihadistes égyptiens. Là dessus, l'URSS perd cette guerre, puis se désintègre ; les Djihadistes reviennent en Égypte au début des années 90 :  que s'est-il alors passé ?
-        Arrive la révolution qui a renversé Hosni Moubarak en février 2011. Dans votre récit, on a l'impression que tout le monde a été surpris par ce qui arrivé, à partir du moment où la foule occupe la place Tahrir le 25 janvier. Comment les Frères Musulmans, qui n'étaient pas à l'origine de la révolution, ont-ils pris le train en marche ?
-        Dans votre chapitre VIII, vous évoquez, très rapidement, une autre force islamiste qui est alors apparue dans le paysage, celle des Salafistes. Ils sont le deuxième parti au Parlement lors des premières élections libres. Ils semblent alliés des Frères Musulmans, mais au moment de la deuxième révolution de l'été 2013, ils vont les laisser tomber. Vous ne dites rien sur leur statut dans l’Égypte d'aujourd'hui. D'un côté, ils sont soutenus par l'Arabie Saoudite, qui financièrement a puissamment aidé l’Égypte après le renversement des Frères Musulmans ; mais d'un autre côté, les Salafisme est considéré par les services de police occidentaux  comme menant plus rapidement au Djihad que l'appartenance aux Frères Musulmans : qu'en pensez-vous ?
-     Votre chapitre IX raconte comment, après à peine un an de pouvoir les Frères Musulmans vont tout perdre, puisqu'il y aura une seconde révolution avec le mouvement "Tamarod", la pétition signée par des dizaines de millions de citoyens et, au final, après une attitude prudente de l'armée, la décision du Maréchal El Sissi de réunir des personnalités de la société civile pour déposer le gouvernement et le président islamiste. Comment expliquer ce retournement de l'opinion ? En Europe, l'avis est qu'il s'est agi en fait d'un retour aux affaires de l'armée suite à un coup d’État.
-        Votre livre a été achevé en juillet 2014, et depuis, il s'est passé beaucoup d'évènements importants concernant l’Égypte. On a l'impression que le nouveau président a encouragé de nouvelles alliances, il y a eu la vente d'avions Rafale par la France, il y a eu la visite triomphale de Vladimir Poutine. Mais il y a eu aussi l'avancée inquiétante du Daesh en Syrie et en Irak, et à la frontière occidentale, dans un Libye qui est en pleine décomposition : à votre avis, comment le Président El-Sissi va-t-il gérer cela, est-ce qu'il va faire redonner à son pays un rôle régional, ou au contraire favoriser un repli nationaliste du pays ?

L'histoire proche et l'avenir immédiat d'un pays clé du Moyen-Orient, l’Égypte ... des sujets passionnants, et j'espère que vous serez à nouveau nombreux à nous suivre !

J.C