Notre radio

Notre radio

01 mars 2013

"Mais où sont les Ben Gourion, les Begin, les Rabin, les Sharon ?", par André Nahum



Un mois après sa très courte victoire, Benyamin Netanyahou n’en finit pas de tenter de former son gouvernement.

Pourtant les choses apparaissent relativement simples. Avec ses trente et un sièges,  il ne peut se passer des voix de Lapid et de Bennett à moins d’accepter de diriger une coalition ultra religieuse et ultra droitière. Or ces deux hommes  incontournables posent des conditions qui à première vue n’ont rien de déraisonnable et paraissent même logiques.

Il  demandent en premier lieu  l‘égalité pour tous face au service militaire.
Lapid qui est laïc et Bennett qui est religieux avec kippa  sont d‘accord sur ce point : Ils n’acceptent pas que tous les étudiants de yeshiva en soient dispensés. Ben Gourion avait fait cette concession aux parts religieux dans les débuts de l’état, à un moment où ces élèves étaient peu nombreux, mais aujourd’hui ils sont des dizaines de milliers à revendiquer cette faveur ...

Pourquoi le Premier Ministre refuse-t-il d’accepter ces demandes de Lapid et Benett ? Craint-il qu’elles ne creusent un fossé encore plus profond entre laïcs et religieux  ou redoute-t-il simplement de perdre une partie de son électorat traditionnel ? Pourtant, est il  moral et juste que les élèves, vrais ou faux, des yechivots,  tout comme d’ailleurs les citoyens arabes, poursuivent tranquillement leurs études ou leurs activités professionnelles alors que les garçons de leur âge donnent trois ans de leur vie à défendre ou à servir l’état ? A partir du moment où le principe d’égalité devant la loi est appliqué, la durée ou les modalités de ce service militaire ou civil  peuvent  d’ailleurs être discutées. 

Aujourd’hui, avec les changements intervenus dans le monde arabe,  la réélection de Barak Obama et le désir de changement d‘une fraction importante de la population israélienne révélé par les urnes et par la rue,  l’immobilisme serait suicidaire.

Les Palestiniens l’ont bien compris, qui à trois semaines de la visite du président américain, font du forcing pour le convaincre d’exercer  de fortes pressions sur Israël afin de satisfaire leurs aspirations. C’est comme cela qu’il faut comprendre l’agitation qui secoue  depuis quelques jours la Cisjordanie où les incidents se multiplient, ou cette  roquette tirée  hier sur Ashqelon à partir de Gaza. Début d’une troisième intifada ou simples manœuvres pour revenir au  devant de la scène  ? On ne peut encore le dire.

Mais il est urgent que les motivations personnelles s’effacent devant l’intérêt du pays. Qu’Israël ait enfin un gouvernement qui soit capable d’affronter cette situation. Il faut un pilote habile et audacieux. Mais où sont les Ben Gourion, les Begin, les  Rabin, les Sharon ? 

André Nahum,

Judaïques FM le 27 février 2013