Notre radio

Notre radio

25 juillet 2012

Agressions antisémites : anonymat requis pour les responsables ?


Vendredi dernier, c'était au tour du Président français du CFCM d'être reçu par le nouveau Président de la République. On trouvera sur cet article de "Libération", en lien, l'essentiel de ses propos à la presse, dont je reproduis l'extrait suivant.

"Le président du Conseil national du Culte musulman (CFCM), Mohammed Moussaoui, a souhaité vendredi qu'en cas d'agression, il ne soit pas fait mention de l'appartenance religieuse de l'agresseur ou de l'agressé, ceci afin d'éviter "les généralisations". Mohammed Moussaoui s'exprimait devant la presse dans la cour de l'Elysée, à l'issue d'un entretien avec le président François Hollande.
Au CFCM, "nous souhaitons que, lorsqu'il y a une agression, l'origine ou l'appartenance religieuse de l'agressé ou de l'agresseur ne soient pas mises systématiquement en avant sans prendre les précautions qui s'imposent", a-t-il affirmé.
Selon lui, "une agression contre un musulman n'est pas forcément un acte anti-musulman. Dans notre pays, les agressions émanant d'imbéciles existent, la probabilité pour que l'agressé soit musulman n'est pas nulle, comme la probabilité pour que l'agresseur soit musulman n'est pas nulle. Et je pourrais dire autant pour les juifs, pour les catholiques, les protestants".
En bref, on aura compris que le souci de défendre sa communauté contre la "stigmatisation" (terme décidément à la mode), semble l'emporter sur un minimum de considération, et pour la vérité du terrain - j'y reviens immédiatement - et sur un sens civique élémentaire, qui l'aurait conduit à analyser l'antisémitisme en milieu musulman, à le dénoncer et à le combattre : une attitude, hélas, confirmée - avec les brillantes exceptions qui confirment la règle - pour la majorité des institutions, laïques ou religieuses, représentant au sens large, "l'islam de France", et ce depuis l'attentat de l'école Ozar Hatorah de Toulouse ...
A propos de la réalité du terrain, je reproduis la réaction de mon ami Sammy Ghozlan, au nom du Bureau National de Vigilance contre l'Antisémitisme :
"Le Bureau National de Vigilance Contre l’Antisémitisme a reçu un grand nombre de réactions suscitées par les déclarations du président du Conseil Français du Culte Musulman exprimées ce vendredi 20 juillet après sa rencontre à l Élysée avec le Président de la république. Selon M. MOUSSAOUI en cas d agressions l’appartenance à une religion de l’auteur ou de la victime ne devrait pas être mentionnée. 
Le BNVCA comprend le souci du président du CFCM de prévenir toute stigmatisation des uns ou des autres quand il s'agit d’une infraction qui relève du droit commun. Toutefois Pour le BNVCA il est utile et nécessaire de faire connaître, tant à l’opinion qu’aux enquêteurs le signalement des délinquants et celui des victimes, notamment quand celles ci sont agressées en raison de leur appartenance au judaïsme, et ce par des individus qui affichent leur motivation antisémite expriment leur haine antijuive et le font au nom de l idéologie qui les anime. Pour le Bnvca la description du signalement des uns et des autres est de nature à les identifier.
 Le Bnvca considère que la proposition du président du CFCM n’est pas réaliste. Depuis 12 ans la majorité des enquêtes concernant les agressions antisémites conduisent à des délinquants décrits comme étant origine africaine ou nord africaine. Pour le Bnvca il appartient au Pdt du CFCM d’intervenir auprès des membres de la communauté qu’il est sensé représenter plutôt que de tenter de mettre le couvercle sur la marmite.
 Le BNVCA rappelle qu’en dépit des nombreuses agressions que les Juifs ont subies ils n ont jamais riposté ni exercé de vengeance privée. Ils s’en remettent a la justice et en appellent a la responsabilité de tous les dirigeants concernés et lucides. Le Bnvca continuera d'être vigilant."

D'une manière beaucoup plus concise, le CRIF a, de son côté, officiellement réagi, par un communiqué publié par l'A.F.P, et qui représente vraiment une ébauche de "code éthique" pour traiter ces sujets dans les médias :
"Le CRIF pense que la mention des appartenances religieuses de l'agresseur ou de l'agressé ne doivent pas être faites quand il est établi que le mobile du méfait ne met en jeu ni l'une ni l'autre. 
Mais quand un individu agit au nom d'une religion, identité ou idéologie pour porter préjudice à un individu en raison de sa religion, identité ou idéologie, cela doit être connu du public qui est en droit d'être alerté de ce type de criminalité afin de lutter contre elle de manière plus consciente et efficace."
Bref, on l'aura compris ... c'est un sujet de fond qui sera certainement discuté - et hélas peut-être aussi disputé - lors des prochaines rencontres entre les deux institutions !

J.C