Notre radio

Notre radio

06 décembre 2009

Soufis, Ismaéliens et confréries : Christian Lochon sera mon invité le 13 décembre

Le Professeur Christian Lochon

Dimanche prochain, nous allons poursuivre notre évocation d’un petit livre aussi original que passionnant, dont nous avions déjà parlé le 29 novembre. Ce livre c’est « Secrets initiatiques en Islam et rituels maçonniques », avec en sous-titre « Druzes, Ismaéliens, Alaouites et confréries soufies », ouvrage publié aux éditions L’Harmattan. Et mon invité sera à nouveau Christian Lochon. Rappelons qu’il a été attaché culturel dans plusieurs pays d’Afrique et du Proche Orient, directeur des études au C.H.E.A.M (Centre des Hautes Études sur l’Afrique et l’Asie Moderne), et surtout que c’est vraiment un « orientaliste de terrain », ayant vécu dans plusieurs pays du Moyen-Orient. Rappelons aussi qu’il cosigne ce livre avec Jean-Marc Aractingi, lui aussi Orientaliste et ancien diplomate, mais qui connaît parfaitement la franc-maçonnerie puisqu’il a appartenu à plusieurs loges, et justement nous évoquerons ses branches dans le monde arabe. La dernière fois, nous avions évoqué assez longuement les Druzes, nous avions parlé aussi des Alaouites ; nous allons parler cette fois-ci des Ismaéliens, autre « rameau » de cet « arbre chiite » que nous avions évoqué, et qui a donné naissance à plusieurs communautés religieuses de la région. Mais nous parlerons, aussi du Soufisme, et puis des confréries, loges et corporations diverses qui existent au Moyen Orient, et qui ont tissé des liens de solidarité séculaires dans les élites de ces sociétés : comme écrit en introduction, le monde musulman traverse une crise profonde actuellement, et nous verrons ensemble si ces différentes corporations, plus ou moins secrètes, peuvent l’aider à « sortir par le haut » ces différents pays, surtout à un moment où l’islam radical semble s’incruster et se développer, hélas profondément, dans les couches populaires.

Parmi les questions que je poserai à Christian Lochon :

- A propos du Soufisme : est-ce que c’est une recherche syncrétique, une recherche de fusion des croyances ? Ou alors plus simplement une vision pacifique des relations humaines ?
- Page 21 sont donnés des chiffres étonnants : un Soudanais sur trois et un Egyptien sur dix fait partie d’une confrérie soufie. On est un peu étonné, connaissant l’importance des Frères Musulmans en Egypte et le fait que les islamistes soient au pouvoir à Khartoum, or on sait que les valeurs soufies sont profondément humanistes : qu’en penser ? Et est-ce qu’il n’y a pas le risque, aussi, que des radicaux s’infiltrent dans ces confréries pour les noyauter ?
- A propos du concept de « Futuwwa », qu’on pourrait traduire par « esprit chevaleresque », le livre montre les croisements étonnants entre les cultures de part et d’autres de la Méditerranée : est-ce qu’on peut dire vraiment que l’on a eu une longue influence vers plus de raffinement qui aurait traversé les siècles et les continents, depuis la Perse préislamique jusqu’à l’Europe, en passant par le Proche-Orient ?
- Tout le monde connaît la figure de l’Agha Khan, et toutes ses fondations humanistes : les Ismaéliens peuvent-ils être considérés comme des alliés potentiels pour réconcilier l’islam et la modernité, ou sont-ils « grillés » parce que considérés comme hérétiques ?
- La franc-maçonnerie a été un lieu d’échanges entre communautés religieuses différentes, dans les anciennes colonies et à la fin de l’Empire Ottoman ; mais aujourd’hui, les régimes autoritaires verrouillent presque partout les loges : les musulmans libéraux s’y retrouvent parfois, et ils sont dénoncés par les islamistes radicaux : peuvent-elles avoir à l’avenir une influence sur l’évolution des sociétés arabes ?

Soyez nombreux à l’écoute dimanche prochain !

J.C