18 mars 2019

Un engagement pour la vie : Schéhérazade Zerouala sera mon invitée le 24 mars

Schéhérazade Zerouala

Ma prochaine invitée sera Schéhérazade Zerouala. C’est quelqu’un que je connais depuis longtemps, car nos engagements nous ont fait nous rencontrer souvent et c’est pourquoi nous nous tutoyons. C’est une juriste, originaire de Constantine et elle vit en France depuis longtemps puisqu’elle est avocate au barreau de Paris depuis 1991. Son engagement passionné pour le dialogue entre les communautés et en particulier entre juifs et musulmans nous a rapprochés. Elle a été active, aussi, au service de nombreuses causes, et pas seulement le dialogue inter religieux : Droits de l’Homme - elle a été ainsi "main representative" de l'Association Internationale des Droits de l'Homme après de l'Office des Nations Unies de Genève ; Egalité Homme Femme, Esclavage, Migrants, elle a travaillé sur tous ces sujets, et ce sont des domaines où un engagement comme le sien est indispensable, alors qu’hélas nous vivons dans une société de plus en plus clivée et où les extrémismes montent en puissance, de tous les côtés.

Parmi les questions que je poserai à Schéhérazade Zerouala :

-          Pourquoi avoir fait ce choix d’études ? Le Droit, est-ce une affaire uniquement professionnelle ou un idéal, pour la défense des victimes ?
-          Tu as donc vécu tout le début de ta vie en Algérie. Or tes souvenirs d’adulte sont ceux d’un pays qui, en raison de l’exode massif des Européens et des Juifs, s’est retrouvé quasiment sans minorités. Qu’est-ce qui t’a donné, lorsque tu es arrivée en France, cet intérêt pour le dialogue inter religieux et inter cultuel ?
-          Tu t’es beaucoup investie pour les des Droits des Femmes. Tu es expert auprès de la Cour Européenne pour le statut des Femmes au Maghreb. L’Algérie a le fameux code de la famille de 1984, très en retard par rapport à ses voisins. Et pourtant, quand on a vu les Femmes en première ligne des grandes manifestations dans le pays ces dernières semaines, on a eu l’impression que cela changeait : qu’en pense-tu ?
-          En ce qui concerne les Droits de l’Homme, tu es vice-présidente « l’Association Internationale des Droits de l’Homme »Paris que tu as aussi représentée aux Nations Unies. Tu as travaillé sur un sujet qui n’est pas du tout médiatisé, celui de l’esclavage en Mauritanie : que sait-on là-dessus ?
-          Tu as créé en mai 2016 une nouvelle association, « Le Rassemblement pour la Paix des Laïcs de la République », le RPLR. Tu en es à la fois la fondatrice et la présidente : pourquoi une telle association ? Est-ce que toutes les instances inter religieuses qui existent ne suffisent pas, parce qu’il leur manque une dimension ? Ou est-ce une nouvelle association de défense de la laïcité, mais il y en a déjà beaucoup ?
-          J’ai eu le plaisir d’assister à une très belle manifestation de ton association, c’était il y a quelques mois la remise d’un prix au grand écrivain Albert Memmi, qui était présent malgré son très grand âge puisqu’il venait de fêter ses 98 ans. J’avais lu ses livres il y a très longtemps, j’ai même eu le plaisir de le recevoir dans cette émission : comment l’as-tu connu ? Et comment es-tu tombée sous son charme, en quelque sorte, au point de l’honorer de façon aussi brillante ?

« Rencontre », mes auditeurs le savent, fait connaitre et rend hommage régulièrement aux personnalités qui s’engagent bénévolement pour le vivre ensemble : soyez donc nombreux à l’écoute !

J.C