Notre radio

Notre radio

26 mai 2019

Hamas et Hezbollah, guerres et répercussions en France : Albert Naccache sera mon invité le 2 juin



J’avais déjà eu le plaisir de recevoir Albert Naccache, c’était en 2012 à propos d’un livre tout à fait charmant, « Les roses de l’Ariana », où il nous faisait partager ses souvenirs d’une enfance tunisienne. Il a eu une carrière extrêmement riche : docteur en économie, ancien élève de Sciences Po, il a été manager, et directeur du marketing de la société IBM France. On ne peut pas dire que sa retraite soit ennuyeuse puisqu’il écrit beaucoup. Nous allons parler de son dernier ouvrage, impressionnant de 370 pages : « Hamas et Hezbollah de France », publié aux Editions Saint-Léger, écrit après la consultation de milliers de textes qu’il a analysés, triés, et dont il nous propose des extraits commentés et éclairants. Il n’était pas possible de tout évoquer en une seule émission, c’est pourquoi dimanche prochain nous allons rappeler d’abord ce que sont ces deux puissantes organisations islamistes armées, et quelles ont été les répercussions, médiatiques et politiques des guerres qu’elles ont provoquées ; et puis dans deux semaines, nous ferons un tour d’horizon des leurs soutiens, dans la France d’aujourd’hui.

Parmi les questions que je poserai à Albert Naccache :

-          L’Union Européenne considère le Hamas (et ses alliés le Djihad Islamique et le FPLP) comme terroriste, et exige la reconnaissance d’Israël, la fin du terrorisme et l’acceptation des accords signés entre Israël et l’Autorité Palestinienne. Le Hamas n’a pas évolué mais cependant il a des avocats, aussi bien diplomates que journalistes : qui sont-ils et quels sont leurs arguments ?
-          On est passé ces derniers mois à plusieurs reprises très près d’un nouveau conflit généralisé entre Israël et le Hamas, mais il y a eu à ce jour deux vraies guerres qui ont duré plusieurs semaines, entre décembre 2008 et janvier 2009, puis à l’été 2014. Vous évoquez de manière détaillée ce que furent les grandes manifestations dites « de soutien à Gaza » : qu’est-ce qu’elles nous ont appris – par leurs slogans, leurs organisateurs, et parfois leur violence ?
-          Concernant le Hezbollah, c’est à la fois une véritable armée et un parti politique dominant à Beyrouth. Vous débutez à juste titre votre chapitre 2 par des rappels essentiels concernant son sponsor, la République Islamique d’Iran : idéologie à la fois islamiste et révolutionnaire ; soutien armée au régime syrien ; obsession de détruire Israël, etc. Pourtant, ce régime est mieux vu en France que l’Arabie Saoudite : à votre avis, pourquoi ?
-          Le moment clé a été la guerre de 2006, qui a plusieurs points communs avec les conflits. Vous dites que Nasrallah est un tribun remarquable, et vous en donnez des exemples. Cependant, son organisation a subi de lourdes pertes en Syrie lors de bombardements israéliens ; il prétend, lui aussi, que toute la Palestine sera « libérée », mais il laisse les Palestiniens sans secours à chaque conflit : est-ce que cela ne le décrédibilise pas dans un monde arabe divisé ?

Le spectre d’une guerre totale, avec Israël subissant des attaques de missiles sur deux fronts est hélas une menace bien possible : il était donc tant de reparler du Hamas et du Hezbollah, soyez nombreux à l’écoute !

J.C