28 avril 2019

L’Amitié judéo-musulmane de France - Paris : Christine Taieb et Akim Helitime seront mes invités le 5 mai



J’ai eu le plaisir, à plusieurs reprises, de vous parler de l’Association Judéo-Musulmane de France (AJMF), avec son président et fondateur, le Rabbin Michel Serfaty. Née en 2004, l’AJMF s’est déployée dans un très grand nombre de villes françaises, et elle a évolué dans ses activités, comme nous l’avait expliqué Michel Serfaty il y a deux ans ; il était alors accompagné par deux jeunes animateurs musulmans de son équipe. Mais en parallèle, cette association a commencé à développer des antennes locales, et parmi elles la plus importante est celle de Paris, notre capitale où vivent aussi de nombreux juifs et musulmans, en proportion très supérieure à la moyenne nationale. Or l’AJMF Paris a proposé des manifestations originales, elle existe maintenant depuis plusieurs années, et il était temps d’en parler dans ma série. Mes deux invités seront dimanche prochain les deux nouveaux co-présidents juif et musulman, ou plus précisément une coprésidente et un coprésident, Christine Taieb et Akim Helitime.

Parmi les questions que je poserai à mes deux invités :

-          Qu’est-ce qui vous a conduit à entrer dans cette antenne de l’AJMF : est-ce que vous étiez militants par ailleurs dans une association anti-raciste ? Est-ce que c’est un désir de pédagogie, par rapport à des communautés qui ne connaissent pas assez ? Ou est-ce d’autres motivations ?
-          Quelles sont les différences avec l’association mère présidée par le Rabbin Michel Serfaty ? Est-ce qu’on peut dire que le public n’est pas du tout le même entre Paris, et les cités à problèmes qu’il a parcourues - ce qu’il appelle lui-même « les brasiers » ? Et est-ce que ces publics très différents n’appellent pas des activités très différentes ?
-          Pour l’avenir, que vous proposerez-vous en priorité à vos adhérents : mieux se connaitre, à travers des réunions conviviales ? Ou apprendre à mieux connaitre l’identité des autres, à travers des manifestations culturelles ?
-          Vous commencez très fort avec un grand projet le mercredi 15 mai en soirée, à la Maison de la Tunisie – qui se trouve dans l’enceinte de la cité universitaire, Boulevard Jourdan à Paris. Que proposez-vous comme programme ? Pourquoi avoir choisi la Maison de la Tunisie comme cadre ? Et est-ce que tout le monde, donc y compris des non adhérents, pourra assister à cette soirée ?
-          Il y a 15 ans, lorsque Michel Serfaty a fondé l’AJMF, l’idée était simple :  il fallait en quelque sorte dédiaboliser l’image des juifs chez une partie de la jeunesse musulmane. Mais aujourd’hui, cela semble dépassé : il y a maintenant un grand retour de l’antisémitisme, chez des Français de toutes origines ; la crise des Gilets Jaunes a démontré la banalisation de la violence ; il y a eu l’irruption du terrorisme islamiste ; mais il y a eu aussi l’apparition d’une extrême droite radicale, pour qui l’islam est l’ennemi : est-ce qu’il ne faut pas voir plus loin que le dialogue judéo-musulman ?

Encore une occasion de donner un « coup de chapeau » à une association de terrain qui travaille pour rapprocher les communautés et religions ; et cela, alors que la France, hélas, est de plus en plus fracturée par les peurs et les conflits.

Soyez nombreux à l’écoute !

J.C