Notre radio

Notre radio

28 avril 2014

Choses entendues lors du 31ème congrès de l'UOIF



FIGAROVOX/TRIBUNE- La démographe Michèle Tribalat a écouté les propos tenus lors du 31ème Congrès de l'Union des Organisations Islamiques en France. L'antisémitisme y occupait une place de choix, et le djihad en Syrie n'a pas été condamné.

L'Union des Organisations Islamiques en France (UOIF) vient de tenir sa 31ème rencontre des musulmans de France au Bourget2. Le sujet du congrès était «Quelles valeurs pour une société en mutation? L'homme, la famille et le vivre-ensemble». Les débats et interventions étaient retransmises en direct sur UOIF-tv. J'ai donc pu suivre quelques heures de ce congrès. Il y a été beaucoup question de la famille, de l'école et des moyens de maintenir une communauté de musulmans soudée. On a parlé de la conduite exemplaire que devaient avoir les adultes, et notamment les parents pour imprégner les enfants des bons comportements. À ce propos, Nouria Addou a fustigé le comportement du Président de la République, qui a eu une compagne et des enfants qu'il a quittés pour une nouvelle compagne, qu'il a quittée à nouveau pour un flirt, comportement d'après elle typique d'une société qui privilégie le plaisir à l'attachement. Ce défaut d'engagement et ce privilège accordé au plaisir, elle le voit aussi à l'œuvre chez les jeunes dont certains préfèrent le mariage musulman au mariage civil. Ce qu'elle déplore.

Mais il n'a pas été question que de famille. Malheureusement, l'antisémitisme a occupé une place de choix avec l'intervention de Hani Ramadan (le frère de Tariq), directeur du Centre islamique de Genève et présenté comme un «invité de marque» sous les applaudissements du public. Tout en France, et dans le monde, est fait pour contrarier les musulmans. Il déclare qu'en France on a vu un ministre «qui clairement porte la kippa» s'en prendre aux femmes voilées pour condamner ensuite hypocritement des agressions de ces dernières. Qu'il s'agisse de la France, de la situation en Egypte, de la guerre en Syrie, de l'Irak, du Rwanda, de la Centrafrique, tout provient d'une main qui agit dans l'ombre. Et quelle est cette main? La barbarie sioniste, dixit. Tout le malheur provient des juifs qui n'ont qu'une idée en tête, concrétiser le rêve du grand Israël. «L'islam est agressé de toutes parts». Le danger est aussi en Europe avec les lobbies financiers qui pratiquent l'usure. Ces lobbies ne comptent plus seulement des juifs, mais aussi les pétromonarchies arabes, qu'Hani Ramadan a apparemment «dans le nez». À quoi s'occupent ces lobbies? À renforcer la crise financière, la misère. Les médias aussi, qui alimentent la peur de l'islam, sont financés par ces lobbies. Les médias sont dominés par les sionistes nous dit-il. Mais ce n'est pas mieux chez les politiques. Aux Etats-Unis, personne ne peut être élu président sans avoir été faire des courbettes auprès de l'AIPAC (American Israel Public Affairs Committee), nous explique-t-il. Même chose en France où l'on ne peut, d'après lui, être élu sans l'approbation du CRIF3 qui, en fait, dirigerait dans l'ombre.

Contre ces manigances internationales du pouvoir sioniste, un seul rempart, l'islam. Quelle qu'en soit la tendance, qu'il s'agisse du tabligh, des salafistes ou des frères musulmans. Il n'en réfute aucune et les déclare au contraire complémentaires. Il ne trouve rien à dire à ceux qui s'en tiennent à la lettre du Coran et de la Sunna. Les salafistes eux aussi ont leurs savants réputés, explique-t-il. Il ne condamne pas non plus les jeunes gens partis mener le djihad en Syrie - «ce n'est pas mal de se rendre en Syrie pour accomplir l'aide humanitaire et au niveau de sa personne» - alors même que quelques instants auparavant, l'association Syrie libre avait condamné ces départs de jeunes Français en Syrie.

Michèle Tribalat
Le Figaro, le 23 avril 2014

Michèle Tribalat a mené des recherches sur les questions de l'immigration en France, entendue au sens large, et aux problèmes liés à l'intégration et à l'assimilation des immigrés et de leurs enfants. Son dernier livre , Assimilation: la fin du modèle français1 est paru aux éditions du Toucan.

27 avril 2014

De la Torah au Coran : Catherine Pennachio sera mon invitée le 4 mai

Coran imprimé imitant les manuscrits, Alger, al-maktaba al-thâlibiyya éditeur, 
XIXe-XXe siècles, BNF, Manuscrits orientaux


Nous allons quitter l'actualité pour cette émission, nous allons même voyager loin dans le temps puisque nous allons parler du Coran, du livre sacré des Musulmans dans lequel on trouve, et c'est une réalité d'évidence, énormément de passages qui semblent inspirés de la Bible ; même si bien sûr les textes sont différents, on retrouve en effet, avec des noms arabes, les Patriarches de la Torah, Abraham devenant Ibrahim, Isaac devenant Is'hâk, Jacob Yacoub, Joseph Youssouf, mais on retrouve aussi d'autres personnages et récits bibliques comme Moïse et le récit de la sortie d'Egypte. Bien entendu, il est hors de question de traiter en une seule émission un sujet tellement vaste et compliqué. Mais parce qu'on entend et on lit tellement de sottises, aussi, sur le fossé qui séparerait définitivement les religions juive et musulmane, je voulais vous faire entendre une voix compétente, et surtout purement universitaire, puisque mon invitée sera Catherine Pennacchio. J'ai fait sa connaissance à l'occasion d'un cours qu'elle avait donné au Centre Communautaire de Paris, plus précisément à l'Institut Elie Wiesel. Catherine Pennacchio a d'abord un atout décisif pour traiter de ces sujets, puisqu'elle maitrise parfaitement l'hébreu et l'arabe, ayant passé une maitrise dans ces deux langues ; en 2011, elle a d'ailleurs soutenu à l'INALCO un doctorat de linguistique comparée hébreu-arabe ; mais elle a en plus soutenu un doctorat au cœur de notre sujet puisque son titre était : "Étude du vocabulaire commun entre le Coran et les écrits juifs avant l'islam : l'emprunt lexical". 


Parmi les questions que je poserai à Catherine Pennachio :

-        Quel était le contexte religieux en Arabie et dans la région au moment de l'avènement de l'Islam ? Et les Juifs, où vivaient-ils ? Quelle était leur origine ? Et quelles étaient leurs activités et leur influence ?
-        Qui était le Prophète Mahomet ? Quand a-t-il fait sa première prédication ? Et comment, le même homme qui semble avoir eu des relations amicales avec les Juifs à La Mecque, va-t-il au final faire la guerre aux tribus juives de Médine, en faire exterminer une et en expulser les deux autres ?
-        Il y a 114 Sourates et 6.230 versets, pourquoi le Coran commence-t-il par la fin, les versets de Médine ? Comment comprendre un texte sans chronologie ? Pourquoi demeure-t-il parfois des contradictions entre des versets ?
-        il y a des théories qui relient directement le Coran aux religions monothéistes qui ont précédé l'Islam : le Rabbin Abraham Geiger, au 19ème siècle, a dit que Mahomet avait été instruit directement par des savants juifs, et qu'il se serait inspiré directement à la fois de textes du Midrash, de la Haggada du Talmud et des textes dits "apocryphes" : que sont ces textes ? Et est-on sûr qu'au moment de la naissance de l'Islam, ces textes existaient tous, et surtout étaient connus des tribus juives d'Arabie ?
-        Le Rabbin André Chalom Zaoui, disparu il y a quelques années, a écrit un texte publié par les "Nouveaux Cahiers" en 1979. Le Rabbin Zaoui est lucide sur ce qui sépare les grands monothéismes, en particulier l'accusation très grave qui est faite aux Juifs d'avoir falsifié leurs textes sacrés. Mais il note aussi l'attitude positive de Mahomet, qui reconnaît la révélation de Dieu accordée aux Enfants d'Israël. Il souligne aussi que la Sourate 5 et les suivantes reconnaissent le lien entre le peuple juif et la Terre d'Israël : est-ce que, par une lecture commune, et de la Torah, et du Coran, on pourrait rapprocher juifs et musulmans ?

Cette émission est déjà enregistrée, et je n'ai pu hélas faute de temps, traiter toutes les questions que j'aurais voulues ... J'espère recevoir à nouveau Catherine Pennachio à la rentrée, où nous reviendrons sur ce sujet passionnant autour aussi d'un ouvrage qui va bientôt sortir en librairie.

Soyez nombreux au rendez-vous !

J.C


 

24 avril 2014

Encore un article publié sur "Temps et Contretemps" : les Juifs, les Musulmans et les théories du complot

Sur  le blog israélien francophone de mon ami Jacques Benillouche, un nouvel article publié vendredi 11 avril sous ma signature : intitulé "Les Juifs, les Musulmans et les théories du complot", il s'agit du résumé de l'entretien avec mon invité Rudy Reichstadt. Un sujet dur, éprouvant pour quelqu'un qui, comme moi, a été amené à visiter les pages nauséabondes des partisans de Dieudonné ... le complotisme le plus délirant et l'antisémitisme le plus obscène s'y lisent au quotidien, hélas !

Bonne lecture, et n'oubliez pas que vous pouvez aussi avoir accès à l'ensemble des archives de mes articles sur "Temps et Contretemps", en cliquant sur l'icône correspondante en haut de la colonne de gauche.

Vous trouverez l'article à cette adresse :






J.C